du même réalisateur
  LA FLÛTE ENCHANTÉE
  LE LIMIER - SLEUTH
  THOR
  PETER'S FRIENDS
  THE RYAN INITIATIVE
  THE RYAN INITIATIVE

dans le même genre
  JUMANJI : NEXT LEVEL
  MALÉFIQUE : LE POUVOIR DU M...
  DONNIE DARKO
  SPIDER-MAN : FAR FROM HOME
  GODZILLA : ROI DES MONSTRES
  MEN IN BLACK : INTERNATIONA...
  ALADDIN
  FRONTIER
  CASTLE ROCK SAISON 1
  LE LIVRE PERDU DES SORTILÈG...

du même éditeur
  MALÉFIQUE : LE POUVOIR DU M...
  LE ROI LION
  ALADDIN
  RALPH 2.0
  DUMBO
  COCO
  CARS 3
  L'EMPEREUR
  PIRATES DES CARAÏBES : LA V...
  LA BELLE ET LA BÊTE (LIVE 2...


Dernières Actus
  ROGER CAREL, L'ACTEUR AUX 1...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ WATERGA...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ ORIFLAM...
  LE CÉLÈBRE FILM FULL METAL ...
  JURASSIC WORLD EVOLUTION: C...
  DÉCOUVREZ LA BANDE-ANNONCE ...
  1ER SEPTEMBRE, LES FANS DE ...
  CHADWICK BOSEMAN, L'ACTEUR ...

Cendrillon

Titre Original Cinderella
Genre Fantastique
Pays USA (2015)
Date de sortie mercredi 26 août 2015
Durée 104 Min
Réalisateur Kenneth Branagh
Avec Lily James, Richard Madden, Cate Blanchett, Stellan Skarsgard, Holliday Grainger, Sophie McShera, Derek Jacobi, Helena Bonham Carter
Producteurs Simon Kinberg, David Barron et Allison Shearmur
Scénaristes Chris Weitz
Compositeur Patrick Doyle
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Disney BVHE
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  104 min
  Nb Dvd  1
   
   
Le père d’Ella, un marchand, s’est remarié après la mort tragique de la mère de la jeune fille. Pour l’amour de son père, Ella accueille à bras ouverts sa nouvelle belle-mère et les filles de celle-ci, Anastasie et Javotte. Mais lorsque le père d’Ella meurt à son tour, la jeune fille se retrouve à la merci de sa nouvelle famille, jalouse et cruelle. Les trois méchantes femmes font d’elle leur servante, et la surnomment avec mépris Cendrillon parce qu’elle est toujours couverte de cendres. Pourtant, malgré la cruauté dont elle est victime, Ella est déterminée à respecter la promesse faite à sa mère avant de mourir : elle sera courageuse et bonne. Elle ne se laissera aller ni au désespoir, ni au mépris envers ceux qui la maltraitent. Un jour, Ella rencontre un beau jeune homme dans la forêt. Ignorant qu’il s’agit d’un prince, elle le croit employé au palais. Ella a le sentiment d’avoir trouvé l’âme soeur. Une lueur d’espoir brûle dans son coeur, car toutes les jeunes filles du pays ont été invitées à assister à un bal au palais. Espérant y rencontrer à nouveau le charmant Kit, Ella attend avec impatience de se rendre à la fête. Hélas, sa belle-mère lui défend d’y assister et réduit sa robe en pièces… Pendant ce temps, le Grand Duc complote avec la méchante belle-mère pour empêcher le Prince de retrouver celle qu’il aime... Heureusement, comme dans tout bon conte de fées, la chance finira par sourire à Ella : une vieille mendiante fait son apparition, et à l’aide d’une citrouille et de quelques souris, elle va changer le destin de la jeune fille…

Grâce au talent de Tim Burton le conte de Lewis Caroll : « Alice aux Pays des Merveilles » retrouvait une nouvelle carrière cinématographique sous les traits de la charmante Mia Wasikowska, même constat avec « Maléfique » qui prenait le conte : « La belle aux bois dormants » à contre-pied en faisant de la méchante le personnage central. En apprenant que le grand réalisateur et comédien shakespearien Kenneth Branagh allait prendre en main l’adaptation Live de « Cendrillon » tous les espoirs étaient fondés. Mais le résultat est malheureusement en dessous de ce que nous pouvions attendre d’un réalisateur de cette envergure.

Car il semble que le réalisateur de « Peter’s friend » se soit retrouvé bridé par un cahier des charges un peu trop restrictif. Car s’il est indéniable que la volonté du studio fut de transposer la version du dessin animé de 1950 et non pas celle de Perrault, il n’en demeure pas moins que le studio ne voulait pas une adaptation libre comme cela fut le cas dans les précédentes versions live de ses chefs d’œuvres. Hors donc, le film se cale sur le film d’animation et y puise les moments clés : Les souris, le design des souliers de verre et ainsi de suite. Tout y est propre, très stylisé, voir même un peu trop. On regrettera alors un prince un peu trop guindé et beaucoup trop fade, interprété sans trop de conviction par un Richard Madden (Game of Thrones) surmaquillé et quasi transparent, ou encore une Cendrillon naïve et sans relief jouée par une jeune actrice prometteuse : Lily James (Downton Abbey).

Pourtant, si le film ne convainc pas totalement et qu’il ne peut susciter l’engouement, il serait injuste de ne pas souligner les qualités évidentes de la mise en scène de Branagh. Le réalisateur signe ici une œuvre simple mais très théâtralisée, dans laquelle les personnages se déplace comme dans une longue chorégraphie, les placements de caméras sont rigoureusement précis et s’intègrent magnifiquement à une dynamique minutieuse pour mieux servir les besoins de l’œuvre à l’image d’un plan de toute beauté sur la belle-mère déconfite lorsqu’elle voit Cendrillon au bras du prince ou encore la scène de bal magnifiquement orchestrée. Comme sur une scène, les acteurs sont dirigés de main de maître, on y voit une belle-mère glisser sur les marbres d’un palais comme un reptile affamé, on y voit également des costumes magnifiquement conçus pour mieux cerner la fantasmagorie du conte.

Pour finir, si l’on peut reprocher au film un certain classicisme et un manque de liberté sur le conte original, il est injuste de ne pas souligner les qualités indéniables de la mise en scène de Kenneth Branagh. Malheureusement, cela ne suffit pas à en faire une réussite totale et réjouissante. Tout au plus s’agit-il d’une version de luxe d’un conte complexe qui tient ses racines de l’antiquité. Pour le reste, le manque de liberté accordé au réalisateur est d’ores et déjà une erreur, car de ce fait le spectateur s’ennuie plus qu’il ne se fait plaisir.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   
Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble et met parfaitement en valeur les décors et la qualité des costumes. La saturation dans certaines scènes lumineuses ou d’autres plus sombres est parfaitement bien évitée.

Le Son
 
Une piste Dolby Digitale 5.1, totalement en accord avec le film et avec ses besoins. La répartition est minutieuse, et les voix sont magnifiquement mises en valeur, particulièrement lors des scènes où la magie opère. Tout le système audio est mis à contribution par un transfert sonore redoutablement efficace.  La dynamique de l’ensemble est suffisamment bien équilibrée pour ne pas se laisser déborder par les musiques ou les effets sonores. 

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 10 min
  Boitier Amaray
   
   
Un court métrage de « La reine des Neige » très drôle et très inspiré et les bandes annonces. Pas de quoi toutefois se réjouir, puisque l’édition n’apporte aucune information sur la fabrication du film. C’est bien dommage !

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage