dans le même genre
  JUMANJI : LE JEU VIDÉO (NIN...
  BORDERLANDS 3
  LEGO JURASSIC WORLD (NINTEN...
  (LES COLONS DE) CATAN SUR N...
  F1 2019 EDITION LÉGENDES : ...
  METRO EXODUS
  DIRT RALLY 2.0
  CRACKDOWN 3
  RESIDENT EVIL 2 (2019)
  ACE COMBAT 7 - SKIES UNKNOW...

du même éditeur
  SONIC BOOM LE FEU ET LA GLA...
  SONIC & ALL-STARS RACING TR...
  SONIC & ALL STARS RACING TR...
  BAYONETTA
  CONDEMNED 2 : BLOODSHOT
  SEGA SUPERSTAR TENNIS
  GHOST SQUAD
  VIRTUA FIGHTER 5
  AFTER BURNER BLACK FALCON
  FULL AUTO 2 : BATTLELINES


Dernières Actus
  ROGER CAREL, L'ACTEUR AUX 1...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ WATERGA...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ ORIFLAM...
  LE CÉLÈBRE FILM FULL METAL ...
  JURASSIC WORLD EVOLUTION: C...
  DÉCOUVREZ LA BANDE-ANNONCE ...
  1ER SEPTEMBRE, LES FANS DE ...
  CHADWICK BOSEMAN, L'ACTEUR ...

Area 51

Genre Jeux Vidéo
Pays U.S.A (2005)
Date de sortie vendredi 20 mai 2005
Durée 600 Min
Plateforme Xbox
Site Internet site de l'éditeur
site officiel du jeu
Informations
Complémentaires
Disponible sur Xbox(version testée), PS2 et PC.
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Oui
Non
Non
  Français
Oui
Non
Non

Le Jeu Critique de Pierre Dubarry
  Editeur   SEGA
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  600 min
  Nb Dvd  1
   
   

Un des genres les plus prisé du moment, j’ai nommé le First Personn Shooter n’en finit pas de sévir sur nos consoles et PC depuis quelques mois déjà. Aujourd’hui arrive Area 51 un petit jeu sans aucune prétention, sinon celle de proposer un plaisir de jeu immédiat et sans aucune prise de tête. Développé par Midway et édité par Sega, le jeu se présente aux premiers abords avec un scénario de mauvaise série B, mais dans la réalité le constat est tout autre. Prêt à découvrir la mystérieuse Zone 51 agent Mulder ? Verdict final de l'homme à la cigarette ...


 En 1947, un vaisseau de recherche Gray, victime d'un grave dysfonctionnement, s'écrasa près de Roswell, au Nouveau-Mexique. Le Gouvernement des États-Unis s'empressa de dissimuler la vérité, ferma l'accès au site et récupéra un Gray grièvement blessé portant le nom d'« Edgar », qui fut transporté à la Zone 51 (Area 51) pour être étudié. Une grande base fut construite au-dessus du laboratoire d'origine abritant l'extraterrestre impotent, « Edgar », et les Grays établirent un complexe de recherche à 5 km sous la surface du désert. Depuis, c'est le seul terrain d'atterrissage sûr de tous les vaisseaux Grays.

Au cours des 20 dernières années, des chercheurs humains et Grays ont travaillé ensemble. Le résultat de leur fructueuse collaboration est une créature-arme baptisée « Theta » et conçue pour être utilisée dans le lointain conflit extraterrestre. Un scientifique humain, le Dr Winston Cray, travaille avec le mystérieux « Edgar » au perfectionnement d'une arme virale. Cray pense que l'association de ce virus au projet « Theta » permettra d'obtenir la super-arme que les Grays ont longtemps cherchée.

Averti par « Edgar », le Dr Cray lutte à présent pour empêcher les Grays de terminer leur arme et de détruire la Terre. Cray a lâché son arme virale dans les parties souterraines de la base avec l'intention de provoquer le chaos et de stopper le plan des Grays et déclencher l'intervention des forces militaires à la surface. L'infection atteint les parties supérieures de la base et les chefs militaires réagissent rapidement en condamnant la zone et en y envoyant des Équipes militaires HazMat, spécialisées dans les matières dangereuses. L'équipe HazMat initiale Delta ayant été portée disparue, une deuxième unité est envoyée. L'équipe HazMat Bravo doit découvrir le sort de l'équipe Delta ainsi que la source du virus mortel.


 

X-Files


La Zone 51 est un lieu mythique, mêlant mystère, imagination et bien d’autres. La très célèbre série X-Files ayant d’ailleurs grandement contribuée à l’essor de tout un tas de questions sur la fameuse possibilité d’une vie extraterrestre cachée dans ce complexe. Célèbre depuis le crash de Roswell où la célèbre autopsie aurait été faite, cet endroit n’a cessé d’alimenter nos convictions et notre imagination débordante .Le scénario aux premiers abords peut se présenter comme celui d’une mauvaise série B, cependant quoi que l’on en dise, Area 51 fait irrémédiablement pensé à la série X-Files de Chris Carter et à son personnage central : Fox Mulder et la comparaison n’est pas fortuite puisque le héros est doublé en vrsion US par David Duchovny himself. L’histoire accroche dès le début, on apprend les raisons de cette mission ultra confidentielle, les craintes que le héros éprouve et bien d’autres tortures mentales qu’il vivra après quelques heures de jeu. Le jeu débute par un briefing de la situation de la Zone 51 qui est assailli au niveau des sous-sols et dont votre escouade est chargé de débusquer un saboteur d’origine inconnue. Mais la mission présentée par le commandant se résume à cela « mois vous en savez mieux vous vous porterez ! ». Le jeu propose un tutorial dès le début ce qui permet de se familiariser avec les commandes basiques du jeu et nécessaires à sa survie comme le tir, le rechargement etc. Ethan est équipé dès le début par une combinaison verte imposante l’immunisant d’un virus mortel et faisant évidemment penser à celle du Master Chief dans Halo ! Le joueur lors de son périple  dans cet endroit mythique aura à disposition divers outils pour se divertir, enfin des armes dirons-nous, comme les basiques pistolet, M16, Fusil à Pompe ou encore des armes d’origines extraterrestres utiles et très souvent illimitées au niveau des munitions. La précision est assez efficace, la preuve en est que le sang des méchants E.T orne les murs des différents niveaux que l’on explore. Mais au début son périple, le joueur ne se retrouve pas seul et est au côté de son escouade, puisque la mission première de son équipe est de dénicher un saboteur puis rentrer au bercail, seulement les choses se passent différemment, et l’équipe disparaîtra en totalité dans des évènements pour le moins tout aussi étranges que leur mission et les divers contretemps… Ethan au bout de 1 heures de jeu se retrouve seul et livré à lui-même dans un endroit inhospitalier, étrange, violent et ou la solitude lui pèse de plus en plus. Seulement ce qu’il ignore, c’est qu il n’est pas au bout de ses surprises …


Un 51 ! Un !


L’aventure est jalonnée de scripts en tout genre et souvent de dernière minute comme la perte d’alliés, l’impossibilité de pouvoir remonter à la surface et bien d’autres encore ce qui fait penser cette fois-ci aux scripts efficaces du très célèbre Half-Life. C’est ainsi que des plateformes s’effondrent, les vitres volent en éclats et les barils d’essence ou de produits toxiques explosent. Ethan est donc un être humain qui va devoir lutter pour sa propre survie, cependant au bout d’environ deux heures de jeu, le personnage pourra se transformer en mutant suite à une contamination qui contrairement à ses coéquipiers ne le tue pas. D’une simple pression sur la touche R2, le personnage se transforme et peut réaliser une véritable boucherie grâce à une force surhumaine, cependant une jauge rend ce pouvoir limité et pour la remplir il faut combattre ce en quoi vous vous êtes transformé. De nouveaux pouvoirs agrémenteront petit à petit l’efficacité de ces attaques comme la possibilité d’infecter ses adversaires. Au cours de son périple, Ethan peut récolter des preuves avec un scanner incorporé à sa combinaison et qui se présentent sous formes de cadavres, ou encore papiers officielles attestant de virus et d’intelligences extraterrestres, pas utile mais très agréables à lire dans la section bonus du jeu et qui renforcent le sentiment d’immersion au sein de cette aventure passionnante. Au niveau de l’intelligence artificielle, les mutants du début de l’aventure sont des cibles vivantes ne demandant pas de véritable effort, alors que quelques heures plus tard celle-ci s’avère très travaillé et diablement difficile lorsqu’il s’agit de dénicher un sniper dans un endroit sombre ou de lutter contre un vingtaine d’ennemis ...


La Vérité est Ailleurs


Area 51 est un bon jeu sans prétention un peu à l’instar d’un Cold Winter sortit il y a peu. Le scénario du jeu nous place dans un contexte peu familier, et les scénaristes s’amusent avec nos nerfs qui sont mis à rude épreuve tout au long de ce périple. Area 51 emprunte des idées à différentes licences réputées, mais sans ne jamais sombrer dans le plagiat pur et dur et parvient à garder une identité propre à lui seul. Bénéficiant d’un gameplay efficace, d’une intelligence artificielle de qualité, net des phases de jeu très variées, Area 51 réussit son pari en nous divertissant de fort belle manière, dommage cependant que la durée de vie du jeu se cantonne à 10 heures seulement… Faites attention ils sont déjà parmi nous !


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 4/3 couleur
  Format Cinéma 1.33:1
   
   
Une réalisation plutôt honnête, pas d'une qualité remarquable mais se situant dans une bonne moyenne cependant les effets de lumière sont très réussis. Le level-design oscille du très bon , au répétitif et les différents personnages ou monstres sont agréables. Des graphismes plaisants pour un jeu qui ne l'est pas moins.

Le Son
 
Du Dolby ProLogic 2 que ce soit en VF ou VO mais d'une qualité osciilant entre ces deux versions. Les doublages français sont de bonnes qualité, mais comparé aux doublages de David Duchovny et du chanteur Marylin Manson c'est dérisoire. Concernant l'encodage, préférez une version stéréo pour la VF alors que vous pourrez enclencher le DPL 2 sans soucis pour la version VOST FR.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 300 min
  Boitier Amaray
   
   
Quelques modes multijoueurs assez plaisants au début mais qui se révlèent rébarbatifs et ennueyx par la suite. Dommage Area 51 aurait pus nous faire vivre une expérience plaisante si ces modes avient étés plus travaillés...

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage