dans le même genre
  LA RIVIÈRE DE NOS AMOURS
  LA VENGEANCE AUX DEUX VISAG...
  DUEL AU SOLEIL
  DEAD AGAIN IN TOMBSTONE
  LITTLE BIG MAN
  JANE GOT A GUN
  COW-BOY
  3H10 POUR YUMA
  THE HOMESMAN
  LE BON LA BRUTE ET LE TRUAN...

du même éditeur
  JURASSIC WORLD EVOLUTION (S...
  LE JEUNE MESSIE
  LA VIE EST BELLE (ULTRA HD...
  LA VIE EST BELLE
  ESCAPE AT DANNEMORA
  CRAWL
  ROCKETMAN
  LE PARC DES MERVEILLES
  SIMETIERRE
  BUMBLEBEE


Dernières Actus
  DAVID PROWSE L'ACTEUR QUI I...
  DVDCRITIQUES LIVE #29 : EN ...
  TEST AMPLI-TUNER PIONEER VS...
  DOLBY ATMOS MUSIC : QUOI, O...
  L’ASCENSION DE SKYWALKER EN...
  NOUVEAUTÉS 2020/2021 YAMAHA...
  FOCAL CHORA 826D DOLBY ATMO...
  SMYTH REALISER A16 : L'INTE...

7 hommes à abattre - Edition spéciale 1956

Titre Original Seven Men From Now
Genre Western
Pays Etats-Unis (1956)
Date de sortie mercredi 6 juin 2007
Durée 75 Min
Réalisateur Budd Boetticher
Avec Randolph Scott, Lee Marvin, Gail Russell
Producteurs Andrew V. McLaglen & Robert E. Morrison
Scénaristes Burt Kennedy
Compositeur Henry Vars
Format Dvd 9
Informations
Complémentaires
NB : Un bug sur cette édition spéciale. En plein milieu du film et pour une certaine durée les sous-titres français du film sont remplacés par ceux du commentaire avec impossibilité d’avoir ceux destinés au long-métrage. Donc si vous ne maîtrisez pas la langue de Billy The Kid, une partie du film (et pas des moindres en plus !) risque de vous échapper.
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Oui
Non
Oui
  Allemand
Oui
Non
Oui
  Danois
Oui
Non
Non
  Espagnol
Oui
Non
Oui
  Finnois
Oui
Non
Non
  Français
Oui
Oui
Oui
  Hollandais
Oui
Non
Non
  Italien
Oui
Non
Oui
  Norvégien
Oui
Non
Non
  Suédois
Oui
Non
Non

Le Film Critique de Arnaud Herpin
  Editeur   Paramount
  Edition   Edition spéciale
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  75 min
  Nb Dvd  2
   
   

Résumé

Un homme assassine froidement deux cow-boys réfugiés dans une grotte pour échapper au déluge de pluie s’abattant sur un désert pourtant si souvent chaud et aride. Ben Stride (Randolph Scott) entame alors une lente mais implacable vengeance. Vont l’accompagner dans sa quête rédemptrice, Annie Greer (Gail Russell) et son mari, un couple atypique, Bill Masters (Lee Marvin) et son partenaire, à la recherche de la même chose que Ben mais pour différentes raisons.

Si Eddy le dit !

 « Pendant plus de 4 décennies, 7 Hommes à Abattre a été invisible, considéré comme un film perdu. Enfin retrouvé, et restauré pour le dvd, le film n’a non seulement pas pris une ride, mais reste un sommet du western… Quelle claque ! », signé Eddy Mitchell. On peut faire confiance à l’animateur de l’émission culte La Dernière Séance, grande pourvoyeuse de pépites du genre cinématographique cher à John Wayne, le western. Il connaît son sujet sur le bout des doigts et on aurait tort de ne pas écouter celui qui a plutôt tendance à nous casser les oreilles en temps normal avec ses chansons. Car Budd Boetticher, réalisateur adulé par Scorsese, Tarantino ou Eastwood, nous livrait en 1956, probablement son meilleur film. Un western d’1h15 sans fioriture, sec et rugueux à l’image de ce climat sévissant dans l’Ouest américain.

 On y retrouve Randolph Scott, dans sa traditionnelle composition de héros ténébreux et impassible, lancé à la poursuite de 7 hommes, décidé à les éliminer un par un pour rendre sa propre justice. Il sera rejoint dans sa chevauchée solitaire par Lee Marvin, excellent d’arrogance et de séduction dans le rôle d’un cow-boy manipulateur, animé par l’appât du gain, et par Gail Russell, beauté sensationnelle, hélas disparue trop tôt, prêtant ses traits prématurément vieillis par l’alcool à une femme de caractère affublé d’une ombre pour mari.

 Le réalisateur, fan de tauromachie, réalise un film simple mais efficace. On va à l’essentiel et on évite de rajouter des séquences lourdes et inutiles juste pour remplir l’espace. La mise en scène épouse parfaitement l’histoire. Limpide et sans effet artificiel au service d’une vendetta inéluctable et sans état d’âme. A l’opposé des héros de westerns des décennies suivantes, Ben ne se posera jamais de question. Il agit dans son droit et ses actes ne l’empêchent pas de dormir. Contrairement aux sentiments naissant pour Annie, alors que lui-même vient de perdre sa femme. Le héros solitaire trouvera-t-il plus que l’apaisement de son âme dans l’accomplissement de son voyage ?

Conclusion

Il ne s’agit peut-être que d’une série B mais la qualité du film lui confère sans problème le statut A. De plus, si vous être fan de western, ce long-métrage doit obligatoirement figurer dans votre dvdéthèque.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.78:1
   
   

Un assez bon travail de restauration. Les couleurs sont très belles et bien mises en valeur. Il reste un problème de flou sur les plans lointains, mais rien de bien gênant sur un grand écran.

Le Son
 

Sur ce point, le travail de restauration ne fait pas de miracle. Un dolby digital mono très moyen. Les voix sont assez claires mais la spatialisation et la dynamique sont mornes.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 154 min
  Boitier Amaray avec fourreau cartonné
   
   

Sur des menus statiques et aussi beaux qu’un papier peint des années 70, des bonus complets et très instructifs.

Budd Boetticher : Un Américain Original. Un très bon documentaire dressant un portrait assez complet du réalisateur maudit et qui délivre une complète analyse du film.

The John Wayne Stock Company : Gail Russell. Sur des photographies et extraits du film, un narrateur évoque la courte carrière de l’amie du Duke, morte à 36 ans, fille sublime (encore plus belle qu’Elizabeth Taylor, la jeune !), mais atteint d’alcoolisme (tiens, comme l’autre ?).

Lone Pine.Petit documentaire sur les lieux du tournage du film, très populaires et où de nombreux autres longs-métrages ont été mis en boîte.

Bande-annonce cinéma

Bandes-annonces de la maison de production Batjac

Galerie photos

Générique du documentaire sur Budd Boetticher !!!

Commentaire de Jim Kitses (historien du cinéma et auteur de « Horizons West : Directing the Western from John Ford to Clint Eastwood). Très bien fait et très intéressant.



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage