dans le même genre
  MORTAL ENGINES
  BUMBLEBEE
  FUTURE WORLD
  VENOM
  NEW YORK 1997 (REMASTER 201...
  THE HANDMAID'S TALE - LA SE...
  DARKEST MINDS : REBELLION
  WESTWORLD SAISON 2
  2001 : L'ODYSSÉE DE L'ESPAC...
  THE EXPANSE : SAISON 2

du même éditeur
  LA POURSUITE IMPLACABLE
  CHACUN POUR TOUS
  GALVESTON
  PHOTO DE FAMILLE
  DÉTECTIVE DEE : LA LÉGENDE ...
  THE LOST SOLDIER
  COMMENT TUER SA MÈRE
  LES MUNICIPAUX
  ESCOBAR
  HANA-BI


Dernières Actus
  PREMIÈRE IMAGE DE "WEST SID...
  GLADIATEUR 2 EST CONFIRMÉ
  LE RÉALISATEUR FRANCO ZEFFI...
  RALPH 2.0 EN DVD ET BLU-RAY
  LE TRÈS COURT INTERNATIONAL...
  VAL DE ROCK, PREMIER FESTIV...
  LAURA DERN, SAM NEIL ET JEF...
  X-MEN DARK PHOENIX

KIN : le commencement

Titre Original Kin
Genre Science Fiction
Pays USA (2018)
Date de sortie mercredi 2 janvier 2019
Durée 103 Min
Réalisateur Jonathan et Josh Baker
Avec Myles Truitt, Jack Reynor, Zoë Kravitz, James Franco, Dennis Quaid
Producteurs Shawn Levy, Jeff Arkuss, David Gross, Jesse Shapira, Dan Cohen et Michael B. Jordan
Scénaristes Daniel Casey
Compositeur Divers
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   M6 vidéo
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  103 min
  Nb Dvd  1
   
   
Eli, jeune adolescent de Detroit, erre dans une usine désaffectée où il découvre par hasard une arme surpuissante, d’origine inconnue, qu’il ramène chez lui. Mais passé l’amusement, Eli réalise qu’on ne soustrait pas impunément une arme aussi redoutable : il se retrouve recherché par des criminels, par le FBI, et par ceux qui semblent être les propriétaires légitimes de l’arme futuriste. Accompagné de son grand frère et d’une jeune danseuse, Eli n’a d’autres choix que de fuir, emportant avec lui un seul bagage : cette mystérieuse arme…

Voilà un film qui fut particulièrement la vendu. D’abord présenté comme un film de science-fiction dans lequel le présent et le futur cohabite, il fut ensuite présenté comme l’introduction d’une saga, pour en fait se révéler une sorte de Road Movie, dans lequel un jeune garçon, ayant trouvé une arme d’un nouveau genre (en fait venue du futur !), se trouve à suivre son frère qui fuit une bande de fous furieux, à qui il doit de l’argent, et qui sont bien décidé à les tailler en mille morceaux. La science-fiction y est effectivement présente, mais de façon, peut-être un peu trop discrète pour être réellement convaincante et peut évidemment vite décontenancer les spectateurs.

Et c’est peut-être là toute la faiblesse du scénario, que de ne pas vraiment savoir quoi faire de cette arme et notamment comment tenir en haleine le spectateur, qui n’attend qu’une chose, que fusil futuriste fasse des étincelles et que le jeune héros soit, du même coup, plongé dans une aventure haletante. Et d’aventure, il est bien question, mais le scénariste se la projette sur plusieurs films, et il prend donc tout son temps pour installer ses personnages, les mettre en situation. Il nous donne toutes les clés d’un passé qui viendra se jouer dans les prochains films pour révéler un futur déjà dessiner pour les héros. Mais voilà, le film étant mal vendu, il est difficile de se laisser porter par l » histoire, malgré ses évidentes qualités narratives. 

Et la mise en scène n’arrange rien ! Car en adaptant leur propre court-métrage : « Bag man », les frères Baker se lance dans une réalisation prudente, en ne distillant qu’avec beaucoup de sérénité les différentes clés de leur intrigue. Ils connaissent leurs personnages, leur donnent plus de profondeur, pour coller au format long, mais ne parviennent pas à garder un rythme suffisamment haletant pour totalement répondre à l’attente du spectateur. Car, il faut bien le dire, Eli passe beaucoup de temps à attendre, son père d’abord tente de le protéger des égarements de son frère, puis c’est ce dernier qui va vouloir le protéger des méchants qui gravitent autour de lui. Et comme rien en va dans ce road-movie les méchants s’enchaînent, mais ne prennent jamais beaucoup de hauteur, et ce malgré une interprétation encore impressionnante de James Franco (27 heures).

Et pourtant la distribution n’est pas à pointer du doigt, bien au contraire ! Le jeune Myles Truit (The New Edition Story) qui interprète Eli, compose un personnage solide et tout en contradiction, qui se laisse porter par ses sentiments. Avec lui, Jack Reynor (Detroit) impose un charisme, qui n’est pas sans rappeler, toute proportion gardée, un certain Tom Hardy, tout en puissance et en nuances. Il est évident que l’ensemble de la distribution ne manque pas d’intérêt et offre une belle prestation pour un film qui n’en manque toutefois pas non plus.

Car, pour conclure, « Kin : Le Commencement » n’est pas un mauvais film, il est même plutôt intéressant, mais il déstabilise par un visuel de promotion qui joue clairement la carte du futur, mais ce dernier n’apparaît que finalement très peu dans le film, qui se concentre beaucoup plus sur la psyché des personnages. Du coup pourquoi pas, mais il eut peut-être été bon de le dire très clairement pour que le public ne sente pas déçu !


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.40:1
   
   
Du côté de l’image, rien à dire ! Le contrat est remplie et bien remplie, avec des couleurs brillante et des contrastes qui donnent une bonne profondeur à l’ensemble. Avec parfois quelques bonnes surprises, notamment les extérieurs avec des niveaux de couleurs intéressants et une lumière parfaitement mise en valeur.

Le Son
 
Une piste Dolby Digitale 5.1, qui tient ses promesses, les ambiances sont reconstruites avec suffisamment de brillance. Le Dolby offre de bons moments avec une belle spatialisation, une dynamique assez bien équilibrée et un Surround qui donne un véritable volume au film. On pourra tout de même regretter parfois un décalage entre les dialogues et les effets spéciaux qui nous oblige à jouer avec la télécommande.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 30 min
  Boitier Amaray
   
   
Dans la section bonus l’éditeur nous propose une exploration assez intéressante des effets spéciaux utilisés dans le film.

Puis des scènes coupées.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage