dans le même genre
  BAPTISTE SAISON 1
  MEURTRES À SANDHAMN SAISON ...
  LE CONVOYEUR
  LE MARGINAL
  125 RUE MONTMARTRE
  BACKDRAFT 2
  COFFRET MYSTERY ROAD
  PARADISE BEACH
  MEURTRES À SANDHAMN SAISON ...
  LA POURSUITE IMPLACABLE

du même éditeur
  PARASITE
  WILD ROSE
  AFTER CHAPITRE 1
  TANGUY 2 : LE RETOUR
  WALTER
  ARCTIC
  LE GARDIEN DES MONDES
  PARADISE BEACH
  LA POURSUITE IMPLACABLE
  CHACUN POUR TOUS


Dernières Actus
  BLACK WIDOW ET LES NOUVEAUX...
  JAMES BOND NO TIME TO DIE :...
  MA FOLLE HISTOIRE DU CINÉMA
  LE CINÉMA DE CLAUDE ZIDI
  NOUS AVONS VU LES DEUX PREM...
  THE ROLLING STONES ON STAGE
  CONFÉRENCE DE PRESSE : LE M...
  DISNEY BAT UN RECORD AVEC L...

Galveston

Genre Policier
Pays USA (2018)
Date de sortie mercredi 20 mars 2019
Durée 89 Min
Réalisateur Mélanie Laurent
Avec Ben Foster, Elle Fanning, Lili Reinhart, Beau Bridges
Producteurs Tyler Davidson, Patrick Daly et Jean Doumanian
Scénaristes Jim Hammet
Compositeur Marc Choaurain et Eugénie Jacobson
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   M6 vidéo
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  89 min
  Nb Dvd  1
   
   
1988. Les temps sont durs pour Roy, petit gangster de la Nouvelle-Orléans. La maladie le ronge. Son boss lui tend un guet-apens auquel il échappe de justesse. Une seule issue : la fuite, en compagnie de Rocky, une jeune prostituée. Deux êtres que la vie n’a pas épargnés. En cavale vers la ville de Galveston, ils n’ont plus rien à perdre…

Mélanie Laurent s’est lancée dans une nouvelle aventure, celle de réaliser un film américain, sur un scénario assez sombre et violent de Jim Hammet, adaptation du roman de Nic Pizzolatto (celui derrière la seule et unique remarquable saison de la série « True Detective », la une). Une histoire qui suit la cavale d’un homme pourchassé par ceux qui ont voulu lui faire « la peau » et d’une prostituée qu’il croise sur sa route. Sombre et violent, voilà typiquement les deux mots que nous n’aurions pas associé à Mélanie Laurent, tant sa personnalité respire, le calme, la bienveillance et la subtilité. Pourtant, la réalisatrice va se révéler particulièrement inspirée, et faire preuve de subtilité dans sa mise en scène comme dans son découpage.

Soucieuse d’insuffler un état d’esprit, de garder une certaine pudeur autour de ces personnages et notamment de permettre au spectateur d’être plus proche d’eux, la réalisatrice n’a pas hésité à couper dans le scénario à retirer des répliques et à imposer des silences, afin de donner à son film une ambiance et une dynamique proche des grands films noirs américains. Et c’est une excellente idée, car le film se laisse porter par la couleur de ses personnages, sombres, sales dans une destinée qu’ils ont plus ou moins choisi, mais en gardant toujours une petite lueur d’espoir de pouvoir enfin s’en sortir dignement. Jamais dans la surenchère bavarde, souvent inévitable dans le film noir, « Galveston » brille par une volonté assumée de laisser de la place aux silences pour mieux appuyer cet enfermement intérieur que provoque la cavale, mais aussi ces distances qui existent entre chacun des personnages.

Précise dans ses mouvements de caméras, comme dans les chorégraphies qui viennent orchestrer les poursuites ou les fusillades, la réalisatrice impose un style et une vision pudique tout en étant en adéquation avec son sujet. Utilisant autant les décors de la Nouvelle Orléans comme du Texas. Avec u véritable sens du rythme et de la narration, Mélanie Laurent livre, ici, un film sombre et presque oppressant qui ne lâche plus le spectateur, y compris dans ces moments de flottement, notamment lorsque le héros se retrouve à faire face, seul, à la maladie qui le ronge. Avec une photographie très imprégnée de jaunes et de vert, le film dévore et capte l’auditoire pour ne plus le lâcher jusqu’à la fin.

Et pour donner corps à ses personnages, la réalisatrice a pu compter sur deux acteurs impressionnant autant dans le jeu que dans les silences : Ben Foster, un habitué des grands espaces un peu poisseux avec des films comme « Comancheria » ou « Hostiles ». Et Elle Fanning (Malefique) qui se construit une carrière tout en éclectisme. Pour Ben Foster, le rôle devait être confié à Matthias Schoenaerts (De Rouille et d’Os) dont le charisme imposant en faisait un candidat idéal, mais au final l’acteur s’est emparé de la place laissée vacante par le Belge et livre une composition remarquable et puissante. Quant à la jeune comédienne, elle ne cesse de nous surprendre, avec ici une composition risquée mais payante de prostituée, à la fois aux idées vengeresses et à la naïveté d’une jeune adulte.

En conclusion, la première incursion dans le cinéma américain en tant que réalisatrice de Mélanie Laurent est une véritable réussite, qui vous prend au ventre et ne vous lâche plus jusqu’à la fin. A voir, ne serait ce que pour la mise en scène subtile et les compositions remarquables des deux acteurs principaux : Ben Foster et Elle Fanning.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.40:1
   
   
Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. Le film joue beaucoup sur les couleurs que l'on attribue à la Louisiane avec cette atmosphère un peu poisseuse, teintée de jaune sombre et de vert angoissant, il fallait un support qui ne soit pas trop en défaillance ou en saturation. Le travail de transfert et de très bonne qualité et le film se regarde avec beaucoup de plaisir.

Le Son
 
Une piste DTS-HD Master Audio 5.1, totalement en accord avec le film et avec ses besoins. La répartition est minutieuse, et les voix ne sont pas trop en retrait.  La dynamique de l’ensemble fait dans la subtilité et cela est plutôt bienvenue dans ce film qui joue beaucoup sur les ambiances. Le film trouve, ici, une piste 5.1 qui se retrouve utilisée de la meilleure façon qui soit, avec une répartition efficace qui sait utiliser chaque recoins de l'installation avec intelligence.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 30 min
  Boitier Amaray
   
   
Un entretien de 30 minutes avec la réalisatrice qui revient avec précision sur les dessous de cette aventure américaine, notamment sur le fait que des producteurs américains se sont intéressé à son travail et qu’ils ont voulu qu’elle adapte ce roman de Nic Pizzolatto, sans savoir que la réalisatrice couperait dans le scénario pour y insuffler une véritable pudeur féminine, sans pour autant dénaturer l’œuvre.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage