dans le même genre
  MYSTERY MEN
  RETOUR À ZOMBIELAND
  LA VÉRITÉ SI JE MENS : LES ...
  MON CHIEN STUPIDE
  DOWNTON ABBEY LE FILM
  HORS NORMES
  DEUX MOI
  LA VIE EST BELLE (ULTRA HD...
  LA VIE SCOLAIRE
  LA VIE EST BELLE

du même éditeur
  ZÉROZÉROZÉRO SAISON 1
  CHANSON DOUCE
  BARON NOIR : SAISON 3
  MON CHIEN STUPIDE
  DEUX MOI
  LA CITÉ DE LA PEUR
  LES BRONZÉS FONT DU SKI
  VENISE N'EST PAS EN ITALIE
  LES SAUVAGES
  HAUTE-SÉCURITÉ


Dernières Actus
  TEST JEU YOKAI
  TEST JEU ESCAPE FROM THE AS...
  DISPARITION D'ALAN PARKER
  DVDCRITIQUES LIVE #17 : DIS...
  DVDCRITIQUES LIVE #16 : DÉC...
  DVDCRITIQUES LIVE #15 : DÉC...
  TEST JEU "TACO, CHAT BOUC, ...
  DISPARITION D'ENNIO MORRICO...

Jalouse

Genre Comédie
Pays FR (2017)
Date de sortie vendredi 16 mars 2018
Durée 105 Min
Réalisateur David Foenkinos
Avec Karin Viard, Dara Tombroff, Anne Dorval, Thibault de Montalembert, Bruno Todeschini, Marie-Julie Baup, Corentin Fila
Producteurs Eric Altmayer et Nicolas Altmayer
Scénaristes David et Stéphane Foenkinos
Compositeur Paul-Marie Barbier et Julien Grinberg
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur  
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  105 min
  Nb Dvd  1
   
   
Nathalie Pêcheux, professeure de lettres divorcée, passe quasiment du jour au lendemain de mère attentionnée à jalouse maladive. Si sa première cible est sa ravissante fille de 18 ans, Mathilde, danseuse classique, son champ d'action s'étend bientôt à ses amis, ses collègues, voire son voisinage... Entre comédie grinçante et suspense psychologique, la bascule inattendue d’une femme.

Après avoir magnifié Audrey Tautou dans « La Délicatesse » les frères David et Foenkinos, nous entraînent dans les méandres psychologiques d’une femme approchant la cinquantaine, et qui, de mère attentionnée va se retrouver, suite à un divorce, maladivement jalouse. Alors bien sûr on pourrait imaginer que ce qui est présenté comme une comédie, ne soit qu’un amoncellement de scènes à la limite du burlesque, ou en tout cas avec des phrases bien ciselées qui font mouche à chaque fois et font rire aux éclats à travers un personnage qui n’accepte pas le changement dans sa vie, et affronte sa future solitude en enviant de son regard triste la vie de ses amis et de sa fille. Mais il serait injuste de cantonner « Jalouse » à une œuvre insipide et linéaire.

Car si le scénario ne cherche pas à en mettre plein les yeux, il s’intéresse plutôt à la romance, à cette petite musique des mots et des silences qui rendent chaque existence différente et pourtant si commune aux autres. Avec une simplicité désarmante, les deux réalisateurs, qui ont également signé le scénario, nous racontent une histoire de femme simple et fragile qui va devoir affronter un changement psychologique et physique évident, et se laisser aller à la dérive d’une jalousie, qu’elle ne comprend pas, mais surtout qu’elle ne maîtrise pas. A la différence d’autres jalouses célèbres, l’héroïne ne déteste jamais totalement, elle ne veut pas se brouiller avec les gens qu’elles croisent, elle laisse un bout de son cœur dans chaque histoire qu’elle traverse et son bouleversement psychologique la rend hors de contrôle, y compris pour elle-même.

Et pour donner corps à son héroïne, les réalisateurs ont jeté leur dévolu sur Karin Viard (La Famille Bélier). L’actrice a su trouver le bon angle d’attaque pour composer un personnage sobre et en même temps haut en couleur qui ne comprend pas forcément ce qu’il lui arrive et se laisse emporter par des pulsions pas forcément volontairement négatives mais qui lui font dire des choses ou faire des choses qu’elle n’accepterait finalement jamais. La comédienne a su garder une sincérité de jeu qui la fait se fondre dans son personnage et lui donner un reflet d’une grande précision. Face à elle, Thibault de Montalembert (Dix pour cent) semble le personnage idéal, avec une douceur et une détermination tout en maitrise et, encore une fois en simplicité.

En conclusion, « Jalouse », est un film qui transpire la simplicité et plonge le spectateur dans une histoire solide qui dessine avec beaucoup de précision le destin d’une femme, à un moment charnière de sa vie, qui se laisse emporter par un sentiment de jalousie qu’elle n’avait jamais connue, et qui la rend totalement incontrôlable.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Les réalisateurs ont choisi une image chaude avec des couleurs qui vont des jaunes orangés à d’autres plus éclatantes pour mieux appuyer les différentes phases de perturbations que traversent l’Héroïne. Les couleurs sont un peu délavés mais donnent toute sa qualité à la photographie du film. Les ambiances sont parfaitement retranscrites et le support lui rend un hommage appuyé. Les contrastes dont un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble.

Le Son
 
La piste Dolby Digital 5.1 se révèle d’une grande précision et permet au film de laisser les environnements sonores se faire discrets ou plus présents lorsque le besoin s’en fait sentir. La musique vient parfaitement habiller l’ensemble pour donner des transitions de grandes qualités. Jamais dans l’excès, la piste sonore est parfaitement bien harmonisée pour que les dialogues ne soient pas effacés par la musique ou les effets sonores.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 40 min
  Boitier Amaray
   
   
Le making of laisse la part belle aux ambiances de tournage et permet à chaque membre de l’équipe de parler de l’expérience « Jalouse » sans pour autant sombrer dans les superlatifs d’usage.

Puis le clip « Jealous ».


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage