du même réalisateur
  LE LIMIER - SLEUTH
  THOR
  PETER'S FRIENDS
  THE RYAN INITIATIVE
  THE RYAN INITIATIVE
  CENDRILLON

dans le même genre
  LA BOHÈME
  MARIA CALLAS : THE ETERNAL ...
  TURANDOT : STADE DE FRANCE ...
  VERDI - I VESPRI SICILIANI ...
  PELLÉAS ET MÉLISANDE - GLYN...
  LE COMPTE ORY - GLYNDEBOURN...
  MARY STUART - ENGLISH NATIO...
  WAGNER : DIE WALKÜRE
  STUTTGART OPERA - DER FREIS...
  GLYNDEBOURNE FESTIVAL OPERA...

du même éditeur
  THOMAS PESQUET, L'ETOFFE D'...
  VOYAGE OF TIME : AU FIL DE ...
  LES CHEMINS DE L'ÉCOLE VOLU...
  ILS S'AIMENT DEPUIS 20 ANS
  L'ALGERIE VUE DU CIEL
  JACKIE
  SHERLOCK SAISON 4
  DIX POUR CENT SAISON 2
  LA FILLE DE BREST
  MA VIE DE COURGETTE


Dernières Actus
  POWERDVD 19 : COMPATIBLE 8K...
  KING KONG 2019 : DISPONIBLE...
  HAWAII 5-0 : SAISON 8 EN CO...
  DISNEY DÉVOILE :"LE ROI LIO...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX LA ...
  NETFLIX DÉVOILE SA NOUVELLE...
  NETFLIX ANNONCE LA SAISON 3...
  LE PALMARÈS DU FESTIVAL SÉR...

La flûte enchantée

Genre Opéra
Pays Grande Bretagne (2006)
Date de sortie mercredi 5 septembre 2007
Durée 133 Min
Réalisateur Kenneth Branagh
Avec Joseph Kaiser, Amy Carson, Benjamin Jay Davis, Lyubov Petrova, René Pape
Producteurs Fondation Peter Moores
Scénaristes Kenneth Branagh, Stephen Fry, Emanuel Schikaneder
Compositeur Wolfgang Amadeus Mozart
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Non
Non
Non
  Français
Oui
Non
Non

Le Film Critique de Jean-Luc Richter
  Editeur   France télévisions Distribution
  Edition   Prestige
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  133 min
  Nb Dvd  1
   
   
« Il s’agit d’une œuvre à mi-chemin entre conte de fées, drame, comédie, aventure et traité philosophique »
Kenneth Branagh
 
L’histoire

À la veille de la Première Guerre mondiale, Tamino (Joseph Kaiser) s’engage dans un dangereux périple : tandis que le monde s’enfonce dans les ténèbres et la folie destructrice, il se met en quête d’amour, de paix et de lumière. Un calme inquiétant plane sur la région encore épargnée par la guerre alors que Tamino, en compagne de ses hommes paralysés par l’angoisse, attend l’ordre de partir au combat. Au cours du chaos qui s’ensuit, Tamino se retrouve projeté dans un univers crépusculaire, entre rêve et cauchemar, où trois infirmières militaires (Teuta Koço, Louise Callinan et Kim-Marie Woodhouse) lui sauvent la vie… Lorsque Papageno (Benjamin Jay Davis), gardien des canaris utilisés pour détecter la présence de gaz dans les tranchées, apparaît en prétendant avoir sauvé Tamino, les Sœurs décident de les envoyer sur une mission périlleuse.Ils doivent retrouver la trace de Pamina (Amy Carson), la ravissante fille de la Reine de la Nuit (Lyubov Petrova), enlevée par le redoutable seigneur Sarastro (René Pape)…
 
À propos du film

« La Flûte enchantée » est l’un des opéras les plus populaires de Mozart. Le compositeur autrichien s’est basé sur le livret d’Emanuel Schikaneder et fait une première représentation de cette pièce en 1791, à Vienne. « Opéra comique » dans sa forme, cette œuvre peut être lue à différents niveaux et mêle magie, aventure et même philosophie. Longtemps considérée comme une œuvre trop ‘populaire’ et nécessitant de complexes décors et costumes pour sa mise en scène, cet opéra est revenu à la « mode » à partir du dernier quart du XXe siècle.

C’est Sir Peter Moores qui est à l’origine de cette adaptation. Créateur de la fondation ‘Peter Moores’, destiné au soutien financier de l’art lyrique (entre autres), il a contacté le réalisateur Kenneth Branagh, déjà à l’origine d’adaptation de pièces de Shakespeare au cinéma (Henri V, Hamlet, Beaucoup de bruit pour rien). Peu au courant des ‘codes’ de l’opéra, le réalisateur a tout de même tenu à relever le défi, en association avec l’auteur Stephen Fry qui l’aide à rédiger un livret réactualisé.

Kenneth Branagh décide de placer l’histoire au cœur du conflit de 1914-1918 et place les deux camps rivaux dans une guerre de tranchés. Après avoir traduit le texte en anglais et modifié certaines scènes, sans toucher à la musique, il engage des chanteurs d’art lyrique pour devenir les acteurs du film. Ce choix permet de respecter l’œuvre au mieux, sans doublage, mais a contraint le réalisateur à former ces nouveaux ‘acteurs’ pour une interprétation assez éloignée d’une prestation scénique.
 
Critique subjective

Le pari de cette adaptation est une pleine réussite. Le cinéma apporte beaucoup à l’œuvre de Mozart et sa musique n’en est que plus vivante avec cette illustration visuelle qui met en relief l’aspect ‘féerique ’ de l’histoire. Le placement dans la Première Guerre mondiale est un peu déroutant de prime abord, mais il souligne bien les côtés sombres de l’opéra.

On sera également séduit par l’interprétation, sur des textes qui se marient admirablement bien avec la musique. À ce propos, la célèbre, et difficile chanson de la reine de la nuit, intitulé ici « Infernal Fury » est remarquablement transcrite par Lyubov Petrova dont le personnage gagne en complexité sous la direction de Kenneth Branagh. Cette reine n’est plus seulement la ‘méchante’ de l’histoire, mais elle est avant tout une femme délaissée, presque ‘moderne’ dans sa recherche de vengeance.

« La Flûte enchantée » est donc un régal pour les yeux et les oreilles et pourra constituer une belle entrée en matière dans le monde de l’opéra pour ceux qui ne sont pas familiers du genre. Les puristes regretteront sans doute la traduction en anglais et la ‘modernité’ de l’interprétation, mais après le ‘choc’ de la découverte, on ne saurait qu’être séduit par ce film unique.

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Proposée au format 1.85, l’image du film est globalement assez propre. Les couleurs sont éclatantes et précises et les scènes sombres recèlent de nombreux détails. On regrettera seulement que certains effets spéciaux ne soient pas très ‘propres ’ et qu’on ait tendance à deviner la présence de l’écran vert derrière les acteurs. Ce n’est pas vraiment gênant, mais cela donne un côté encore plus irréel à l’œuvre (peut-être souhaitée par le réalisateur ?!).

Le Son
 
Il est possible d’apprécier ce DVD en Dolby Digital 2.0 et 5.1. Le second choix sera à privilégier afin de bénéficier d’une meilleure immersion dans le film. Si la dynamique est satisfaisante, le CD audio qui accompagne le film nous montre à quel point une piste audio PCM stéréo (ou DTS plein débit) aurait apporté une dimension supérieure à l’œuvre.
Ce problème est récurrent sur les DVD d’opéras, qui ne proposent généralement que le Dolby Digital 2.0, à l’exception notable de « Die Walküre » dirigé par Barenboim à Bayreuth (édition Warner Classics) qui offrait une piste DTS plein débit à la dynamique superbe (critique sur DVDcritiques.com). Il est regrettable que France Télévision Distribution n’ait pas suivi cet exemple pour un opéra ou la qualité sonore est fondamentale !


Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 79 min
  Boitier Amaray
   
   
Pour cette œuvre magistrale, l’éditeur France Télévision Distribution nous propose un coffret de bien belle facture. Une fois sortie de son fourreau cartonné, la pochette du DVD se présente comme un livret dans lequel se clipse le DVD et qui est accompagné d’un CD audio reprenant les principaux chants de l’opéra.

Le livret lui-même, très coloré et bien cartonné, montre des photos du film, et contient une présentation de la pièce et du réalisateur, un entretien avec Kenneth Branagh, une description de la fondation Peter Moores (producteur du film), un casting complet avec le nom de tous les musiciens et surtout le livret de l’opéra traduit en français (32 pages).

Bonus

En plus de ce superbe coffret, le DVD lui-même contient un chapitrage, la bande-annonce du film et un documentaire :

Kenneth Branagh et la Flûte enchantée (VO et VF en 16/9e)
Ce documentaire retrace la création du film depuis l’écriture du script, le choix des acteurs, le tournage… Tout au long du reportage, assez dynamique dans sa conception, nous suivons le réalisateur et les acteurs, qui ne sont pas des professionnels du cinéma. On y voit un réalisateur qui s’est beaucoup investi dans ce film, menant en détail le jeu des acteurs, mais aussi l’interprétation des musiciens et insistant sur l’importance de la compréhension des dialogues. Toute la création du long métrage y est abordée, avec la création des décors, les effets spéciaux, la mise en scène, la conception des costumes, le tournage lui-même, le placement des caméras, la mise en lumière… Enfin, Kenneth Branagh y explique en détail sa vision de l’œuvre de Mozart.

Bande-annonce



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   CD Audio