du même réalisateur
  GOODBYE BAFANA
  LES MISÉRABLES
  THE LOST SOLDIER
  55 STEPS

dans le même genre
  PARASITE
  LES SAUVAGES
  COLD BLOOD LEGACY : LA MÉMO...
  BLANCHE COMME NEIGE
  GOMORRA SAISON 4
  LE CHANT DU LOUP
  TRAINÉ SUR LE BITUME
  US
  GLASS
  ASSASSINATION NATION

du même éditeur
  V/H/S
  EPISODES SAISON 2
  GRABBERS
  GHOST MACHINE
  CHOOSE
  RED HILL
  NO MERCY
  DOGHOUSE
  THE COLLECTOR
  KONTROLL


Dernières Actus
  BANDE ANNONCE DE WONDER WOM...
  BANDE ANNONCE DE : SOS FANT...
  BLACK WIDOW ET LES NOUVEAUX...
  JAMES BOND NO TIME TO DIE :...
  MA FOLLE HISTOIRE DU CINÉMA
  LE CINÉMA DE CLAUDE ZIDI
  NOUS AVONS VU LES DEUX PREM...
  THE ROLLING STONES ON STAGE

Death row

Titre Original Death row
Genre Thriller
Pays Etats-Unis (2004)
Date de sortie jeudi 6 avril 2006
Durée 104 Min
Réalisateur Bille August
Avec Connie Nielsen, Aidan Quinn, Kelly Preston
Producteurs Michael Lunderskov
Scénaristes Neal Purvis, Robert Wade
Compositeur Harry Gregson-Williams
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Non
Non
Non

Le Film Critique de Julien Sabatier
  Editeur   C.T.V
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  104 min
  Nb Dvd  1
   
   

L’histoire

Ancien avocat tirant profit des lettres qu’il échange avec des condamnés à mort en utilisant de fausses identités, Frank Walsh va rencontrer une femme dont la culpabilité ne semble pas avérée.

Critique subjective

Réalisateur de Smilla, Les misérables et de plusieurs épisodes de la série Les aventures du jeune Indiana Jones, Bille August signait Death row en 2004. Empruntant à la comédie dramatique et au thriller, Death row (littéralement « quartier des condamnés à mort ») prend la peine de mort comme toile de fond et ne s’aventure jamais sur les sentiers glissants du plaidoyer contre la sentence capitale.

Le gros point fort du métrage est d’avoir pour personnage principal un homme méprisable qui saura saisir une opportunité de rédemption. Bien loin du jeune avocat au grand coeur, Frank Walsh est en effet un personnage haïssable. Escroc unique en son genre, il se fait passer pour autrui afin d’entretenir une correspondance épistolaire avec plusieurs condamnés à mort, vendant ensuite leurs lettres à des prix exorbitants. Walsh, le visage grave, le regard froid et la souffrance difficilement dissimulée est campé avec talent par Aidan Quinn, un comédien qui porte le film sur ses épaules. Au début de Death row, Walsh fait la connaissance de Charlotte Cory (une Connie Nielsen qui force un peu trop le trait), une femme condamnée à mort pour le rapt et le meurtre d’un bébé. Convaincu de l’innocence de la détenue, notre imposteur, ancien avocat, s’implique dès lors plus qu’il ne l’aurait voulu.

Après une première partie surtout dédiée aux interactions entre les deux personnages principaux (qui, s’ils s’apprécient, se mentent néanmoins réciproquement), Death row bascule dans le thriller, une course contre la montre dans laquelle Frank part à la recherche d’éléments à même d’innocenter Charlotte avant le moment fatidique. Une seconde partie qui se révèle plutôt bien troussée, les différentes pièces du puzzle s’emboîtant habilement.

Si le scénario est quelquefois un peu empesé (on en rajoute dans le pathos avec la soeur aveugle de Charlotte et les parents meurtris de l’enfant disparu), la réalisation académique de Bille August se fait discrète et ne souligne jamais le propos avec lourdeur. Une belle photographie à dominante bleu gris confère au métrage un certain cachet, une identité visuelle fort plaisante pour l’oeil.

Verdict

Distillant malheureusement l’émotion à doses homéopathiques, Death row parvient à divertir mais ne restera pas dans les annales. Seuls les plus friands de mélodrames en auront vraiment pour leur argent.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.77:1
   
   
Une image de qualité. Les couleurs froides et la luminosité particulière du métrage sont parfaitement gérées à l’écran. Le master est propre puisque aucune aspérité sur la pellicule n’est à déplorer. Seul petit défaut notable (mais pas gênant outre mesure) : une compression légèrement apparente au niveau des arrières plans (fourmillements).

Le Son
 
Deux pistes sonores des plus correctes. En VO comme en VF, l’ensemble est cristallin, bien spatialisé et dynamique (même si le métrage n’est pas propice au déluge sonore). On conseillera vivement la version originale (en Dolby Digital 5.1) qui, non contente d’être plus ample que son homologue française (au même format sonore), permet d’apprécier au mieux le jeu des acteurs, particulièrement la voix traînante et caverneuse d’Aidan Quinn.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 31 min
  Boitier Amaray
   
   


- Entretien avec l’équipe du film (26 minutes) : Sérieux, presque graves, acteurs et réalisateur évoquent les différents éléments du métrage (sujet, réalisation, interprétation, personnages, etc.) dans un supplément assez insipide, entendez par là que nous assistons au sempiternel concert de louanges réciproques.

- Bandes annonces (5 minutes) : Les bandes annonces de Death row, L’enfer des loups, Azumi 2 et Girls and sex 2.



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage