du même réalisateur
  THE FOUNTAIN
  NOÉ

dans le même genre
  A STAR IS BORN
  SEARCHING - PORTÉE DISPARUE
  LA DAME DE SHANGHAÏ
  GUYANE SAISON 2
  UN COUTEAU DANS LE VENTRE
  SAFE : SAISON 1
  UNE HISTOIRE SIMPLE
  ANIMAL KINGDOM : SAISON 1
  BATTLE OF THE SEXES
  L'EXPÉRIENCE INTERDITE (201...

du même éditeur
  SEAL TEAM SAISON 1
  NCIS : LOS ANGELES SAISON 9
  EVANESCENCE SYNTHESIS LIVE
  SANS UN BRUIT (ULTRA HD / 4...
  MACGYVER SAISON 1
  HAWAI FIVE-0 SAISON 7
  GREASE : EDITION 40ÈME ANNI...
  TWIN PEAKS : THE RETURN
  TRANSFORMERS 3 - LA FACE CA...
  TRANSFORMERS (ULTRA HD / 4K...


Dernières Actus
  JOHN WICK PARABELLUM : UNE ...
  LA BANDE ANNONCE OFFICIELLE...
  PREMIER AFFICHE OFFICIELLE ...
  ONCE UPON A TIME... IN HOLL...
  AVENGERS ENDGAME : DISNEY D...
  ALADDIN : LA BANDE ANNONCE
  DISPARITIONS DE LUKE PERRY ...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : L...

Mother !

Genre Thriller
Pays USA (2017)
Date de sortie mardi 23 janvier 2018
Durée 122 Min
Réalisateur Darren Aronofsky
Avec Jennifer Lawrence, Javier Bardem , Michelle Pfeiffer, Ed Harris
Producteurs Scott Franklin et Ari Handel
Scénaristes Darren Aronofsky
Compositeur Johann Johansson
Format Dvd 9
Critique Cinéma Mother !
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Paramount
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  122 min
  Nb Dvd  1
   
   
Un couple voit sa relation remise en question par l'arrivée d'invités imprévus, perturbant leur tranquillité. 

Après nous avoir donné sa vision de l’enfer de l’addiction dans « Requiem for a Dream », ou encore celle de la recherche de perfection qui tourne à l’obsession dans « Black Swan », et enfin de sa vision du déluge dans « Noé » Darren Aronofsky, revient avec une œuvre hybride autour de la vie, du couple, des sentiments et peut-être tout simplement de la nature humaine avec tout ce qu’elle comporte de folie, de violence, et de tendresse. « Mother ! » n’est certainement pas l’œuvre la plus abordable ni la plus compréhensible du réalisateur. Bien au contraire ! Car si la première partie se révèle assez classique et plonge le spectateur dans une histoire où un couple voit son quotidien perturbé par l’arrivée d’inconnus dans sa maison, le réalisateur tisse un thriller finalement assez basique, avec une virtuosité confondante et dans laquelle les sonorités vous enveloppent autant pour vous rassurer que pour créer un certain malaise dans cette rencontre incongrue et étrangement amenée. Durant toute la première partie du film, nous ne cessons de nous demander comment ces inconnus en sont venus à pénétrer l’intimité de ce couple finalement assez isolé. D’ailleurs le scénario, n’hésite pas à affubler le couple de différentes imperfections, lui est un écrivain en manque d’inspiration qui n’a pas réussi à écrire la moindre ligne depuis un certain temps, et elle souffre de ne pas être mère, et de ne pas inspirer suffisamment son époux pour pouvoir à la fois lui donner l’envie d’écrire mais également pour pouvoir ensemble fonder une famille.

Avec une mise en scène souple, et des plans suffisamment soignés qui utilisent les contrechamps, autant que les perspectives pour mieux donner à son propos une profondeur et une dimension presque théâtrale, Darren Aronofsky , nous plonge alors dans une histoire où la lumière du jour ne semble pas avoir sa place.

Et c’est toute la subtilité du réalisateur, que d’utiliser les perspectives et de manier la lumière pour créer une certaine douceur dans une histoire qui se nimbe perpétuellement de mystères, de doutes et vous emmènent dans une certaine spiritualité malsaine. Car ce qui dénote tout de suite dans cette histoire, c’est la méfiance de la femme, qui vient en opposition à la générosité débordante de son mari. Durant toute la première partie du film, le réalisateur nous fait penser à Alejandro Amenabar (Les Autres, Ouvre les yeux), ou à Roman Polanski (Rosemary’s Baby, Carnage) et Martin Scorsese (Shutter island) qui ont su utiliser les sonorités ambiantes, pour attirer les spectateurs dans une sorte de toile que le réalisateur tisse avec un certain plaisir.

Mais ce qui est déroutant avec « Mother ! » c’est une deuxième partie chaotique pour ne pas dire apocalyptique, où tout semble se désagréger, dans une sorte de parabole spirituelle et mystique, dont on obtient que très peu d’explications (Lorsque l’on en obtient !). Un procédé qui vise certainement à ce que le spectateur se fasse sa propre conclusion du propos développé par le réalisateur. Et c’est justement parce que cette deuxième partie vient totalement en contraste avec un certain classicisme omniprésent dans la première, que l’on ne parvient pas à totalement adhérer au chaos qui vient conclure le film. Comme certains avaient pu le faire dans des œuvres beaucoup plus contrôlées comme « 2001 l’Odyssée de l’espace » de Stanley Kubrick, ou encore « Tree of life » de Terrence Malick, « Mother ! » semble vouloir se conclure par une réflexion sur le chaos des sentiments, la violence et la tendresse qui s’opposent en permanence dans l’esprit humain, et c’est certainement la spiritualité qui vient guider chacune de nos actions qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Mais cette succession de scènes chaotiques, ne vient pas réellement nous éclairer sur la vision du réalisateur, elle vient au contraire complètement démonter le spectateur qui ne parvient pas réellement à comprendre pourquoi les personnages semblent d’un seul coup ressembler à des figures mystiques, et surtout un spectateur qui commence à se désintéresser face à ce qui se passe devant lui tant le virage est aussi radical que brutal.

En conclusion, si Darren Aronofsky, avait voulu réaliser avec « Mother ! » son œuvre peut être la plus personnelle sur une réflexion spirituelle et philosophique des bouleversements de la vie liés à la naissance, ou au fondement de l’espèce humaine, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a raté son coup, et que sa réflexion fut beaucoup trop personnelle au point qu’il ne parvint à la partager avec les spectateurs. Si on apprécie forcément la qualité de la mise en scène et de la photo de la première partie du film, on ressort épuisé et déconcerté par une deuxième partie à la fois violente et chaotique qui n’apporte aucune explication et laisse au contraire le spectateur à sa réflexion sans pour autant lui donner la moindre piste à suivre. On espère simplement que le réalisateur saura retrouver une narration plus abordable au commun des mortels, que celle-ci.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   
Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. Les ambiances sont parfaitement bien travaillées pour nous plonger dans cette histoire mystique où l’environnement visuel joue une partie capitale du film. Tout est parfaitement dosé et les contrastes offrent une belle profondeur à l’ensemble. Le support donne tout son volume au film.

Le Son
 
La piste Dolby Digital 5.1 se révèle d’une grande précision et permet au film d’appuyer encore un peu plus son ambiance mystique et personnelle. L’environnement sonore : les craquements de parquets, le bruit feutré des pieds nus sur le sol ou encore celui des vêtements, tout est parfaitement dosé et frise même la perfection. La musique vient parfaitement habiller l’ensemble pour donner des transitions de grandes qualités. Jamais dans l’excès, la piste sonore est parfaitement bien harmonisée pour que les dialogues ne soient pas effacés par la musique ou les effets sonores.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 45 min
  Boitier Amaray
   
   
Chose inévitable, il fallait bien une explication de texte pour pouvoir pénétrer cette intrigue complexes sorties tout droit de l’imagination d’un Darren Aronofsky bien torturé, ce qui est chose faite avec le making of. Encore que, car si tout est fait, cette fois ci pour nous aiguiller, un nouveau visuel, une explication de l’intéressé et de son équipe force est de constaté que tout le monde a bien du mal à s’entendre sur l’intrigue et sa signification. Cela permet toutefois de voir à quel point une œuvre même cinématographique peut avoir une résonance particulière suivant l’interlocuteur ou le spectateur.

« Le Maquillage de Mother ! » est un documentaire passionnant sur le maquillage qui joue une importance tout aussi discrète que capitale dans le film.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage