du même réalisateur
  DEATH ROW
  GOODBYE BAFANA
  LES MISÉRABLES

dans le même genre
  UN SAC DE BILLES
  LA MULE
  THE HATE U GIVE (LA HAINE Q...
  CREED II
  L'EQUIPAGE
  PATRICK MELROSE
  UNE AFFAIRE DE FAMILLE
  CAPHARNAÜM
  L'AMIE PRODIGIEUSE
  A BRIGHTER SUMMER DAY

du même éditeur
  LA POURSUITE IMPLACABLE
  CHACUN POUR TOUS
  GALVESTON
  PHOTO DE FAMILLE
  KIN : LE COMMENCEMENT
  DÉTECTIVE DEE : LA LÉGENDE ...
  COMMENT TUER SA MÈRE
  LES MUNICIPAUX
  ESCOBAR
  HANA-BI


Dernières Actus
  PREMIÈRE IMAGE DE "WEST SID...
  GLADIATEUR 2 EST CONFIRMÉ
  LE RÉALISATEUR FRANCO ZEFFI...
  RALPH 2.0 EN DVD ET BLU-RAY
  LE TRÈS COURT INTERNATIONAL...
  VAL DE ROCK, PREMIER FESTIV...
  LAURA DERN, SAM NEIL ET JEF...
  X-MEN DARK PHOENIX

The Lost Soldier

Titre Original The Chinese Widow
Genre Drame
Pays Chin (2018)
Date de sortie mercredi 28 novembre 2018
Durée 97 Min
Réalisateur Bille August
Avec Emile Hirsh, Yifei Liu
Producteurs Catharine Lin et Peng Sun
Scénaristes Greg Latter
Compositeur Annette Focks
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non
  Chinois
Oui
Oui
Non
  Japonais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   M6 vidéo
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  97 min
  Nb Dvd  1
   
   
En 1942, en riposte à l'attaque japonaise sur Pearl Harbor, l'US Air Force décide de bombarder Tokyo. Mais sur le chemin du retour, l'avion du jeune pilote Jack Turner, à court de carburant, s'écrase dans la jungle de la province de Zhejiang en Chine. Les aviateurs qui ont pu sauter en parachute sont capturés par les forces d'occupation japonaise. Jack, blessé, est secouru par Ying, une jeune veuve chinoise du village voisin. Aidée par sa fille de 12 ans et la résistance chinoise, elle va cacher le soldat américain chez elle, alors que les troupes japonaises ratissent la zone à sa recherche. Au cœur des combats, Ying et Jack vont-ils réussir à s'exfiltrer et à fuir le chaos ?

Réalisateur de film marquant tels que « Pelle le conquérant » ou encore « Mes Meilleurs intentions », pour lesquels il reçut deux palmes d’or à Cannes , Bille August s’attaque maintenant à la deuxième guerre mondiale, mais cette fois ci sur le conflit qui opposa le Japon impérialiste et conquérant et les Etats-Unis post Pearl Harbor et la Chine occupée. Au lieu de nous exposer pour une énième fois le courage et la valeur des hommes sur les champs de bataille, le réalisateur Danois nous entraîne dans les méandres d’une histoire, où deux personnages que tout oppose : Un soldat américain venu pour permettre à son pays d’obtenir sa vengeance après l’attaque de Pearl Harbor et une jeune veuve chinoise soumise à l’oppression japonaise, vont se rencontrer, s’entre aider et s’aimer dans une union tragique où la menace plane à chaque instant.

Sous cet angle, le réalisateur chercher de manière inlassable, comme dans toute son œuvre à faire sortir les qualités humaines en chacun, quite à appuyer presque jusqu’à la caricature le négatif celui qui est dessiné comme l’ennemi absolu. Et c’est peut-être là le point faible du film ! On peut vouloir faire naître l’humanité dans une histoire de conflit, sans pour autant manquer de nuance chez un personnage. Ici le capitaine Japonais est volontairement sanguinaire, abjecte et ne semble avoir aucun sentiment de quelque sorte. Il impose une violence évidente et une terreur qui le fait ressembler aux méchants de films de Roland Emmerich ou Michael Bay (deux réalisateurs réputés pour leur finesse). Son manque de nuance, notamment dans ses rapports avec Ying, la jeune veuve, lui font plus perdre en qualité qu’en prestige. Car le discours serait mieux passé si les japonais avaient été présentés avec plus de profondeur et moins de caractères désignés pour nuire.
Pourtant du côté des rapports qui vont unir Ying et Jack, il y a une véritable volonté de montrer la rencontre de deux mondes qui s’ignorent mais qui finalement luttent contre le véritable mal. Cette nature humaine qui pousse les gens à s’entraider et à braver les dangers pour sauver la vie et espérer une vie meilleure. Ying et jack ne peuvent communiquer par le langage mais parviennent tout de même par se comprendre et font fi de leurs coutumes qui les empêchent parfois de se comprendre du premier coup. Mais une intonation, une gestuelle du corps et chacun parvient à comprendre l’autre. La mise en scène de Billie August est toujours aussi soignée, le réalisateur n’a rien perdu de sa superbe et donne encore des leçons de cinéma aux plus jeunes avec des plans séquences tout en douceur qui appuient malgré toute la tension d’une scène ou encore des effets de contre jour pour mieux laisser le danger s’installer et faire monter la pression. 

Et puis il y a la distribution, brillante, radieuse et glamour à souhait, à commencer par Crystal Liu ou (Yifei Liu) que l’on retrouvera en 2020 dans la version live de « Mulan » de Disney. L’actrice est lumineuse et douce dans ce rôle de jeune fill brisée par la mort de son mari et la pression de ses beaux-parents enfermés dans leurs coutumes millénaires. L’actrice capte toute la lumière et impose un jeu tout en retenue. Face à elle, Emile Hirsch, que l’on ne présente plus depuis sa magnifique prestation dans « Into The Wild » de Sean Penn. L’acteur joue tout en souplesse, sans imposer une prestance qui viendrait caricaturer un personnage de soldat Américain. L’acteur se laisse porter par la douce force de sa partenaire et cela donne un couple glamour comme le cinéma n’en n’avait pas produit depuis longtemps.

En conclusion, « The Lost Soldier » est un film magnifique dans sa mise en scène et dans son interprétation, mais dont le méchant reste trop caricatural pour être complètement convaincant. Bille August nous avait habitué à mieux, ou, tout du moins, à plus fin.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.40:1
   
   
Le réalisateur a choisi un éclairage qui puisse mettre en valeur autant les acteurs que les environnements qui les entourent. Pour cela le chef opérateur a su mettre en valeur toutes les éclairages nécessaires, que ce soit pour donner une ambiance volontairement tout en nuance pour appuyer cette aventure sombre dans laquelle la lumière joue un rôle capital que ce soit dans l’intérieur de la maison de Ying ou dans les paysages de la campagne chinoise. Les couleurs sont parfaitement bien dosées. Les ambiances sont superbement retranscrites et le support lui rend un hommage appuyé. Les contrastes donnent un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble.

Le Son
 
La piste Dolby Digital 5.1 se révèle d’une précision un peu légère particulièrement dans sa répartition. Les dialogues souffrent d’une grande faiblesse et se laissent très rapidement débordés par les tirs des avions ou des armes à différents moments du film. Du coup on passe le plus clair de son temps à jouer avec la télécommande. C’est dommage !

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 41 min
  Boitier Amaray
   
   
Des interviews de Bille August et d’Emile Hirsch qui reviennent sur les dessous de ce film et la manière dont ils ont abordé le sujet.

Puis un cours d’histoire passionnant par François Garçon, historien spécialiste de l’Asie dans « Le Contexte historique de The Lost Soldier ».

Et enfin une archive : « Histoire de la Guerre du Pacifique » qui ne fait pas vraiment de nuance, surtout lorsqu’elle parle de l’utilisation des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage