800 balles

Titre Original
800 ballas
Genre
Pays
Espagne (2004)
Date de sortie
mardi 2 novembre 2004
Durée
125 Min
Réalisateur
Producteurs
Panico Films, Espagne
Scénaristes
Alex de la Iglesia et Jorge Guerricaechevarria
Compositeur
Roque Banos
Format
Dvd 9
Langues
PCM
Label
SS.Titres Film
SS.Titres Bonus
SS.Titres Commentaire
Espagnol
Non
Non
Non
Français
Oui
Oui
Oui
Le Film
Critique de José Evrard
Editeur
Edition
Standard
Label
Zone
2
Durée Film
125 min
Nb Dvd
1

Synopsis

Dans le sud de l'Espagne, Texas-Hollywood est un village poussiéreux digne de l'Ouest américain. Vestige de l'âge d'or d'Almeria où les plus grands cinéastes comme Sergio Leone et John Sturges sont venus réaliser des films inoubliables, ce décor abandonné est le théâtre d'un spectacle de cascadeurs mené par Julian, qui se vante d'avoir été la doublure de Clint Eastwood. Mais aujourd'hui, ce monde hors du temps est menacé par d'impitoyables requins de la finance qui veulent le raser pour y ériger un gigantesque parc d'attractions. Décidé à aller jusqu'au bout, Julian se munit de huit cents vraies balles...


Critique Subjective


Alex « Iconoclaste » de la Iglesia

Alex est repéré par Pedro Almodovar en personne avec un petit film Mirindas asesinas (1991), et avant il a tourné plusieurs courts métrages. Almodovar produit alors son premier long métrage Action mutante (1992), si vous ne l’avez jamais vu c’est à voir pour croire à ce délire totale et saignant. Puis arrive le succès avec Le jour de la bête (1996) un million et demi de spectateurs en Espagne. En 2000, Alex de la Iglesia signe Mes chers voisins .En 2002, c’est 800 balles.




Ne nous méprenons pas

Décidé à aller jusqu'au bout, Julian se munit de huit cents vraies balles avec l’aide de faux indiens, de faux cow boys et vrais prostitués, toute la bande de ratés qui vivotent dans les spectacles far West pour empêcher les promoteurs de s’emparer de Texas Hollywood et affronter les forces de l’ordre. 800 balles a été tourné à Almeria, site de tournage de nombreux films tels que Lawrence d'Arabie, Les Sept mercenaires, Pour une poignée de dollars, Le Bon, la brute et le truand, Indiana Jones et la Dernière Croisade ou encore Blueberry, l'expérience secrète. Le pitch du film est alléchant voire carrément jouissif mais ne nous méprenons pas, ce n’est pas du tout ce à quoi nous nous attendons. En effet, il faut attendre 1 h 20 de film avant que la confrontation annoncée par le pitch arrive et elle ne dure que 20 mns. Bien sur on a des tas de clin d’œil au western de genre type Sergio Leone mais le tout noyé dans un film social espagnol. Eh oui, ça parait aussi étrange que ça… Malheureusement, Alex de la Iglesia prend son temps et s’attarde sur des scènes  de famille qui font perdre une bonne partie du rythme au film….


Alors quel est le sujet du film ?

 Les relations entre un grand-père et son petit fils séparé par la mort du fils du grand-père et du père du petit fils dans une cascade loupée dans un western spaghetti. L’intrigue étant alors aussi limpide que ma phrase précédente. Ce film traite aussi du mode de vie et d’espoir d’une bande de raté réuni autour de Julian (le grand père raté) qui se vante d'avoir été la doublure de Clint Eastwood, seule heure de gloire dans sa vie de cascadeur raté. Sancho Gracia, un des acteurs fétiches de la Iglesia, est parfait dans le rôle du Cow Boy s’accrochant au passé et traumatisé par la perte de son fils mais les personnages sont trop humains, trop plein de fêlure et de réalisme pour que l’on s’y attache et on s’ennuie devant ce film vendu jusqu’à son packaging comme un autre film…


Un dernier mot

800 balles aurait du s’intituler, Mon grand-père et moi en Espagne……. Mais une fois qu’on a compris le sens de ce nouveau film, ce n’est pas si mal que ça…. On aurait simplement aimé voir un autre film

 
L'image
Couleurs
Définition
Compression
Format Vidéo
16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma
1.85:1

Waoooooww. Contraste incroyable, compression sans défauts, couleurs resplendissantes, profondeur du champ, détail des arrières plans. 800 balles est un transfert de référence.

Le Son
Langue
Type
Format
Spatialisation
Dynamique
Surround
Français
5.1
Français
5.1
Espagnol
5.1

3 pistes nous sont proposées ici. Dolby Digital en Vf et Vo (Espagnole avec sous-titrage imposé) et Vf en DTS. La répartition frontale de al piste DTS est exemplaire et les surrounds fusent sous les balles et la musique. Maintenant, le seul souci de cette Vf est que les voix apparaissent comme déconnecté du mixage général et ça sent al post production et c’est bien dommage. Donc, si on veut respecter le mixage original, il va falloir se tourner vers la version…. originale.

Les Bonus
Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
Durée
75 min
Boitier
Amaray

Menu et interactivité

Les menus jouent sur  la musique de Sergio Leone en version accélérée et joue la carte du western à fond. Toutes les transitions sont animées.


Packaging

Là aussi, le packaging ressemblent étrangement à celui de Il était une fois dans l’ouest dans les tons ocres western dans un superbe digipack en 3 volets. En gros plan, un casque de policer blanchi sous le soleil du désert. On met aussi en avant un duel entre un cow boy et un CRS qui n’aura jamais lieu dans le film.


Bonus




DVD 1 : 800 balles

Commentaire audio du réalisateur : Alex de la Iglesia confirme avec ce commentaire son coté iconoclaste et nous explique clairement le pourquoi de ce film et ses choix artistiques et techniques. Il revient aussi longuement sur le choix des acteurs et la recherche graphique.


DVD 2 : Plus de balles


Il faut noter le soin apporté aux menus de ce deuxième DVD.


Making of (20’19) : Mélangeant habilement les interviews du réalisateur, les images du tournage et les images du film, ce making of est intéressant et dynamique.


Story Board (2’25) : Comparaison entre une scène du film (le début) et son story board


Scènes coupées : 8 scènes coupées et finalisées nous sont proposés.


Fin alternative (3’30) : Cette fin n’a pas été gardée car elle est un peu trop hollywoodienne, Julian avant de mourir apprend qu’il n’y ait pour rien dans la mort de son fils (Sic) et meurt en paix.


Interview d’Alex de la Iglesia (11’29) : Le réalisateur nous raconte un peu l’histoire de Texas Hollywood (Almeria) et l’ambiance de l’époque


Bande-annonce du prochain film de Alex (4’33) : Crime et passion autour d’un poste de chef d’un rayon d’un supermarché. Ca a l’air décapant  à souhait
Bonus
Livret
Bande annonce
Biographies
Making of
Documentaire
Interviews
Com. audio
Scènes sup
Fin alternative
Galerie de photos
Story board
Multi-angle
Liens internet
Interface Rom
Jeux intéractifs
Filmographies
Clips vidéo
Bêtisier
Bonus Cachés
Court Metrage