du même réalisateur
  RIDING ALONE
  LA CITÉ INTERDITE

dans le même genre
  LA BOHÈME
  MARIA CALLAS : THE ETERNAL ...
  LA FLÛTE ENCHANTÉE
  VERDI - I VESPRI SICILIANI ...
  PELLÉAS ET MÉLISANDE - GLYN...
  LE COMPTE ORY - GLYNDEBOURN...
  MARY STUART - ENGLISH NATIO...
  WAGNER : DIE WALKÜRE
  STUTTGART OPERA - DER FREIS...
  GLYNDEBOURNE FESTIVAL OPERA...

du même éditeur
  DANS LA BRUME
  SLEEPLESS
  MON POUSSIN
  COLOSSAL
  RADIN
  TOUT L'UNIVERS DE JEFF PANA...
  RÉSISTE : LA COMÉDIE MUSICA...
  NORMAN SUR SCÈNE
  LOUIS-FERDINAND CÉLINE :"DE...
  THE END


Dernières Actus
  REDÉCOUVREZ PHANTOM MANOR D...
  KLIPSCH LANCE UN CONCOURS D...
  POWERDVD 19 : COMPATIBLE 8K...
  KING KONG 2019 : DISPONIBLE...
  HAWAII 5-0 : SAISON 8 EN CO...
  DISNEY DÉVOILE :"LE ROI LIO...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX LA ...
  NETFLIX DÉVOILE SA NOUVELLE...

Turandot : Stade de France 2005

Genre Opéra
Pays France-Chine (2005)
Date de sortie jeudi 8 décembre 2005
Durée 160 Min
Réalisateur Yimou Zhang
Avec Irina Gordeï, Nicola Martinucci, Yao Hong, Massimo La Guardia, Alexander Anisimov, Laurent Alvaro, Nicola Pamio, Gilles San Juan, Guillaume Doumenge
Compositeur Puccini
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Simon Volant
  Editeur   Tf1 video
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  160 min
  Nb Dvd  1
   
   

Résumé


Acte 1

Turandot sera la femme de quiconque, de sang noble, donnera la réponse à 3 énigmes. Dans le cas contraire, le prétendant sera décapité. Parmi la foule assistant à la présentation du prochain condamné, on trouve Timur, roi tartare déchu accompagné par Liù jeune esclave fidèle. Timur retrouve son fils qui tombe amoureux de Turandot.; il décide de tenter les 3 épreuves.


Acte 2

Les ministres préparent l'éventuel mariage et le probable enterrement du nouveau prétendant. Pourtant, le prince résout les 3 énigmes. Il pose à son tour une énigme à la princesse Turandot : si elle découvre le nom du prince, il renonce à la vie, dans le cas contraire, elle et son peuple reconnaissent le nouvel empereur.


Acte 3

Liù perd la vie pour protéger le véritable nom du prince (qu'elle connaît) mais le prince révèle le terrible secret à la princesse Turandot. Possédant le véritable nom du prince, Turandot tient sa vie entre ses mains. Mais, amoureuse de lui, elle préfère perdre l'énigme et l'accepter comme époux.



Turandot est un drame lyrique de Puccini en 3 actes et 5 tableaux. C'est une oeuvre inachevée du compositeur italien qui fut finalisée par l'un de ses élèves 2 ans après la mort du maître. Pour cette représentation, c'est le metteur en scène chinois Zhang Yimou qui se réapproprie le plus oriental des opéras occidentaux.


Après Aïda, Carmen ou le requiem de Verdi, le stade de France ose encore proposer à un large public un spectacle qui n'est pas ou plus franchement populaire aujourd'hui. Et pourtant, le succès est au rendez-vous avec 40 000 spectateurs ravis pour cette production hors-norme. Cette fois, la scène n'est pas centrale, mais disposée de manière classique, frontale.


Les chiffres parlent d'eux-mêmes avec une scène de 175 mètres de long sur 71 mètres de profondeur et avec une hauteur de 35 mètres. La musique reproduite par 80 musiciens soutenus par 120 choristes. Sur scène, en plus des 9 ténors, on trouve 100 danseurs/acrobates et 150 figurants. Tout ce petit monde ne se partage pas moins d'un milliers de costumes importés du pays du soleil levant. Autant le dire, tout le long du spectacle, c'est un festival de couleurs éclatantes et de décors riches en détail.


Le spectacle a été rodé en Chine avant de débarquer dans le stade de France. C'est le Zhang Yimou que l'on connaît pour « Epouses et concubines », « Vivre », « Héro » ou « Le secret des poignards volant » qui relève le défi de donner vie à la gigantesque scène. Pour cela, il mise à la fois sur la démesure et le détail. D'un côté la taille des décors, mobile et changeant et le détail des costumes authentiques. D'un autre, il utilise les danseurs et figurants pour remplir régulièrement la scène.


Il sait également prendre le temps d'instaurer une ambiance plus intime sur la scène lors des échanges importants entre les protagonistes. L'interprétation est sans faille et la musique superbement interprétée.


La mise en image pour la vidéo de Tarandot donne la priorité aux plans serrés au détriment des plans d'ensemble. Le réalisateur essaie surtout de ne pas casser la magie de l'histoire avec les détails techniques. Du coup, on ne voit que rarement les micros, caméras, écrans géants et le public. L'action reste prioritaire avec les ténors.

On regrettera juste la sensation que parfois la réalisation vidéo subit le spectacle. Les changements de plans suivent un peu trop l'action au lieu de la précéder. De plus, le choix de privilégier les plans serrés ne convient pas tout le temps. Par exemple, au lieu de voir l'action synchronisée de l'ensemble des figurants, on se focalise trop souvent sur quelques acteurs. Quel dommage, l'impact du jeu d'ensemble qui remplit la scène en est d'autant réduit de par cette vision légèrement étriquée.


Verdict


Un opéra éternel et une mise en scène majestueuse. On regrettera juste une mise en image qui restreint légèrement la taille de la scène.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.78:1
   
   
 Des couleurs saturées et un piqué d'image de très bonne qualité. Malheureusement, la compression MPEG2 est d'une qualité assez moyenne. Sur de nombreux plans, on peut facilement distinguer les images initiales sous forme d'un rafraîchissement de l'image toutes les deux secondes.


Le Son
 
En stéréo, la qualité est bonne (pour du son compressé).
En Dolby Digital 5.1 (448 kbit/s), la scène est frontale. Les voix restent sur la centrale et les deux choeurs à gauche et droit de la scène utilise les enceintes avant respectives. Les enceintes arrière servent pour les applaudissements du public. La qualité du spectacle aurait mérité un encodage DTS.


Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 30 min
  Boitier Amaray
   
   

Le reportage, d'une vingtaine de minutes, assez complet sur la mise en place de Turandot au Stade de France constitue le bonus principal. Les différents intervenant s'y expriment de manière sincère comme le chef d'orchestre qui explique frachement son ressenti à propos de la version proposée de la pièce (en 3 actes).


A côté de ce reportage, nous trouvons quelques fiches informative sur l'évênement et une galerie photo sur les coulisses de l'évènement.



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage