du même réalisateur
  DEATH ROW
  LES MISÉRABLES
  THE LOST SOLDIER
  55 STEPS

dans le même genre
  WILD ROSE
  KIDDING : SAISON 1
  WINTER BROTHERS
  YEARS AND YEARS
  MA VIE AVEC JOHN F DONOVAN
  MEURTRE À ALCATRAZ
  MAIS VOUS ÊTES FOUS
  AFTER CHAPITRE 1
  NETWORK
  SENSES

du même éditeur
  ROCKETMAN
  LE PARC DES MERVEILLES
  SIMETIERRE
  BUMBLEBEE
  SEAL TEAM SAISON 1
  NCIS : LOS ANGELES SAISON 9
  EVANESCENCE SYNTHESIS LIVE
  SANS UN BRUIT (ULTRA HD / 4...
  MACGYVER SAISON 1
  HAWAI FIVE-0 SAISON 7


Dernières Actus
  BANDE ANNONCE DE WONDER WOM...
  BANDE ANNONCE DE : SOS FANT...
  BLACK WIDOW ET LES NOUVEAUX...
  JAMES BOND NO TIME TO DIE :...
  MA FOLLE HISTOIRE DU CINÉMA
  LE CINÉMA DE CLAUDE ZIDI
  NOUS AVONS VU LES DEUX PREM...
  THE ROLLING STONES ON STAGE

Goodbye Bafana

Genre Drame
Pays Allemand, Belge, Sud-Africain, Britannique et Luxembourgeois (2007)
Date de sortie jeudi 25 octobre 2007
Durée 113 Min
Réalisateur Bille August
Avec Joseph Fiennes, Denis Haysbert, Diane Kruger
Producteurs Ilann Girard, Andro Steinborn et David Wicht
Scénaristes Greg Latter et Bille August
Compositeur Dario Marianelli
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Espagnol
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Paramount
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  113 min
  Nb Dvd  1
   
   

La vie de James Gregory, un Sud-Africain blanc, gardien de prison en charge de Nelson Mandela, de l’incarcération de ce dernier dans les années 60 à sa libération en 1990. Pendant 25 ans, Grégory s’est occupé de Mandela jour après jour. Il a été son geôlier, son censeur mais aussi confident, de Robben Island à Pollsmoor, et enfin jusqu’à sa résidence de Victor Verster d’où il fut libéré en 1990.

Forcément un film sur Mandela ne peut être que déroutant et en même temps un piège à toute démagogie. Car l’histoire de cet homme exceptionnel, fait obligatoirement résonner une multitude de cris provenant des geôles d’un régime aussi injuste qu’inexplicable. Mandela, c’est l’histoire de l’homme noir, c’est le combat des absurdités nombreuses de l’homme blanc. Ce Gandhi noir aura prouvé  que les coups et les blessures n’altèrent jamais la détermination d’un homme né pour être libre. Comme une aura rayonnante il réussit à faire trembler un régime, par son seul désir de ne pas tomber à terre, et de croire en la possible existence d’un monde ou noir et blanc vivent en totale harmonie. Un monde, où la seule race existante est celle des hommes. Raconter Mandela, c’est parler de l’absurde autant que du respect, c’est tenter de comprendre l’inexplicable tout en devenant témoin d’une histoire sombre dirigé pas des êtres clairs. L’apartheid est une page de l’histoire à se souvenir pour ne pas réitérer les mêmes erreurs. Seulement voilà, l’homme blanc ne sait que recopier le bien de son histoire comme le mal. Ainsi chaque époque contient son lot d’insouciance, de violences injustes, de répressions sanglantes face à un occident aussi sourd qu’il est aveugle à ces peuples qui le laisse indifférent. La pauvreté fait vibrer le cœur de l’occident quand elle touche ses intérêts. Les voix qui se lèvent se perdent malheureusement  dans les méandres des bureaucraties insensibles aux douleurs des peuples éloignés.

Le film de Bille August (Pelle le conquérant, Jerusalem) traite de manière maladroite la relation incongrue autant que superbe qu’entretint Nelson Mandela avec son geôlier James Grégory. Incongrue puisqu’à l’époque le jeune blanc devait espionner le prisonnier pour que le gouvernement puisse mieux l’affaiblir. Une situation terrifiante qui fera naître la liberté dans ce pays où les noirs avaient autant de droits que les chiens et parfois même moins. Maladroitement, car le scénario semble éviter de trop sombrer dans l’horreur de la situation au point d’éluder d’une certaine manière les raisons qui ont fait renaître dans ce jeune gardien, élevé au milieu des  noirs, un sentiment de fraternité envers Mandela. On ne sait d’ailleurs pas pourquoi le jeune homme a ainsi changer d’état d’esprit, au point de devenir un fervent défenseur de la cause menée par ce charismatique combattant de la liberté. Le scénario ne parvient jamais à réellement sonder en profondeur les méandres de ces esprits inconscients qui marquèrent des frontières entre les origines et le temps présent.

Même les compositions des deux acteurs principaux Dennis Haysbert ( Heat, 24 heures Chrono) et Joseph Fiennes ( Shakespeare in love, Stalingrad)qui semblent ne pas  tout a fait savoir comment donner une image suffisamment forte pour capter l’attention du spectateur. Seule Diane Kruger (Troie, Benjamin Gates et le trésor des templiers) parvient à offrir une composition suffisement en dualité pour nous laisser toucher du doigt le paradoxe d’un état qui opprime une partie de son peuple pour ne pas avoir à justifier sa présence.

En conclusion, un film forcément fort sur les relations qu’entretinrent Mandela et son geôlier, mais qui se révèle vite un peu trop superficiel pour être complètement réussi. Le scénario passant trop vite sur certains passages important de la vie des deux protagonistes.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   
Une image correcte sans être particulièrement exceptionnelle. Légèrement granuleuse, certains paysages sont tout de même agréablement servis par le support. Il suffit pour cela de voir les flancs de montagne qui entourent Soweto pour s’en persuader. Les contrastes sont autant de qualité correcte, sans appeler à la perfection.

Le Son
 
L’une des grandes faiblesses de cette édition, le son est particulièrement faible et l’on se doit de jouer énormément avec la télécommande pour naviguer tout au long du programme. Les dialogues souffrent d’ailleurs terriblement de cette situation.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   
Les bonus, aussi, sont une grande déception dans cette édition, car il faudra se contenter d’un simple Making Of des plus commerciaux qui soit. Même l’intro est gâchée, car elle est composée d’une courte interview séparée des deux protagonistes, mais leurs commentaires sont affublés d’une musique aussi entraînante que celle d’un orgue Bontempi dans une cage d’ascenseur.  Un ensemble sans grand intérêt aux vues des possibilités qu’offrait le sujet du film. Une véritable déception !

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage