dans le même genre
  LES TOMBEAUX SANS NOMS
  LES ÂMES MORTES
  LE GRAND BAL
  RBG
  NOS ANIMAUX DOUX DEHORS, SA...
  VOYAGE À TRAVERS LE CINÉMA ...
  BELMONDO OU LE GOÛT DU RISQ...
  SCREAM FOR ME SARAJEVO
  DE PALMA
  DISCOVERY TOUR BY ASSASSIN'...

du même éditeur
  HERBES FLOTTANTES
  REQUIEM FOR BILLY THE KID
  LA TERRE ABANDONNÉE
  LONESOME JIM
  CONFESSION OF PAIN
  LES EUROPÉENS (COLLECTION J...
  MALA NOCHE
  COFFRET D.W. GRIFFITH : NAI...
  CONTE DE CINEMA
  LE SPÉCIALISTE


Dernières Actus
  CONFÉRENCE DE PRESSE : LE M...
  DISNEY BAT UN RECORD AVEC L...
  L'ULTIME BANDE ANNONCE DE "...
  ENCYCLOPÉDIE DES RÉPLIQUES ...
  WARNER DÉVOILE TITANS OF CU...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...
  THE GOOD FIGHT SAISON 2 EN ...
  PARIS AUDIO VIDEO SHOW 2019...

Sisters in law

Titre Original Sisters in law
Genre Documentaire
Pays Cameroun (2005)
Date de sortie mercredi 17 janvier 2007
Durée 102 Min
Réalisateur Kim Longinotto Florence Ayisi
Avec Vera Ngassa, Béatrice Ntuba
Producteurs Vixen films
Compositeur D'Gary
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Non
Non
Non
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Julien Sabatier
  Editeur  
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  102 min
  Nb Dvd  1
   
   

L’histoire :

Tranches de vies et instants d’audience au tribunal de l’Etat de Kumba au Cameroun.

Critique subjective :

En dépit des apparences, Sisters in law n’est pas qu’un documentaire sur la place des femmes au sein des institutions judiciaires africaines. S’il évoque bien sûr cet aspect, le film de Kim Longinotto et Florence Ayisi va bien au-delà. C’est sans doute parce qu’il transcende ce sujet pour brasser bien d’autres thèmes qu’il a été largement projeté dans les festivals, remportant plusieurs prix au passage.

Etat de Kumba, Cameroun. Vera Ngassa est conseillère d’Etat (procureur), Béatrice Ntuba présidente de la cour. Au tribunal se présentent des femmes battues et parfois violées par leur mari, une fillette torturée par sa tante ou encore une enfant abusée par un voisin pédophile. Si la souffrance, presque palpable, est présente à l’image, elle est toutefois montrée avec une grande décence, sans aucun voyeurisme. La caméra capte tout mais, en retrait, se fait oublier, à l’instar des deux réalisatrices qui ne s’expriment jamais et n’ont pas souhaité recourir à une voix-off. L’image brute se suffit à elle-même. Les bourreaux domestiques se passent d’ailleurs très bien de tout commentaire, leurs sempiternelles « bonnes » excuses ainsi que leur mauvaise foi éhontée en disent suffisamment long sur leur compte.

Sisters in law n’est pas le « 10ème chambre - instants d’audience » camerounais. Ici, la justice n’est qu’un prisme au travers duquel on découvre la condition de la femme et de l’enfant en Afrique. Le film montre aussi à quel point l’institution judiciaire peut être un levier majeur pour changer les mentalités et faire évoluer les moeurs dans le bon sens. Elle se heurte souvent à la coutume ou à la religion, mais des personnes comme Vera Ngassa et Béatrice Ntuba sont animées d’une telle volonté qu’elles parviennent à faire sauter ces verrous, ces tabous, et à faire bouger les choses. La tâche est ardue mais ces deux femmes-là ont de la ressource. Pour susciter une prise de conscience chez les jeunes, elles vont jusqu’à organiser des actions de prévention, accompagnées d’anciennes victimes à qui la justice a donné gain de cause. Il s’agit « d’arrêter le massacre ». Et leurs efforts paient. Les tortionnaires ne sont plus au-dessus des lois et les sourires de certaines victimes en disent long sur le soulagement de plaignants qui, il y a seulement quelques années, n’auraient jamais remporté leur procès au seul motif qu’ils sont des femmes ou des enfants.

Verdict :

Documentaire respirant l’humanité, Sisters in law nous dévoile un combat noble en faveur de la justice et de l’égalité sociale. Une véritable croisade judiciaire qui porte ses fruits puisque des vies sont sauvées et que les mentalités commencent doucement à changer.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Un master très propre. Le rendu vidéo est quasi-optimal avec une image nette et bien saturée. Aucun défaut compressif, ni de grain trop prononcé à l’horizon. On peut donc découvrir le documentaire dans d’excellentes conditions.

Le Son
 
Un son Dolby Digital 2.0 hautement fréquentable. L’unique piste proposée (version originale sous-titrée) est de bonne tenue avec un son propre et précis. Si l’on relève un certain dynamisme, l’ampleur sonore est, de par la nature même du métrage, assez limitée.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 2 min
  Boitier Amaray avec fourreau cartonné
   
   


Bande annonce (2 minutes).


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage