dans le même genre
  OMAR
  LE MUR INVISIBLE
  TRICKED
  THE FEAR
  UN CHATEAU EN ITALIE
  MAGIC CITY : SAISON 1
  DOWNTON ABBEY SAISON 3
  EN SOLITAIRE
  ALABAMA MONROE
  THE ASSASSINS

du même éditeur
  LE HOBBIT : LA DÉSOLATION D...
  2 BROKE GIRLS
  NIKITA SAISON 3
  VEEP : SAISON 2
  GÉANT
  GRAVITY (BLU-RAY 3D)
  GAME OF THRONES - SAISON 3
  PRETTY LITTLE LIARS : SAISO...
  LA FUREUR DE VIVRE
  LES MILLER UNE FAMILLE EN H...


Dernières Actus
  MARK WEBB ET JAMIE FOXX AU ...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...
  JACKASS PRÉSENTE BAD GRANDP...
  THE AMAZING SPIDER-MAN 2 DÉ...
  GOOGLE PLAY MUSIC ET SONOS ...
  SAMSUNG LANCE LA PREMIÈRE T...
  CASSE TÊTE CHINOIS : DÉCOUV...
  UNDER THE DOME : DÉCOUVREZ ...
 
Gossip Girl Saison 5
Genre Drame
Pays USA (2012)
Date de sortie mercredi 5 décembre 2012
Durée 999 Min
Réalisateur Josh Schwartz et Stephanie Savage
Avec Blake Lively, Leighton Meester, Chace Crawford, Ed Westwick, Penn Badgley
Producteurs Josh Schwartz et Stephanie Savage
Scénaristes Divers
Compositeur Divers
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Warner
  Edition   Coffret
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  999 min
  Nb Dvd  5
   
   

Après avoir définitivement mit un terme à sa relation tumultueuse avec Chuck, Blair s’apprête à épouser son prince monégasque. Séréna est partie tenter sa chance à Hollywood, côté coulisse, Vanessa s’est occupée à sa manière de lancer la carrière d’écrivain de Dan, et tout le petit monde de l’Upper East Side s’apprête à trembler une nouvelle fois, sous l’œil attentif de Gossip Girl.

Sorte de Beverly Hills réactualisé à New York dans le quartier de Soho, « Gossip Girl » surprend d’ores et déjà par le ton volontairement décalé. Parfois à la limite de la transgression, « Gossip Girl » semble tout droit inspiré du film « Sexe Intention » qui suit le quotidien de ces jeunes New Yorkais richissime, dont la seule préoccupation reste de savoir qui sera la personne la plus en vue de « Big Apple ».

Et pour cette cinquième saison, de nouveaux personnages, créés pour mettre un peu plus de piment dans la sauce, vont faire leur apparition, la trame se veut toujours aussi percutante et les scénaristes font preuve d’un cynisme incroyable pour nous donner envie de suivre les déambulations de ces jeunes adultes. Pourtant cette fois-ci on s’éloigne des préoccupations estudiantines et le virage que prennent les scénaristes, n’est pas forcément le plus aisé. Car nos héros ont grandi sous nos yeux, mais faisaient encore illusion, et les délires nombrilistes ne surprenaient personne. Pour cette nouvelle saison, notre regard est amené, volontairement ou non par les scénaristes, à changer et les différentes intrigues paraissent d’un seul coup bien dérisoires au regard des ambitions affichées : Le mariage de Blair, le roman de Dan et ses révélations fracassantes, la grossesse de l’un des personnages….

Le passage à l’âge réellement adulte devient d’un coup plus compliqué qu’il n’y parait et le spectateur peut aisément se lasser de voir les mêmes intrigues surgirent, même avec des personnages nouveaux. Les scénaristes choisissent de nous éloigner de ce qui avait fait le charme de la série et en même temps de nous réutiliser les mêmes ingrédients pour en faire une sauce différente. Un mélange des genres qui a tendance à perturber le fan des premiers épisodes et lui donne en même temps l’impression d’avoir déjà vu les épisodes proposés. C’est bien là le problème de ce type de série, c’est qu’inévitablement au bout de cinq saisons, on finit par tourner en rond et l’évolution des personnages de départ peut s’avérer un véritable casse tête. Et si le plaisir est toujours là, il est affadi par le manque de prise de risque dont font preuve les scénaristes.

Comme à l’accoutumée dans ce type de programme, le casting est totalement à la hauteur de nos espérances à commencer par Blake Lively et Leighton Meester qui offrent une composition délictueusement ambiguë. On aime les détester autant que les aimer. Du côté des garçons aussi le plaisir est au rendez vous, comme avec Ed Westwick qui parvient à donner une prestation à a hauteur de celle, plus ancienne, de Joan Collins (Dynastie), et de Penn Badgley qui, sans trop d’effort, il est vrai, donne un contre poids de qualité aux interprétations doucement acides de ses collègues.

En conclusion, « Gossip Girl saison 5 » montre les premiers signes de faiblesse de la série. Malgré un ton qui reste résolument acide la cinquième saison  commence à tourner en rond. Les scénaristes ne parviennent pas à prendre suffisamment de risque pour nous entrainer ailleurs que dans un terrain particulièrement convenu.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   

Une image très belle qui offre de jolies couleurs, alternant obscurité et pastel. Les contrastes offrent un beau relief et permettent ainsi d’offrir une réelle ambiance personnalisée à la série



Le Son
 
Impeccable en Stéréo, même si l’on aurait préféré un peu plus d’effets 5.1 pour plonger un peu plus dans l’univers de la jeunesse dorée de New York. Une légère déception tout de même.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 30 min
  Boitier Coffret
   
   

Un reportage sur le 100ème épisode de la série, et particulièrement sur la présentation à la presse. Tout le monde y va de son commentaire réjouissant sur cet évènement. Suivit par une rétrospective des 5 années de la série qui ont vu défiler différentes inspirations stylistiques, mais aussi sur l’évolution du ton donné à la série. Puis un bêtisier et enfin des scènes supplémentaires viennent compléter la section bonus.



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage