dans le même genre
  MORTAL ENGINES
  BUMBLEBEE
  FUTURE WORLD
  VENOM
  KIN : LE COMMENCEMENT
  NEW YORK 1997 (REMASTER 201...
  DARKEST MINDS : REBELLION
  WESTWORLD SAISON 2
  2001 : L'ODYSSÉE DE L'ESPAC...
  THE EXPANSE : SAISON 2

du même éditeur
  UN SAC DE BILLES
  LA FAVORITE
  THE HATE U GIVE (LA HAINE Q...
  LE GRAND BAL
  L'EQUIPAGE
  SILVIO ET LES AUTRES
  BOHEMIAN RHAPSODY
  SALE TEMPS À L'HÔTEL EL ROY...
  DARKEST MINDS : REBELLION
  NOUS LES GOSSES


Dernières Actus
  LES STUDIOS ET PLATEFORMES ...
  DISNEY DÉVOILE LA PHASE 4 D...
  LE CHANTEUR SUD AFRICAIN JO...
  DISNEY DÉVOILE LA BANDE ANN...
  LE FESTIVAL "VAL DE ROCK" E...
  TRÈS COURT INTERNATIONAL FI...
  PREMIÈRE IMAGE DE "WEST SID...
  GLADIATEUR 2 EST CONFIRMÉ

The handmaid's tale - la servante écarlate : Saison 2

Genre Science Fiction
Pays USA (2018)
Date de sortie samedi 8 décembre 2018
Durée 780 Min
Réalisateur Bruce Miller
Avec Elisabeth Moss, Joseph Fiennes, Yvonne Strahovski, Max Minghella, Alexis Bledel
Producteurs Bruce Miller
Scénaristes Divers
Compositeur Divers
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Fox pathé europa
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  780 min
  Nb Dvd  1
   
   
Defred doit se battre pour protéger son futur enfant des horreurs de Gilead, et tout faire pour ne pas succomber à son terrible destin. Comme dirait Tante Lydia : « Gilead est en vous ». la lutte ne fait que commencer.

Depuis le succès incroyable et non démenti de la série « Game Of Throne », les producteurs rivalisent d’idées et d’envie de trouver la perle rare. En parallèle également, les dernières élections aux Etats-Unis, comme la paranoïa ambiante sur les dérives d’une société qui voudrait revenir sur ses pas, un mot assez rare est arrivé sur le devant de la scène et est devenu le crédo à la mode : « Dystopique ». Ce mot résume à lui seul toutes les angoisses et toutes les prédictions de ceux qui voient l’élection de Donald Trump, comme le signal d’alarme d’une dérive qui peut amener la société à se replier sur des valeurs archaïques dans lesquelles les femmes par exemple n’ont plus de droits civiques ou très peu, et où les élites profitent d’un pouvoir pour asservir les plus faibles. Une société dans laquelle les minorités sont éteintes et la population rangée dans des cases prédéfinies par des dirigeants.

De nombreuses œuvres littéraires ont imaginé avec plus ou moins de réussite, cette société et ses dérives, mais c’est l’auteur Margaret Atwood qui a signé certainement l’une des œuvres les plus intelligemment écrites, dans laquelle, justement, elle décrit une société dystopique dans laquelle les femmes n’ont plus de droits et sont divisés en trois catégories : Les épouses qui dominent les maisons, Les Marthas qui l’entretiennent et les servantes dont le rôle est de procréer. Une société où les hommes reprennent leur domination suprême et où toutes les divergences qu’elles soient d’opinions, sexuelles ou politiques sont rejetées et punies. Du coup, nous comprenons très bien que nous n’allons pas surfer dans une comédie en s’en tordre les côtes mais plutôt dans une œuvre sombre et sans concession d’un monde occidentale qui ne cesse de se perdre dans ses propres peurs et ne parvient plus à se remémorer les erreurs du passé.

Et dans la saison 1, inutile de dire que le scénario particulièrement bien ciselé, savait mettre en exergue, toutes les dérives que peuvent engendrer de telle société. Jamais dans l’excès ou tout du moins, juste ce qu’il faut, les scénaristes, de la même manière que la série « Game Of Thrones » se sont concentré sur l’adaptation du roman en y étant le plus fidèle possible. Avec une régularité d’orfèvre ils ont instauré un univers une ambiance où rien n’est laissé au hasard, où le sentiment de douleur, d’enfermement, de liberté injustement perdue se mue en un cri de colère lorsque la barbarie vient punir un comportement jugé inconvenant parce que trop lumineux, à l’instar d’Ofglen (Alexis Bledel) à qui on crève un œil pour avoir un peu trop souriante et désinvolte. Une société qui banni les plaisirs et laisse les populations oublier ce qui fait la légèreté de la vie et lui donne tout son sens.

Pour cette saison 2, les scénaristes ont décidé de se centrer sur la maternité de Defred (Elisabeth Moss) tout en séquençant le récit pour pouvoir parler de la naissance de cette obscure société, des discours extrémistes qui se firent entendre et qui se nourrirent de violence pour mieux l’ingérer et rendre indispensables des idées que l’on rejetait auparavant. Et si cela vous parle, bien évidemment, cela n’a rien d’exceptionnel, puisque les scénaristes se sont nourris des discours extrémistes de Trump mais pas seulement. En prenant exemple sur toutes ces idées, qu’elles soient religieuses ou politiques qui prônent le rigorisme en réponse aux maux de la société. En ne combattant pas ce type de discours ou en les banalisant, en leur trouvant des excuses, nous ne faisons que les favoriser. Et c’est bien tout le sens de cette deuxième saison, parfaitement écrite, dans laquelle l’héroine doit se battre pour croire encore à sa liberté, mais pour aussi protéger son enfant d’un monstre aux milles visages qu’est Gilead.

En conclusion, cette deuxième saison, s’offre le luxe de préciser un peu plus les contours de cette société, tout en argumentant son besoin de liberté en opposant les deux pensées qui peuvent s’opposer, celles d’un monde encore libre et celle d’un autre prisonnier d’une idéologie dystopique. Passionnante et certainement plus haletante que la première, la deuxième saison de « Handmaid’s Tail » prouve que la série a encore beaucoup de choses à dire.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. La série jouant sur différentes ambiances et particulièrement sur l’utilisation des couleurs pour mieux appuyer les maux de la société et faire un contraste avec celui du monde libre, il fallait un support qui puisse mettre en lumière toutes les nuances de gris utilisées dans la série. Le travail de transfert et de très bonne qualité même si en DVD, l’image peut manquer de précision.

Le Son
 
Une piste Dolby Digital 5.1, totalement en accord avec la série et avec ses besoins. La répartition est minutieuse, et les voix ne sont pas trop en retrait.  La dynamique de l’ensemble permet de profiter de tout le travail de mise en ambiance de la série, surtout des scènes feutrées où le bruit des tissus ou de la pluie par exemple, viennent apporter toute la puissance à une scène, comme celle de l’attentat par exemple. Un véritable plaisir pour les oreilles. 

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 45 min
  Boitier Amaray
   
   
« Au dela du roman », cette saison commençant à se libérer du roman, les scénaristes ont décidé de rentrer un peu plus dans le détail de la manière dont Gilead a prit le pouvoir. Quelles sont les problèmes intimes de Serena et du commandant.  Où vont les servantes répudiées ? 

« Dystopie sur mesure », nous ne nous en rendons pas forcément compte lorsque nous regardons la série, mais les couleurs et les costumes participent à créer une ambiance, à mettre un visage à une société brimée, sans couleurs que celle du sang qui coule.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage