Ridge Racer 2

Genre
Pays
Japon (2006)
Date de sortie
mercredi 18 octobre 2006
Durée
999 Min
Plateforme
PSP
Langues
PCM
Label
SS.Titres Film
SS.Titres Bonus
SS.Titres Commentaire
Français
Non
Non
Non
Le Jeu
Critique de Frédéric Beaufrere
Editeur
Edition
Standard
Label
Zone
2
Durée Film
999 min
Nb Dvd
1

Copie Namconforme

Après un premier volet extraordinaire indispensable au lancement réussi de la PSP, Ridge Racer s'en revient un peu plus d’un an après sur la console nomade de Sony. Ridge Racer 2, devrions-nous dire « Ridge Racer 1.1 »  est tout aussi réussi que le précédent. Comprenez part là qu'aucune nouveauté  n'est de mise cette année. Namco nous sert du réchauffé au numéro trop incrémenté. Autopsie du revenant ci-après.

A la suite du succès mérité de Ridge Racer l’an passé, on aurait pu s’attendre de la part de Namco à une nouvelle claque technologique, exploitant encore davantage les capacités de la PSP, les développeurs ayant eu tout le temps de tirer la quintessence de toutes les ressources de console portable. Que nenni. Le géant du développement nippon se repose sur ses lauriers avec une interface inchangée, des graphismes similaires, des circuits étonnamment clonés, bref du déjà vu.

Un principe arcade avant tout

Chaque course est toujours constituée de 12 participants et lors du départ, un objectif de qualification est imposé pour pouvoir passer à la course suivante. Plusieurs dizaines de bolides sportifs répartis en diverses classes mis à disposition au fur et à mesure de votre progression. A charge pour le joueur de débloquer les véhicules les plus puissants ou les kits d'amélioration.

Comme dans tout Ridge Racer, le modèle physique de comportement des véhicules est volontairement arcade et la part belle est donnée à la glisse. Le principe : partir en dérapage à haute vitesse ce qui permet de recharger jusque trois réserves de nitro qui peuvent être déclenchées à tout moment pour fondre sur les concurrents qui vous précèdent. Le gameplay se résume à relâcher légèrement puis actionner à nouveau l’accélérateur dans des virages bien choisis pour partir en glissage jusqu’au contre braquage qui permet de reprendre une trajectoire linéaire.

La nouveauté est ailleurs

Pour servir un plat réchauffé de la veille, rien ne vaut un récipient tout neuf. La vidéo d’introduction du jeu est donc inédite, mais que les fans de Reiko se rassurent, la jeune nymphette fétiche du titre est toujours en scène. La « nouveauté » si l’on peut dénommer cela ainsi, provient de 9 nouveaux véhicules (Hijack, Crinale, Angelus, etc.) qui font leur apparition ça et là (3 par classe), tout comme 10 circuits inédits mais hélas noyés au milieu de tant d’autres inspirés de ceux que proposait Ridge Racer premier du nom.

La seconde différence provient des modes de jeu proposés, puisque 3 nouvelles manières de jouer apparaissent dans l’interface : le mode Arcade, le mode Duel puis le mode Survie. Dernier ajout de taille, un superbe « 2 » qui vient estampiller le logo Ridge Racer sur l’écran principal.

Au final, sur la ligne d'arrivée...

Pour l’utilisateur qui découvre la PSP, inutile d’acquérir les deux opus. Un Ridge Racer premier  du nom acquis au tarif de l’occasion aura le même impact sur vos rétines et vos oreilles que Ridge Racer 2 qui ne bénéficie d’aucune amélioration palpable. Si le niveau de qualité proposé par le jeu semblait étonnamment hors norme il y a plus d’un an au milieu du catalogue de jeu assez pauvre de l’époque, ce n’est plus le cas aujourd’hui et la suprématie passée de Namco dans le domaine et des jeux de course est fortement remise en question cette année. Ridge Racer 2 n’en est pas moins un excellent jeu de course orienté arcade, aux graphismes somptueux, aux musiques endiablées, à l’animation parfaite et au gameplay unique, mais le manque de créativité et de renouvellement de cet épisode ne mérite pas les deniers demandés, ni l’incrémentation de son numéro de version.
L'image
Couleurs
Définition
Compression
Format Vidéo
16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma
1.76:1

On l’a Reikonue

Dès le lancement du jeu, Ridge Racer 2 affiche une longue introduction cinématique en 3D précalculée dans laquelle Reiko Nagase, emblème du titre de Namco, s’affiche à nouveau pour le plus grand plaisir des fans.

L'interface clon'aime

On ne change pas une formule qui a fait succès, tel est le Leitmotiv de Ridge Racer 2. C’est pourquoi l’interface est en tout point semblable à la version précédente. Propre, elle propose des menus agrémentés d’une voix off féminine qui confirme les choix d’un ton suave. La navigation est rapide, ponctuée de rares temps de chargement.

Graphismes inspirés

Ridge Racer 2 est équivalent à son petit frère : soleil, palmiers, plage, crépuscule, mégapoles lumineuses, pont grandioses, tunnels fluorescents, feu d’artifices, tous les décors sont constitués des même éléments que jadis. Ambiance édulcorée et paisible de mise. Les textures sont soignées, les effets de lumières bien choisis et la modélisation du décor splendide. Le tout défile à haute vitesse avec un horizon à bonne distance, sans effet de clipping.

Le Son
Langue
Type
Format
Spatialisation
Dynamique
Surround
Français
2.0

De l’écho sur la piste

Tout sonne comme il y a un an : la voix Off féminine de l’interface est la même, le commentateur des courses est le même et ses interventions sont identiques, les innombrables musiques proposées bénéficient de quelques ajouts/changements et les bruitages en course sont restés identiques. La partie audio de Ridge Racer 2 est cependant une fois encore à la mesure de ses graphismes. Outre les bruitages environnementaux très arcade, le départ est aussi le moment de choisir votre bande son stéréo parmi les disques virtuels constitués des pistes audio entrainantes et variées. Tous les styles y sont présents : disco, groove, house, techno. En course, le DJ habituel commente vos exploits ou vos accidents tandis que la musique bat la mesure au rythme de votre pouls au bord de la rupture. L’action est immédiate et l’on joue parfois en apnée pour négocier certaines courbes audacieuses.

Les Bonus
Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
Durée
999 min
Boitier
Amaray

2,5 modes de plus

6 modes de jeu sont accessibles désormais : la « bataille sans fil » permet de créer ou de rejoindre une partie Wifi jusqu'à 8 joueurs, tandis que le mode « contre la montre » sert à améliorer les chronos sans être gêné par le moindre concurrent.

Le mode « course simple » a été rebaptisé « arcade » (est-ce pour autant un nouveau mode ?) est destiné à entrer rapidement dans l’action le temps d’un circuit avec tous les concurrents virtuels mais c’est sans aucun doute le mode « coupes du monde » qui revêt le plus grand intérêt, chaque course remportée autorisant le déblocage d’une récompense, d’un circuit, d’un véhicule ou d’une épreuve.

Enfin il faut noter l’arrivée du mode « Duel », qui permet d’affronter un unique concurrent virtuel en contre la montre et du mode « Survie » à 4 dans lequel le concurrent classé dernier est éliminé à chaque franchissement de tour.
Bonus
Livret
Bande annonce
Biographies
Making of
Documentaire
Interviews
Com. audio
Scènes sup
Fin alternative
Galerie de photos
Story board
Multi-angle
Liens internet
Interface Rom
Jeux intéractifs
Filmographies
Clips vidéo
Bêtisier
Bonus Cachés
Court Metrage