dans le même genre
  TANGUY 2 : LE RETOUR
  WALTER
  CHAMBOULTOUT
  ALL INCLUSIVE
  JUSQU'ICI TOUT VA BIEN
  LE MYSTÈRE HENRI PICK
  EDMOND
  CHACUN POUR TOUS
  MAUVAISES HERBES
  JOHNNY ENGLISH CONTRE ATTAQ...

du même éditeur
  LA CAPE ET L'ÉPÉE DES ROBIN...
  COFFRE RING 0 1 2
  BENOIT POELVOORDE - TOUT MO...
  MONSIEUR KLEIN
  TITANICA
  LA FIANCÉE QUI VENAIT DU FR...
  RING 2


Dernières Actus
  JORGE JIMENEZ PRÉSENT PENDA...
  LE COMIC CON PARIS DÉVOILE ...
  SPIDER-MAN POURRAIT QUITTER...
  A STAR IS BORN ENCORE
  LE RÉALISATEUR JEAN PIERRE ...
  DISNEY ANNONCE DES RECETTES...
  LUC BESSON DANS LA TOURMENT...
  QUESTIONS DE CINÉMA PAR NIC...

Mouche

Genre Comédie
Pays FR (2019)
Date de sortie mercredi 12 juin 2019
Durée 180 Min
Réalisateur Jeanne Herry
Avec Camille Cottin, Anne Dorval, Didier Flamand, Suliane Brahim, Pierre Deladonchamps, Benjamin Lavernhe, Salim Kechiouche, Youssef Hajdi
Producteurs Studiocanal Original
Scénaristes Jeanne Herry
Compositeur Divers
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Canal+ vidéo
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  180 min
  Nb Dvd  1
   
   
Mouche, trentenaire parisienne effrontée et sans filtre, nous entraîne dans son quotidien foutraque entre son bar à thé qui périclite, son cochon d’Inde dépressif, son ex ex ex excessivement romantique, sa sexualité agitée et sa famille dysfonctionnelle. Dans sa fuite en avant pour se distraire du chaos de sa vie, Mouche-nous transporte du rire aux larmes et nous offre le portrait original, engagé et subtil d’une femme moderne

Adapter une série anglaise très imprégnée par son actrice principale était une gageure que la réalisatrice Jeanne Henry (Pupille) a relevé avec l'aide de Camille Cottin que l'on connaissait pour son programme court : « Conasse » ou encore pour la série « Dix pour cent ». Une idée forcément intrigante et excitante, d’autant que Canal + et sa section création originale devenue rigoureuse et source de grandes séries ne peut que venir susciter l'intérêt.

Mais c'est au final une grande déception, d'autant plus que le scénario accumule les déjà vus, déjà entendus, déjà resucés. Des phrases drôles qui tombent à plat et un ensemble d'épisodes qui jouent plus sur le pseudo trash avec des répliques comme :« Qui veut du jus de bites » mais qui juste après est freinée dans son rythme par une rupture de ton, systématique, qui fonctionne assez bien dans la série originale, portée par la redoutablement efficace et haute en couleur Phoebe Waller-Bridge (Solo :  A Star Wars Story), mais qui ici manque de rythme. L’humour anglais ne répondant pas aux mêmes codes que le français, le décalage peut se révéler violent. Et c’est exactement ce qu’il s’est passé dans cette version française.

Si les répliques parviennent à faire « Mouche » sans aucun jeu de mot, c’est la lenteur de la mise en scène, ce manque de rythme et cette tonalité lancinante qui font que l’on a beaucoup de mal à se laisser emporter par l’aventure de cette jeune femme qui semble plus intéressé par son nombril que parce ce qui l’entoure. Et ce qui pourrait être une série drôle et empathique devient très rapidement son exacte opposé. Nous n’arrivons pas à nous identifier à elle, à la trouver sympathique, ni même son côté transgressif, qui ne parvient à nous toucher à un aucun moment.

Forcément pour faire la parallèle avec le personnage créé par Camille Cottin : « Conasse », sa transgression permanente, le fait même qu’elle soit complètement enfermée dans un esprit qui ne laisse aucune place aux autres nous faisait rire aux larmes. Ici l’actrice rejoue les mêmes scènes, sans réelle conviction et sans aucune originalité. Comme le personnage qu’elle s’est créé dans sa carrière, l’avait finalement cannibalisé et l’empêchait de faire autre chose. Pourtant l’actrice a su se montrer plus convaincante dans d’autres productions.

En conclusion, « Mouche » est une déception à la hauteur de l’attente qu’elle pouvait susciter. La mise en scène manque cruellement de dynamisme et les répliques retombent à plat comme un soufflet trop cuit. Quant à Camille Cottin, elle ne parvient pas à s’échapper de ce personnage qu’elle s’est créé. Dommage !


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. La série oscille très souvent entre les extérieurs de jour ou de nuit et les intérieurs aux éclairages moins puissants, il fallait un support qui ne soit pas trop en défaillance ou en saturation. Le travail de transfert et de très bonne qualité.

Le Son
 
Côté son, la piste 5.1, offre une répartition suffisante, si bien que l’on plonge très rapidement au cœur de la série. L’immersion dans la série se fait donc rapidement et avec très peu d’effort de la part du spectateur, qui se laisse griser par les effets sonores qui entourent la série.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   
Un making of amusant qui laisse la part belle à l’ambiance sur le plateau et au travail de l’équipe.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage