du même réalisateur
  LES EUROPÉENS (COLLECTION J...

dans le même genre
  L'EQUIPAGE
  PATRICK MELROSE
  UNE AFFAIRE DE FAMILLE
  CAPHARNAÜM
  L'AMIE PRODIGIEUSE
  A BRIGHTER SUMMER DAY
  SHÉHÉRAZADE
  GUY
  HIPPOCRATE : SAISON 1
  THE LOST SOLDIER

du même éditeur
  SUSPECT ZERO
  QUAND HARRIET DÉCOUPE CHARL...
  ROMAN DE GARE
  LES AVENTURES DU BARON DE M...
  BIENVENUE DANS LA JUNGLE (B...
  HOLLOW MAN (BLU-RAY)
  PRESQUE CÉLÈBRE
  VERTICAL LIMIT
  TERREUR SUR LA LIGNE
  CASINO ROYALE (IMPORT UK - ...


Dernières Actus
  L'ÉQUIPE DE DARK PHOENIX EN...
  KEANU REEVES VOUS PRÉSENTE ...
  LE NOUVEAU DOCUMENTAIRE SUR...
  TEST MUSICCAST BAR 400 : IM...
  TROIS FEMMES REVIENT DANS U...
  UN SAC DE BILLES : ÉDITION ...
  CREED II DISPONIBLE EN DVD,...
  A STAR IS BORN – ENCORE. LA...

La comtesse Blanche

Titre Original The White Countess
Genre Drame
Pays USA (2005)
Date de sortie mardi 12 juin 2007
Durée 130 Min
Réalisateur James Ivory
Avec Ralph Fiennes, Natasha Richardson, Vanessa Redgrave, Lynn Redgrave, Hiroyuki Sanada
Producteurs Ismael Merchant
Scénaristes Kazuo Ishiguro
Compositeur Richard Robbins
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Oui
  Anglais
Oui
Oui
Oui
  Arabe
Oui
Oui
Oui
  Danois
Oui
Oui
Oui
  Norvégien
Oui
Oui
Oui
  Suédois
Oui
Oui
Oui

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Columbia
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  130 min
  Nb Dvd  1
   
   

Aristocrate Russe exilée à ShanghaiSofia vend ses charmes dans un cabaret. Vieux et aveugle, Mr Jackson, ancien diplomate, rêve d’ouvrir son propre établissement. Leur rencontre est l’occasion pour chacun d’eux de changer le cours de leurs existences.

On le sait depuis bien longtemps déjà, James Ivory, filme comme personne, les failles de l’être humain. De la solitude à l’errance d’existence au bord de l’extinction, usée par les méandres d’un passé suffisamment lourd à porter et d’un présent aussi étouffant que pesant. Les personnages de « La Comtesse Blanche », n’échappent pas à la règle. Portant chacun leur part de blessures aussi béantes que douloureuses. Sofia qui ère dans cette nouvelle vie, où la seule espérance reste l’hypothétique retour dans un pays qu’ils ont fuit pour survivre. Mais la survie implique, l’errance, l’abandon au plus grand dénuement, les plus grands sacrifices. Un exil où les rats ont plus d’importance que le prestige des vies passées et l’opaque avenir qui se dessine au loin. Une nouvelle vie où le regard des autres blesse autant qu’une lame pénétrant en plein coeur, où les questions des enfants deviennent un miroir involontaire à la honte que l’on porte. Anna rêve de revanche, d’une vie meilleure, assume les paroles blessantes de sa propre famille qui juge pour ne pas admettre son échec, elle supporte les mains de ses hommes qui l’effleurent le temps d’une danse, d’une discussion, ou voir même plus, pourquoi pas, puisque l’amour propre a disparu, le corps n’est plus qu’un fardeau de honte à porter comme une guenille sur une souillon.

Jusqu’à ce qu’un homme, doux, fragile parce qu’handicapé, arrive et lui redonne le goût de l’espoir. Seulement cet homme qui semble avoir tout, traverse aussi la vie, comme une âme en peine, riche mais pauvre de tendresse. Rongé de remords, usé de souffrance morale autant que physique, refusant ce handicap, qui reste la preuve d’un passé douloureux. Poursuivant un rêve pour panser ses plaies, à la recherche des chimères qui apaiseront son cœur, Mr Jackson égrène ces rues dans l’obscurité de sa cécité tout en suivant une lumière qui semble vouloir l’apaiser. Une rencontre, une écoute, une attention, voilà ce que ces deux personnages attendent de la vie pour revivre enfin.

Magnifiquement interprété par Ralph Fiennes et Natasha Redgrave, « La comtesse Blanche » est un superbe drame, dans la lignée de Casablanca. Et même si l’on peut regretter une mise en scène un peu trop flémarde pour un réalisateur tel que James Ivory, l’ensemble fonctionne à merveille, et touche le cœur du spectateur. Mais il est vrai que le réalisateur semble s’être lui-même pris les pieds dans le tapis et n’avoir pas pu se relever, tant l’ensemble manque d’énergie à certain moment. Comme pour exemples les premières scènes de cabaret qui sans faire de comparaison avec le « Moulin Rouge » de Baz Luhrman qui magnifiait ces lieux de débauches et de plaisirs, semblent plus proche de soirées guindées et sans rythme que de celle qui animaient le cœur des hommes de Shanghai et d’ailleurs. James Ivory semble traîner la patte dans un lieu à l’ambiance survoltée et préférer plutôt la contemplation d’un couple qui s’unit pour faire vivre inconsciemment le rêve de l’autre.

Et c’est en cela que James Ivory réalise encore une belle performance, puisque les blessures des uns et des autres apparaissent plus arides que jamais, et l’on se prend facilement au jeux de celui qui versera, le premier, cette larme, preuve irréfutable que le but est atteint et que les scénaristes ont trouvés les mots qu’il fallait pour toucher le cœur des spectateurs et spectatrices.

En conclusion, une belle fresque romantique dans la lignée de Casablanca, mais qui souffre d’une certaine lenteur dans la narration et d’un certain manque de rythme lors de scènes à l’intérieur du cabaret. Malgré tout une œuvre dont James Ivory n’aura pas à rougir puisqu’elle parvient à toucher le cœur des spectateurs.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Une belle image mettant parfaitement en valeur les contrastes, de cet univers à la fois sombre et lumineux de ces cabarets chinois. Très peu de grains à constater en effet, ce qui permet de se plonger allègrement au cœur de cette œuvre aux décors magnifiques.

Le Son
 
Une piste 5.1 suffisamment efficace pour nous plonger avec allégresse au cœur du Shanghai des années 30, mais un peu trop timide pour pouvoir nous plonger dans l’univers à la fois enivrant et feutré des cabarets de l’époque. Une déception en soit !

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 45 min
  Boitier Amaray
   
   
Tout d’abord les commentaires audio de James Ivory et de Natasha Richardson, pour mieux comprendre les choix et les obstacles du tournage. Ensuite un Making of pour l’aspect plus général et on peut le dire aussi sans froisser les esprits pour le côté plus promotionnel. Puis les Secrets de tournage, qui sont en fait une sorte de continuité du making-of. Un hommage au producteur Ismail Merchant, qui fut le compagnon de route de James Ivory, via leur société de production Merchant/Ivory et qui fut l’une des figures les plus emblématiques de la production internationale. Et enfin le film annonce qui clôt ces bonus dont le grand charme sera de na pas faire dans la promo absolument, mais aussi dans la qualité et dans l’émotion. A l’image du film en somme !

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   Hommage à Ismael Merchant