dans le même genre
  LA FAVORITE
  HARLOTS
  UN PEUPLE ET SON ROI
  BRITANNIA
  ORO LA CITÉ PERDUE
  THE PATRIOT : LE CHEMIN DE ...
  LES HEURES SOMBRES
  THE LAST KINGDOM : SAISON 1
  LA CAMÉRA EXPLORE LE TEMPS ...
  VALMONT

du même éditeur
  PATRICK MELROSE
  HARLOTS
  LUCKY MAN SAISON 1
  NOS ANIMAUX DOUX DEHORS, SA...
  MAX GÉNIE MALGRÉ LUI
  KINCSEM
  LA JEUNE FILLE ET LA BRUME
  THE MISSING : SAISON 1
  STREIF : UNE DESCENTE AUX E...
  SOLDAT BLANC


Dernières Actus
  PREMIÈRE IMAGE DE "WEST SID...
  GLADIATEUR 2 EST CONFIRMÉ
  LE RÉALISATEUR FRANCO ZEFFI...
  RALPH 2.0 EN DVD ET BLU-RAY
  LE TRÈS COURT INTERNATIONAL...
  VAL DE ROCK, PREMIER FESTIV...
  LAURA DERN, SAM NEIL ET JEF...
  X-MEN DARK PHOENIX

Anna Karenina

Genre Fresque historique
Pays GB (2000)
Date de sortie mercredi 17 octobre 2018
Durée 360 Min
Réalisateur David Blair
Avec Helen McCrory, Douglas Henshall, Stephen Dillane, Kevin McKidd, Mark Strong
Producteurs Allan Cubitt
Scénaristes Allan Cubitt
Compositeur Divers
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Oui
Non
Non
  Français
Oui
Non
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Koba Films Vidéo
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  360 min
  Nb Dvd  1
   
   

Russie, 1874, la belle et ardente Anna Karénine jouit de tout ce à quoi ses contemporains aspirent : mariée à Karénine, un haut fonctionnaire du gouvernement à qui elle a donné un fils, elle a atteint un éminent statut social à Saint-Pétersbourg. À la réception d’une lettre de son incorrigible séducteur de frère Oblonski, la suppliant de venir l’aider à sauver son mariage avec Dolly, elle se rend à Moscou. Au cours de son voyage, elle rencontre la comtesse Vronski que son fils, un charmant officier de la cavalerie, vient accueillir à la gare. Quelques brefs échanges suffisent pour éveiller en Anna et Vronski une attirance mutuelle. Oblonski reçoit également la visite de son meilleur ami Levine, un propriétaire terrien sensible et idéaliste. Épris de la sœur cadette de Dolly, Kitty, il la demande gauchement en mariage, mais Kitty n’a d’yeux que pour Vronski. Dévasté, Levine se retire à Pokrovskoïe et se consacre entièrement à la culture de ses terres. Mais le cœur de Kitty est lui aussi brisé quand elle prend conscience, lors d’un grand bal, de l’infatuation réciproque d’Anna et Vronski. Anna, désorientée, rentre à Saint-Pétersbourg, mais Vronski l’y suit. Elle s’évertue à reprendre sa calme vie de famille mais son obsession pour le jeune officier ne cesse de la tourmenter. Elle s’abandonne alors à une relation adultère qui scandalise toute l’aristocratie locale. Le statut et la respectabilité de Karénine sont mis en péril, le poussant à lancer un ultimatum à sa femme. Dans sa recherche éperdue de bonheur, Anna révèle au grand jour l’hypocrisie d’une société obsédée par le paraître. Incapable de renoncer à sa passion, elle fait le choix du cœur.

« Anna Karenine » de LéonTolstoï a toujours passionné les scénaristes et réalisateurs du monde entier. A Hollywood particulièrement où cette histoire d’amour adultère qui se porte l’un des premiers discours féministes, avec l’histoire de cette femme qui veut vivre au grand jour l’amour qu’elle s’est choisit et non celui qu’on lui a imposé. Si sur le papier, le scénario peut paraître un brin ambigu, l’œuvre de Tolstoï se révèle beaucoup plus profonde que cela et dépeint une société Russe du XIXème siècle enfermée dans des règles de vie qui ne mettent pas la femme au cœur de son fonctionnement mais surtout qui voit l’homme imposer une loi où une femme adultère peut-être punie juridiquement. Une société Russe qui se déroule lentement mais surement sous la plume d’un auteur sensible et conscient d’une époque qui vit de sa grandeur mais de ses paradoxes aussi.

Œuvre puissante au romantisme sensible qui peut, évidemment, être l’équivalent russe de « Mme Bovary » de Gustave Flaubert, toute proportions gardées. Son histoire est une source inépuisable d’inspiration pour les scénaristes dont Allan Cubbitt, showrunner de la remarquable série « The Fall » qui a pu aiguiser ses talents en adaptant en 2000 l’œuvre de Tolstoï. Une adaptation qui tourne autour de la romance entre les deux amants et la colère du mari. Une manière d’aborder l’œuvre dans l’angle de l’amour interdit en gardant un œil sur une société russe qui jouit d’une puissance reconnue internationalement et compte bien la conserver. Et c’est peut-être le reproche que l’on peut faire à cette série si son adaptation ne manque pas d’intérêt son approche purement romantique manque un peu de profondeur et aurait certainement gagné en relief si l’auteur avait instiller un peu plus de réflexion géopolitique pour mieux comprendre à quel point la société russe pouvait un carcan étouffant pour les femmes. 

Côté réalisation, David Blair (Best Plans) n’impose pas de style particulier et se laisse diriger par un cahier des charges sommes toutes, assez classiques pour une série destinée à la télévision. Nous n’allons pas trouver, ici, de plans trop sophistiqués, mais un style plutôt formel dans une réalisation qui préférera les plans serrés que d’autres plus larges montrant la campagne russe et oblige à une reconstitution beaucoup plus coûteuse. La distribution offre des compositions tout en douceur et en force pour coller au plus prêt du romantisme puissant de l’œuvre de Tolstoï.

En conclusion, « Anna Karenina » est une adaptation de l’œuvre de Tolstoï, honnête même si elle manque un peu de profondeur et puissance. Nous suivons cette romance avec simplicité et cela ravira certainement les amateurs, pour les fans de l’œuvre de Tolstoï, cette série manque tout de même cette fureur sous-jacente qui couve dans les pages du roman de l’écrivain russe.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 4/3 couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Le support se révèle assez inégale dans la qualité de son image. Présenté dans un 4/3 surprenant, l’ensemble ne brille pas par une grande qualité qui permettrait au spectateur de plonger à nouveau dans les épisodes de cette romance russe. Les contrastes manquent d’équilibre pour pouvoir donner le volume nécessaire et la stabilité d’une image qui semble avoir souffert de l’épreuve du temps, alors que la série date de 2000.

Le Son
 
Côté Son la piste Stéréo se révèle efficace pour plonger le spectateur au cœur de l’histoire. La dynamique est efficace et la spatialisation assure le job des effets sonores, et particulièrement des pistes musicales qui viennent accentuer l’ambiance des épisodes. L’ensemble est minutieux et très bien travaillé. 

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   
Pas de Bonus !

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage