du même réalisateur
  GAROU - LIVE À BERCY
  JOHNNY HALLYDAY : PARC DES ...
  L5, LE LIVE
  LIVE 8 : PARIS 2 JUILLET 20...
  MICHEL SARDOU : VIVANT 83, ...
  IL ÉTAIT UNE FOIS... FRANCK...
  LAURENT GERRA, NOUVEAU SPEC...
  TOUT L'UNIVERS DE JEFF PANA...

dans le même genre
  BLUE NOTE RECORDS : BEYOND ...
  NORAH JONES : LIVE AT RONNI...
  GREGORY PORTER : LIVE IN BE...
  MELANY GARDOT LIVE AT THE O...
  PAT METHENY : THE UNITY SES...
  JAZZ MIX : 8 FILMS LIVE IN ...
  DIANA KRALL LIVE IN RIO (BL...
  LOUIS ARMSTRONG : EN CONCER...
  DUKE ELLINGTON : EN CONCERT...
  HERB ALPERT WITH THE JEFF L...

du même éditeur
  LE PARRAIN DE MARIO PUZO EP...
  JURASSIC WORLD EVOLUTION (S...
  LE JEUNE MESSIE
  LA VIE EST BELLE (ULTRA HD...
  LA VIE EST BELLE
  ESCAPE AT DANNEMORA
  CRAWL
  ROCKETMAN
  LE PARC DES MERVEILLES
  SIMETIERRE


Dernières Actus
  UNE PREMIÈRE SALVE DE NOUVE...
  DVDCRITIQUES LIVE #35 : KIT...
  DVDCRITIQUES LIVE # 34 : L'...
  MORT DU COMÉDIEN ET SCÉNARI...
  TEST DIVACORE ANTIPODS2 : E...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : KITAR...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : L'ANT...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX EN ...

Ray charles : Olympia 2000

Genre Jazz
Pays France (2000)
Date de sortie lundi 22 novembre 2004
Durée 67 Min
Réalisateur Gérard Pullicino
Avec Ray Charles
Producteurs Jean-Pierre Grosz
Compositeur Ray Charles
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Non
Non
Non

Le Film Critique de Jean-Luc Richter
  Editeur   Paramount
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  67 min
  Nb Dvd  1
   
   

Ray Charles

Ray Charles débute sa carrière musicale dans les années 50. Dés l’âge de 15 ans il joue dans des clubs de la région de Seattle. Il se fait rapidement remarquer par le label Atlantic Record avec lequel il enregistre « It Should Have Been Me » et « I Got A Woman » qui le propulsent sur le devant de la scène. En 1959 il change de maison de disque pour ABC Records avec qui il enregistre ses plus grands succès : « Georgia On My Mind » et surtout « Hit The Road Jack ». Il enchaînera ensuite tournées et albums. Dans les années 80 il s’insère dans le mouvement « USA for Africa » pour lequel il écrit la célèbre chanson « We Are The World ». Il s’éteint le 10 juin 2004 à l’age de 73 ans.

A propos du concert

Comme le raconte Jean-Pierre Grosz dans le supplément, ce concert a bien failli ne jamais avoir lieu. En effet, Ray Charles et son orchestre devaient jouer à Lisbonne la veille de l’Olympia. A peine arrivé en Espagne, le producteur du chanteur apprend qu’une grève des transporteurs aériens va paralyser l’aéroport le lendemain. Jouant de ses relations, Jean-Pierre Grosz parvient à décrocher tout de même sept places pour Ray Charles, sa section rythmique et ses proches collaborateurs dans un des rare avion en partances. Le reste des musiciens doit prendre un autre avion dans l’après-midi du 22 novembre et arriver à Paris juste avant le concert.

Malheureusement, peu avant le départ de l’orchestre, un avion cargo s’écrase sur la piste de l’aéroport de Lisbonne, interdisant tout décollage. Le soir, Ray Charles se retrouve seul avec son batteur, le bassiste et un guitariste. Comme ce concert célèbre son premier spectacle à l’Olympia, 40 ans après, que c’est son 70ème anniversaire et que la salle est comble, Ray Charles décide de revoir rapidement tous les arrangements du concert et de jouer quand même…

Les morceaux

Blues for big scotia
Just the way you look tonight
Route 66
Song for you
Hallelujah I love her so
Georgia on my mind
Stranger in my own town
Angelina
I’ve got a woman
Hey Girl
Almost like being in love again
Just for a thrill
It had to by ou
What’d I say 

Critique subjective

Ce concert de Ray Charles est tout à fait inhabituel pour l’artiste. Privé de son orchestre et seulement entouré de sa section rythmique, le grand Ray nous montre un étonnant talent d’improvisation et dévoile tout son génie. N’ayant plus de choeur ou de musiciens pour introduire ses morceaux ou s’exprimer en solo, Ray Charles redevient l’homme orchestre qu’il était dans sa jeunesse et donne de la voix et du piano pour notre plus grand plaisir. Malgré un concert un peu court (1h10), nous auront droit aux plus belles chansons de l’artiste, avec les illustres « Route 66 », « Georgia on my mind » ou « It had to be y ou » (maintes fois reprise par d’autres artistes). Le final est très sympathique, avec un « What’d I Say » où le public est prié de jouer le rôle des choristes qui ne sont pas parvenus à rejoindre Paris à temps pour le concert.

Si vous aimez le Jazz ou Ray Charles (ou les deux) il est difficile de passer à côté du monument qu’est ce concert à l’Olympia du 22 novembre 2000. Malheureusement, le DVD ne sera sans doute pas le plus bel écrin de ce concert en raison de sa médiocre qualité sonore pour un artiste de cette trempe ! Reste à espérer que le CD-Audio et SACD du concert seront de meilleure qualité !


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   

L’image du concert est globalement assez belle, malgré un léger manque de définition. On distingue très bien le jeu des musiciens, mais l’enregistrement laisse de temps à autre apparaître des effets d’escalier assez disgracieux. Les projecteurs colorés égayent la scène, mais donnent parfois des teintes vraiment curieuses aux visages des musiciens. On ne note par ailleurs aucun problème de compression.


Le Son
 

C’est le point le plus décevant de ce DVD. L’éditeur ne nous propose que deux pistes sonores : Dolby Digital 2.0 ou Dolby Digital 5.1. La piste en 5.1 apporte une bonne spatialisation du son, mais cela se fait au détriment de la précision dynamique. Les instrument sonnent de façon très curieuse, comme si le son avait subit une trop forte distorsion du fait de la compression. Il faut dire qu’avec un débit de seulement 450 Kbs à répartir sur six pistes, cela donne à chaque piste la même bande passante qu’un fichier mp3 de mauvaise définition ! Le résultat se fait ressentir avec une absence de hautes fréquences et des basses trop puissantes et mal équilibrées.

Paradoxalement, la piste en Dolby Digital 2.0 fait mieux. Il faut dire qu’elle bénéficie du même débit que sa grande sœur, mais répartie sur seulement deux pistes. La définition est meilleure, particulièrement dans les hautes fréquences, mais les basses manquent parfois un peu de punch (ce qui peut être réglé au niveau d’un amplificateur). Le principal problème de cette piste vient de la saturation des aigus qui se produit sur certains morceaux et qui vient souvent gâcher l’écoute au meilleur moment !

On se demande bien pourquoi l’éditeur n’a pas fourni une piste en PCM ou en DTS pour un concert de cette qualité artistique ! Cela constitue vraiment un manque de respect envers les musiciens et la mémoire de Ray Charles ! A moins que ce ne soit une façon de nous obliger à acheter aussi la version CD ou SACD du concert !


Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 10 min
  Boitier Amaray
   
   

S’agissant de Ray Charles, l’éditeur XIII bis Records se devait de respecter le musicien exceptionnel et a décidé de rendre le DVD accessible aux personnes malvoyantes comme l’artiste. Ainsi, le boîtier contient des indications en braille et tous les menus sont parlés si l’on ne valide pas la touche « OK » à l’insertion du DVD. Voilà une bonne initiative que l’on aimerait voir plus souvent.


Interview : le début d’une longue histoire

Le français Jean-Pierre Grosz, producteur et ami de Ray Charles, nous raconte son amitié avec Ray Charles et son parcours avec le musicien. Il revient sur le concert de l’Olympia 2000 qui était un anniversaire de son premier concert en Europe en 1960. Jean-Pierre Grosz nous raconte ces concerts exceptionnels. Il revient sur les nombreux problèmes qui ont failli faire rater le concert : grève d’avion, accident qui bloque l’aéroport… Sans ses musiciens, Ray Charles a joué uniquement avec un trio de musiciens et sans choristes. Avec un réarrangement à la volée, le musicien a réussi à s’adapter et à produire un concert exceptionnel.

Il est à noter que Jean-Pierre Grosz nous propose cet interview en français ou en anglais, s’occupant lui-même de la traduction.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   Menus pour sourds et malentendants