dans le même genre
  LES TOMBEAUX SANS NOMS
  LES ÂMES MORTES
  RBG
  NOS ANIMAUX DOUX DEHORS, SA...
  VOYAGE À TRAVERS LE CINÉMA ...
  BELMONDO OU LE GOÛT DU RISQ...
  SCREAM FOR ME SARAJEVO
  DE PALMA
  DISCOVERY TOUR BY ASSASSIN'...
  A FULLER LIFE

du même éditeur
  LE CHANT DU LOUP
  125 RUE MONTMARTRE
  ALITA : BATTLE ANGEL
  UN SAC DE BILLES
  LA FAVORITE
  THE HATE U GIVE (LA HAINE Q...
  L'EQUIPAGE
  SILVIO ET LES AUTRES
  BOHEMIAN RHAPSODY
  SALE TEMPS À L'HÔTEL EL ROY...


Dernières Actus
  JORGE JIMENEZ PRÉSENT PENDA...
  LE COMIC CON PARIS DÉVOILE ...
  SPIDER-MAN POURRAIT QUITTER...
  A STAR IS BORN ENCORE
  LE RÉALISATEUR JEAN PIERRE ...
  DISNEY ANNONCE DES RECETTES...
  LUC BESSON DANS LA TOURMENT...
  QUESTIONS DE CINÉMA PAR NIC...

Le grand bal

Genre Documentaire
Pays FR (2018)
Date de sortie mardi 7 mai 2019
Durée 89 Min
Réalisateur Laetitia Carton
Avec Laetitia Carton
Producteurs Jean-Marie Gigon
Scénaristes Laetitia Carton
Compositeur Divers
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Fox pathé europa
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  89 min
  Nb Dvd  1
   
   
C'est l'histoire d'un bal. D'un grand bal. Chaque été, plus de deux mille personnes affluent de toute l’Europe dans un coin de campagne française. Pendant 7 jours et 8 nuits, ils dansent encore et encore, perdent la notion du temps, bravent leurs fatigues et leurs corps. Ça tourne, ça rit, ça virevolte, ça pleure, ça chante. Et la vie pulse

Tous les ans dans un campagne française, une étrange possession a lieu. Des Femmes, des Hommes, jeunes ou vieux se retrouvent pour 7 jours et surtout 7 nuits de danses. Pendant une semaine les participants vont se laisser enivrer par la musique, la mélodie des corps qui se touchent, se frôlent et suivent un rythme tantôt endiablé, tantôt planant pour mieux partager un instant de communion à deux où a cent. Bien sûr les corps peuvent en souffrir, mais dans ce "Grand Bal" on y vient surtout pour partager, apprendre et échanger. Car le principe de cette semaine, est d'apprendre une danse et la mettre en pratique le soir même par exemple.

La réalisatrice Laetitia Carton (Edmond un portrait de Baudoin) sort de sa zone de confort et plonge dans un documentaire où le langage des corps est aussi important que celui des mots. Comme une orfèvre, elle multiplie des références scéniques, se lancent dans des plans souvent subtils dans lesquels transpirent autant la sensualité des corps que le partage et la spiritualité de pouvoir partager en duo ou cent une même communion. Mais une telle manifestation amène aussi ses dérives et chacun de partager son expérience, son vécu, de tenter de trouver des réponses aux questions, même les plus sensibles, sans jamais sombrer dans la dramatisation, mais au contraire dans la légèreté. Lorsque dans une réunion, des femmes, et des hommes, parlent des « mains Baladeuses », il y a toujours un sourire pour venir dédramatiser sans pour autant prendre à lé légère le fléau. Encore une fois, la réalisatrice se pose en témoin de ces instants, où les conseils valent autant que les sourires.

Avec « Le Grand Bal », Laetitia Carton, donne une autre vision de la vie. Sans jamais chercher le sensationnel, la réalisatrice filme discrètement, laisses les protagonistes oublier la caméra et le spectateur se retrouve à écouter, à voir ces gens qui vont au bout de leur passion l’espace d’une semaine, dans une réelle plénitude, où chacun veut avant tout rencontrer l’autre, partager la passion de la danse, apprendre et donner. Une leçon de vie simple, mais efficace, qui rappelle, que quelque part dans une campagne française, on peut aller au bout de soit sans pour autant manquer de respect aux autres. Durant une semaine tout le monde vit de la même manière aux rythmes endiablés ou sensuels des musiques, locales ou non. « Le Grand Bal » c’est également une invitation au voyage dans un coin de campagne française.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
La réalisatrice, a décidé de ne pas utiliser trop d’artifice pour rester au plus près de ce festival hors norme. Les couleurs sont un peu délavés mais donnent toute sa qualité à la photographie du film. Difficile de na pas plonger dans les salles de danses, sur les parquets, encore plus lorsque Laetitia Carton utilise les flous pour mieux mettre en valeur les danseurs et leur art. Les contrastes marquent bien es contours pour donner plus de profondeur à l’image.

Le Son
 
La piste Dolby Digitale 5.1 est une catastrophe. A vouloir être trop dans le cocooning, la voix de la narratrice est murmurée et très en façade, mais il faut quasiment pousser l’ampli au maximum pour réussir à l’entendre. Du coup lorsque la musique commence, elle agresse plus qu’elle ne vient nous envelopper de sa sensualité 

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 20 min
  Boitier Amaray
   
   
Un livret que nous n'avons pas eu le bonheur de tester.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage