dans le même genre
  LES SAUVAGES
  COLD BLOOD LEGACY : LA MÉMO...
  BLANCHE COMME NEIGE
  GOMORRA SAISON 4
  LE CHANT DU LOUP
  TRAINÉ SUR LE BITUME
  US
  GLASS
  ASSASSINATION NATION
  TIME AND DIE

du même éditeur
  LA RIVIÈRE DE NOS AMOURS
  MAIS VOUS ÊTES FOUS
  FRONTIER
  BILAL
  1900
  BRITANNIA
  A L'HEURE DES SOUVENIRS
  ORO LA CITÉ PERDUE
  STARS 80, LA SUITE
  GARDE ALTERNÉE


Dernières Actus
  WARNER DÉVOILE TITANS OF CU...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...
  THE GOOD FIGHT SAISON 2 EN ...
  PARIS AUDIO VIDEO SHOW 2019...
  CONFÉRENCE DE PRESSE : LE M...
  "QUI EST LE TISSEUR ?" ET "...
  WARNER : DÉCOUVREZ LES COFF...
  FÊTE DE LA VOD 2019 : PHILI...

K.O

Genre Thriller
Pays FR (2017)
Date de sortie mercredi 25 octobre 2017
Durée 110 Min
Réalisateur Fabrice Gobert
Avec Laurent Lafitte, Chiara Mastroianni, Pio Marmai
Producteurs Xavier Rigault et Marc-Antoine Robert
Scénaristes Fabrice Gobert et Valentine Arnaud
Compositeur Jean-Benoit Dunckel
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Wild side video
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  110 min
  Nb Dvd  1
   
   
Antoine Leconte est un homme de pouvoir arrogant et dominateur, tant dans son milieu professionnel que dans sa vie privée. Au terme d’une journée particulière oppressante, il est plongé dans le coma. À son réveil, plus rien n’est comme avant : Rêve ou réalité ? Complot ? Cauchemar ?… Il est K.O.

Le réalisateur de la série événement « Les revenants », Fabrice Gobert, revient au cinéma avec un thriller sur fond de pouvoir et de manipulation. Fort d’un scénario qui s’intéresse principalement à la violence en milieu professionnel, à toutes les errances que cela provoque, et surtout à la détresse que peuvent ressentir ceux qui sont mis sur la touche, ou licenciés. Un milieu difficile, parce que forcément soumis à la compétition, parfois aux coups bas, et aux amitiés bien fragiles. En situant leurs personnages dans le milieu de la télévision, un milieu réputé pour être particulièrement compétitif, dans lequel comme on le dirait dans le film « On ne demande pas, On obtient ». Le réalisateur et sa coscénariste Valentine Arnaud ont su trouver un cadre d’évolution de leur intrigue, et un milieu particulièrement austère pour leurs personnages.

Mais il aurait été peut-être un peu trop facile, de décrire le milieu de la télévision ou du cinéma, sous le prisme simplement de l’entreprise et de ses employés carriéristes et avides de pouvoir. Le réalisateur et sa coscénariste, ont décidé de pimenter l’ensemble avec une histoire teintée de surnaturel, dans laquelle un haut cadre d’une société de télévision, arrogant et dominateur dans son milieu professionnel et dans sa vie privée, est plongé dans un coma qui, lorsqu’il se réveille, retrouve un quotidien totalement modifié, dans lequel il est redescendu au bas de l’échelle, ou sa réussite n’est plus aussi éclatante qu’il n’y paraissait et où il va devoir réapprendre à se faire connaître, à se faire apprécier, mais surtout et particulièrement apprécier les autres, et à reconnaître les qualités des uns et des autres autant que leurs défauts. Mais loin d’être simplement un scénario un peu classique dans lequel le méchant se doit de redevenir gentil pour pouvoir retrouver une vie stable, le scénario pousse le mystère jusqu’à questionner le spectateur sur la réalité ou la fiction, et notamment sur ce que vit le héros si tant est qu’il en soit un.

Et dès les premières minutes du film, la mise en scène de Fabrice Gobert n’est évidemment pas sans rappeler l’atmosphère un peu oppressant, sombre et forcément irréel de la série « Les revenants ». Le réalisateur apprécie particulièrement les villes quasiment vides, qui ne sont pas sans rappeler des séries anglaises des années 60 comme « Chapeau melon et Bottes de cuir », qui viennent en contraste avec l’entreprise qui semble fourmiller de collaborateurs tous plus stressés les uns que les autres et plus avides de vouloir faire leurs preuves. Un besoin de reconnaissance, qui est parfaitement marqué par des plans soignés qui n’hésitent pas à utiliser l’espace pour rendre plus oppressant une rencontre, un entretien, ou en rebondissements. La lumière y est évidemment particulièrement travaillée, car elle vient apporter tout l’habillage à l’atmosphère que veut donner le réalisateur a chacun de ces plans.

Et pour incarner cette dualité permanente que vit ce héros, le réalisateur ne pouvait bien évidemment compter que sur un acteur comme Laurent Lafitte (Papa ou Maman) qui sait à merveille jouer l’arrogance, et la domination. Et l’acteur de se révéler particulièrement touchant lorsqu’il voit sa vie complètement effacée, que le doute s’installe et qu’il semble dans l’obligation de tout reprendre à zéro. Face à lui Pio Marmaï (Ce qui nous lie) et Chiara Mastroianni (Trois Cœurs) viennent compléter un casting particulièrement réjouissant, d’autant que le premier sait particulièrement bien utiliser son talent pour nuancer le jeu de son personnage, quant à la comédienne elle rayonne et tout simplement par sa présence.

En conclusion, « K.O. » est un film particulièrement réussi qui plonge le spectateur dans le milieu violent et obsessionnel du travail, un milieu professionnel à travers le prisme d’une histoire à la frontière du surnaturel et un subtil mélange de drame et de thriller qui pousse spectateur à s’interroger sur le milieu professionnel et les dérives qui peut provoquer.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.40:1
   
   
Le réalisateur a choisi d’imposer une ambiance un peu austère presque surréelle et en même temps d’une belle subtilité pour mieux imprégner le spectateur. Pour cela le chef opérateur Patrick Blossier (Le Moine) a su mettre en valeur toutes les nuances nécessaires, que ce soit pour donner une ambiance volontairement oppressante ou plus lumineusement froide pour mieux retranscrire la violence ou le stress de l’entreprise. Les couleurs sont parfaitement bien dosées. Les ambiances sont superbement retranscrites et le support est à la hauteur du travail de l’équipe. Les contrastes donnent un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble.

Le Son
 
La piste Dolby Digitale 5.1 se révèle d’une grande précision et met parfaitement en valeur les textes des uns et des autres. Jamais dans l’excès, la piste sonore est parfaitement bien harmonisée pour que les dialogues ne soient pas effacés par la musique qui parvient à se faire suffisamment discrète pour être oublié.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 30 min
  Boitier Amaray
   
   
Le making of du film revient en détail sur les différentes facettes des personnages et du scénario.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage