A bout de course (Runaway train)

Genre
Pays
Etats-Unis (1985)
Date de sortie
mardi 3 février 2004
Durée
106 Min
Réalisateur
Producteurs
Yoram Globus, Menahem Golan
Scénaristes
Edward Bunker, Djordje Milicevic, Akira Kurosawa
Compositeur
Trevor Jones
Format
Dvd 9
Langues
PCM
Label
SS.Titres Film
SS.Titres Bonus
SS.Titres Commentaire
Anglais
Oui
Non
Non
Français
Oui
Non
Non
Le Film
Critique de Jean-Luc Richter
Editeur
Edition
Standard
Label
Zone
2
Durée Film
106 min
Nb Dvd
1

L'histoire


Manny (Jon Voight) est un prisonnier rebelle qui vient de passer trois ans au mitard, avant qu’un tribunal ne force le directeur de la prison à le remettre dans une cellule conventionnelle. Manny décide alors de tenter une évasion, mais il lui faudra pour cela trouver un moyen de rejoindre la civilisation car la prison est située au cœur de l’Alaska et l’action se passe en plein hiver.

Aidé par Buck (Eric Roberts), Manny parvient à quitter la prison par les égouts et à rejoindre la gare la plus proche en traversant la moraine d’un glacier. Les deux évadés pensent avoir échappé aux gardiens lorsqu’ils se cachent dans un train en partance. Malheureusement, le conducteur du train meurt peu après avoir fait démarrer la locomotive, précipitant le train fou à travers les paysages glacés…


Autour du film


Le scénario de « Runaway Train » a été écrit par Akira Kurosawa qui s’est basé sur l’histoire vraie d’une locomotive emballée sans conducteur sur une voie de chemin de fer aux Etats Unis. Le script sera repris par Andrei Konchalovsky qui fût recommandé à Kurosawa par Francis Ford Coppola. Celui modifie quelque peu le scénario avant de passer à la réalisation en décors naturels.

Akira Kurosawa avait pensé à Lee Marvin et Henry Fonda pour jouer le rôle des deux évadés. C’est finalement Jon Voight qui décroche le rôle de Manny. Pour mieux entrer dans la peau du personnage il passera quelques semaines dans la prison de San Quantin. C’est dans cette même prison que séjourna Danny Trejo qui servira d’entraîneur de boxe à Eric Roberts et qui jouera un rôle de boxeur dans le film.

Le tournage des scènes de la prison de « Runway Train » eurent lieu dans l’ancienne prison territoriale du Montana. Les scènes d’extérieur furent tournées en Alsaka, sur la ligne de chemin de fer Seward – Anchorage – Fairbanks. L’utilisation d’un vrai train et de décors naturels ajoute un réalisme indéniable au film, malgré les changements fréquents de météorologie au cours du tournage.

En 1986, le film a été nominé aux oscars dans trois catégories : Meilleur acteur pour Jon Voight, Meilleur second rôle masculin pour Eric Roberts et Meilleur montage. Il ne remportera aucun de ces titres, mais cette nomination assurera une certaine notoriété aux acteurs nominés. Ce fût particulièrement le cas de Jon Voight qui tournera par la suite avec Michael Mann dans « Heat » (1995) et Brian De Palma dans « Mission : Impossible » (1996). Jon Voight est aussi le père d’Angelina Jolie au côté de qui il a joué dans « Lara Croft : Tomb Raider ».


Critique subjective


« Runaway Train » est un film d’action efficace dont l’intrigue simpliste est sauvée par un bon suspens et surtout un bon jeu d’acteurs. Jon Voight y est très crédible, en héros de la prison, légèrement dérangé par les trois ans passés dans le noir et confronté au très vicieux John P. Ryan (dans le rôle de Ranken, le directeur de la prison). Eric Roberts est également savoureux en pervers sexuel violant mais dévoilant parfois son côté d’adolescent qui a grandi trop vite.

Les femmes ne sont malheureusement pas vraiment à l’honneur dans ce film et si Rebecca DeMornay est en haut de l’affiche il faut bien dire qu’on ne la voit pas beaucoup dans le film. L’ambiance générale, très « dure » et « sauvage », à la fois par les comportements et les paysages, est d’ailleurs plutôt la transcription d’un monde d’hommes, parfois proche du « bestial ».

Indiqué pour « tous publics », il vaudra mieux éviter que de jeunes enfants n’aient accès à ce film assez violent, où il coule beaucoup de sang, surtout en début de film, et où le langage est très cru. Il est dommage que certaines scènes aient pris un coup de vieux, en particulier les bureaux du poste de triage, car le reste du long métrage tient bien la route et ne manquera pas de satisfaire tous les amateurs de films d’actions.
L'image
Couleurs
Définition
Compression
Format Vidéo
16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma
1.85:1

« Runaway Train » bénéficie d’une image satisfaisante, avec une définition généralement correcte et pas de défaut de compression visible. Les couleurs sont tout de même assez ternes, sensation renforcée par une ambiance « grisâtre » du film.

L’ambiance glacée et enneigée du Grand Nord est parfaitement rendue, avec une neige et un vent omniprésent et de bonnes sensations de vitesse dans le train. Seul l’aspect « haute technologie » du système de gestion des trains a vraiment pris un grand coup de vieux. Mais l’ambiance générale reste très crédible et les cascades sont très réussies.

Le Son
Langue
Type
Format
Spatialisation
Dynamique
Surround
Français
2.0
Anglais
2.0

Le DVD nous propose plusieurs pistes sonores en Dolby Surround, dont une version française et la piste originale anglaise.


Ces deux pistes sont de qualités équivalentes. La dynamique est bonne et la sensation de spatialisation est assez réussie pour plonger le spectateur dans l’ambiance. Les effets surround sont, par contre, assez rares dans le film, mais ce n’est pas vraiment génant. Le film bénéficie par ailleurs d’une bonne musique, écrite par Trevor Jones (Coup de foudre à Notting Hill, La Ligue des Gentlemen Extraordinaires), qui reste discrète et ne fait que souligner, très correctement, l’action.

Les Bonus
Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
Durée
3 min
Boitier
Amaray

Le seul supplément de ce DVD est la bande originale du film.
Bonus
Livret
Bande annonce
Biographies
Making of
Documentaire
Interviews
Com. audio
Scènes sup
Fin alternative
Galerie de photos
Story board
Multi-angle
Liens internet
Interface Rom
Jeux intéractifs
Filmographies
Clips vidéo
Bêtisier
Bonus Cachés
Court Metrage