dans le même genre
  BLUEBIRD
  LES TROIS JOURS DU CONDOR (...
  LE CERCLE ROUGE (ULTRA HD /...
  JSA (JOINT SECURITY AREA)
  THE LIGHTHOUSE
  I SEE YOU
  GEMINI MAN (ULTRA HD / 4K -...
  PARASITE EDITION STEELBOOK ...
  J'ACCUSE
  TROIS JOURS ET UNE VIE

du même éditeur
  MIDWAY
  TRAINÉ SUR LE BITUME
  UN COUTEAU DANS LE VENTRE
  HUNGER GAMES : LA RÉVOLTE P...
  EXPENDABLE 3
  ECHO
  INNOCENT
  LES BRASIERS DE LA COLÈRE
  HUNGER GAMES : L'EMBRASEMEN...
  MYSTÈRE DES BALLES FANTOMES


Dernières Actus
  UNE PREMIÈRE SALVE DE NOUVE...
  DVDCRITIQUES LIVE #35 : KIT...
  DVDCRITIQUES LIVE # 34 : L'...
  MORT DU COMÉDIEN ET SCÉNARI...
  TEST DIVACORE ANTIPODS2 : E...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : KITAR...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : L'ANT...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX EN ...

Evidence

Genre Thriller
Pays USA (2013)
Date de sortie vendredi 11 avril 2014
Durée 90 Min
Réalisateur Olatunde Osunsanmi
Avec Radha Mitchell , Stephen Moyer, Dale Dickey, Caitlin Stasey
Producteurs Jake Wagner
Scénaristes John Swetnam
Compositeur Atli Övarsson
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Non
Non
Non

Le Film Critique de Julien Sabatier
  Editeur   Metropolitan
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  90 min
  Nb Dvd  1
   
   

L’histoire

A partir de vidéos retrouvées sur les lieux, des enquêteurs vont tenter d’élucider une série de meurtres commis dans un endroit perdu.

Critique

Evidence fait partie de ces DTV sortis de nulle part et dont on n’attend pas grand-chose. Troisième long-métrage d’Olatunde Osunsanmi (après les piteux The cavern et Phénomènes paranormaux), le film ne présage rien de bon. Et pourtant.

Sous ses dehors de found footage opportuniste, Evidence cache en réalité une œuvre maline et prenante. Jouant sur les points de vue (c’est une sorte de Rashomon ultra moderne) et la temporalité, navigant entre les genres (thriller technologique, polar, survival, slasher, whodunit), ce métrage protéiforme offre une plaisante expérience ludique (on se plie au même exercice intellectuel que les enquêteurs). Plus encore, il s’impose, en creux, comme une passionnante réflexion sur la matière cinématographique (on pense à des œuvres comme Blow out et Redacted) et, plus globalement, sur l’image elle-même. En filigrane, Evidence égratigne en effet une société de l’image où le spectateur est rabaissé au rang de consommateur passif ingurgitant en masse sans aucun recul. Allant à l’encontre de ce phénomène d’engourdissement oculaire et cérébral, le film est une invitation à retrouver un regard critique, à analyser l’image, à décortiquer le sens de chaque photogramme. Une démarche intéressante, rondement menée grâce à un script intelligent (John Swetnam, qui portait ce concept depuis plusieurs années) conjugué à une mise en scène pertinente. Olatunde Osunsanmi oppose ainsi des visuels extrêmement soignés (l’enquête) à des images d’un amateurisme total (les vidéos retrouvées par les investigateurs). Même si les passages found footage ont ici une forte teneur vomitive (gare au mal de tête), le procédé n’en demeure pas moins astucieux.

Verdict

S’il n’appelle pas nécessairement plusieurs visionnages, Evidence s’impose néanmoins comme un divertissement d’une profondeur inattendue. Une bonne surprise.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.40:1
   
   
Des visuels plutôt probants. Si la compression faillit au détour de certaines scènes, la restitution globale s’avère néanmoins tout à fait correcte. La définition est honorable (pour un format DVD s’entend), la gestion des couleurs satisfaisante et le master propre sur lui. Du bon.

Le Son
 
Deux pistes Dolby Digital 5.1 d’excellente facture. En VO et en VF (attention doublages désastreux !), le rendu frappe d’abord par une puissance redoutable et une dynamique remarquable. A cela s’ajoute une restitution cristalline et parfaitement spatialisée. Un confort d’écoute indéniable qui renforce l’immersion dans le film.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 8 min
  Boitier Amaray
   
   

- Bandes annonces (8 minutes) : Red lights, Blood, American stories, Le mystère des balles fantômes.

- @ : Lien vers le site Internet de l’éditeur.



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage