Les images des menus


Les images du film


Les images des bonus





du même réalisateur
  JOAQUIN CORTES "LIVE AU ROY...
  KATY PERRY : THE PRISMATIC ...

dans le même genre
  JAMIROQUAI : LIVE AT MONTRE...
  NORMAN GRANZÍ JAZZ IN MONTR...
  CELEBRATING THE MUSIC OF WE...
  PRINCE LIVE AT THE ALADDIN ...
  LEE RITENOUR & DAVE GRUSIN ...
  STEPS AHEAD "LIVE IN TOKYO"...
  HERBIE HANCOCK FUTURE2FUTUR...

du même éditeur
  IL ÉTAIT UNE FOIS... LA VIE
  STALINGRAD
  MALICORNE CONCERT EXCEPTION...
  CHARLIE ET SES DRÔLES DE DA...
  JULIE ET JULIA
  MADO FAIT SON SHOW !
  THE CRAFT , DANGEREUSE ALL...
  TRANSSIBERIAN
  MOTEL 2
  LE TÉMOIN AMOUREUX (BLU-RAY...


Dernières Actus
  GAME OF THRONES - SAISON 7 ...
  QUEL COFFRET DVD / BLU-RAY ...
  WESTWORLD SAISON 1 EN DVD, ...
  STING // LIVE AT THE OLYMPI...
  MARANTZ SR8012 : 11.2 CANAU...
  LA SAGA HARRY POTTER DÉBARQ...
  SAMSUNG SOUND+ HW-MS750, SW...
  YAMAHA NP-S303 : PASSERELLE...

Jamiroquai "Live in Verona"

Genre Jazz Funk
Pays GB (2002)
Date de sortie samedi 28 décembre 2002
Durée 95 Min
Réalisateur Thomas Russell
Avec Jason Kay
Producteurs Celia Blaker
Format Dvd 9
Site Internet Site officiel de l'artiste
Site de l'éditeur
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Allemand
Non
Non
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non
  Espagnol
Oui
Oui
Non
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Christophe Bonnet
  Editeur   Sony BMG
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  95 min
  Nb Dvd  1
   
   

A 38 ans et pratiquement 10 ans de carrière, Jason Kay alias Jamiroquai a annoncé qu'il ferait un break à la fin de l'année, quelque peu désabusé par l'industrie du disque. Mais en voyant la prestation, dont est issu le DVD "Live in Verone" et en écoutant les tubes planétaires qu'il a placés entre nos oreilles, on ne peut que regretter sa décision. La funk soul, l'acid jazz, le disco vont perdre, provisoirement on l'espère, l'un de ses plus grands représentants.
Le DVD de SONY Music est le premier de cet artiste, live, de surcroît. Et quel live ! Sous une pluie diluvienne, et dans le décor fabuleux du théâtre antique de Verone, en Italie, Jamiroquai nous gratifie d'une prestation digne des plus grands. Il tient une cadence infernale, gesticule sans cesse, fait vibrer son public, le tout dans un large sourire du début à la fin. Il est aidé, s'il le fallait, dans cette entreprise, par une équipe de musiciens et de choristes de premier ordre. Le superbe décor est mis en valeur par des jeux de lumière spectaculaires : nous avons affaire à une tournée bien produite, il n'y a aucun doute.
Et puis, comment ne pas se délecter des facéties du Space Cowboy qui n'hésite pas à se rouler dans l'eau ou à exécuter ses pas de danse préférés. Le public est conquis, cela se voit dans les nombreux (trop nombreux !) plans que le réalisateur a inséré, surtout lorsque l'artiste brandit le drapeau de la scudéria (n'oublions pas que c'est un fou de voitures de sport).
Sur le plan musical, rien ne manque, la programmation propose les titres phare à savoir :
- Twenty Zero One (7min40)
- Canned Heat (11min14)
- Bad Girls (10min20)
- Corner of the Earth (8min45)
- Virtual Insanity (5min50)
- Little L (5min55)
- High Times (5min30)
- Cosmic Girl (7min)
- Main Vein (6min26)
- Deeper Underground (6min40)
- Alright (11min05)
- Love Foolosophy (8min)

La mise en image est très dynamique, mais comment faire autrement avec un tel trublion ? Les plans s'enchaînent à une cadence élevée, le zooming, le travelling et les gros plans sont très souvent employés.Quelques vues font preuve d'originalité, notamment celles à l'aplomb de l'artiste, au ras du sol, ou dans les ombres et reflets dans l'eau. Les gouttes sur les objectifs des caméras créent des effets de filtre aussi convaincants qu'inattendus. Quelques titres bénéficient d'une présentation sous forme de plusieurs vignettes ou bandeaux, animés, comme on en trouve dans les vidéo clips : c'est d'autant plus réussi que le réalisateur n'a pas abusé de cette astuce. En revanche, la lisibilité est amoindrie, par moments, par la présence d'images floues ou présentant trop de grain.Le résultat final est très séduisant mais, à la longue, la juxtaposition "anarchique" des plans devient quelque peu lassante. En tout cas, on ne risque pas de s'endormir avec un tel spectacle.
Les transitions sont faites avec habileté et humour : Jamiroquai est un performer hors norme.
Stevie Wonder a trouvé un fils spirituel et le funk a son troubadour à la coiffe sidérale.
 


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.78:1
   
   
En dehors des quelques réserves concernant le montage et la sélection de quelques plans douteux, le reste est d'une très bonne tenue. La restitution des couleurs, à la fois vives et nuancées, est à noter.

Le Son
 
Le Dolby Digital 2.0 et le Dolby Digital 5.1 sont proposés. Pour résumer, on peut dire que chaque format est exploité au maximum de ses capacités. La voix est un petit peu mieux restituée en DD 2.0 alors que le couple basse/batterie se distingue davantage en 5.1. Tout y est  : la précision, la  dynamique, le placement des sons,  les graves redoutables ... une réelle partie de plaisir !
A la minute 29, vous pourrez apprécier la précision de l'enregistrement lorsque Jamiroquai improvise un numéro de claquettes sur une scène détrempée : les cris de la foule, les pas de l'artiste dans les flaques et la pluie qui tombe sont parfaitement retranscrits. 

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 15 min
  Boitier Amaray
   
   
Les premières secondes de lecture d'un DVD, et plus particulièrement l'arrivée à l'écran du menu général, sont de nature à nous renseigner sur le spectacle qui va suivre. On accède à des menus animés au graphisme à la fois high tech et coloré, le tout sur fond musical ...vous aurez deviné de qui. La lisibilité n'a pas pour autant été sacrifiée, le choix proposé est le suivant :
Lecture du concert : sans commentaires
Tracks : un chapitrage, sur deux pages écran, bien conçu.
Extras : section des bonus à proprement parler
- Documentary (8min34 en D.D 2.0) : il s'agit d'un documentaire durant lequel on suit l'artiste avant le concert et durant les répétitions. Il ne manque pas de parler de sa passion pour les voitures de sport. Sans être exceptionnel ce chapitre donne un bon apercu de la façon avec laquelle Jamiroquai aborde la vie : intensément.
- Multi angle tracks : on peut ainsi sélectionner l'un des cinq titres proposés en multi-angle (Bad Girls, Corner of the Earth, Virtual Insanity, Little L et Main Vein). Une option intéressante.
- Love Foolosophy (6min36 en DD 5.1 et 2.0) : un titre supplémentaire dans lequel intervient Beverley Knight, une talentueuse chanteuse de la scène R&B anglaise.
- DVD Rom : section qui permet de visualiser sur votre ordinateur, après installation des plugin nécessaires, quelques titres(Twenty Zero One, Bad Girls, Canned Heat, Cosmic Girl, Main Vein et quelques scènes backstage) restitués à 360 ° avec la possibilité de zoomer. Cet exercice est davantage une curiosité technique qu'un réel apport au spectacle.
- Crédits : générique de fin

Il ne manque que peu de choses à cette section bonus (biographie, discographie) pour être parfaite.
A noter : quelques bonus cachés, rendez-vous dans les sections choix multi-angles, choix format audio, crédits, et à vous de jouer.



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage