dans le même genre
  CAPHARNAÜM
  L'AMIE PRODIGIEUSE
  A BRIGHTER SUMMER DAY
  SHÉHÉRAZADE
  GUY
  HIPPOCRATE : SAISON 1
  THE LOST SOLDIER
  THE STRANGE ONES
  1900
  CHICAGO MED : SAISON 2

du même éditeur
  HERBES FLOTTANTES
  REQUIEM FOR BILLY THE KID
  LA TERRE ABANDONNÉE
  CONFESSION OF PAIN
  LES EUROPÉENS (COLLECTION J...
  MALA NOCHE
  COFFRET D.W. GRIFFITH : NAI...
  SISTERS IN LAW
  CONTE DE CINEMA
  LE SPÉCIALISTE


Dernières Actus
  REDÉCOUVREZ PHANTOM MANOR D...
  KLIPSCH LANCE UN CONCOURS D...
  POWERDVD 19 : COMPATIBLE 8K...
  KING KONG 2019 : DISPONIBLE...
  HAWAII 5-0 : SAISON 8 EN CO...
  DISNEY DÉVOILE :"LE ROI LIO...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX LA ...
  NETFLIX DÉVOILE SA NOUVELLE...

Lonesome jim

Genre Drame
Pays USA (2005)
Date de sortie mercredi 17 mai 2006
Durée 88 Min
Réalisateur Steve Buscemi
Avec Casey Affleck, Liv Tyler, Mary Kay Place, Seymour Cassel, Kevin Corrigan, Mark Boone Jr
Producteurs Galt Niederhotter, Céline Raffray, Daniela Taplin Lundberg, Jake Abraham, Gary Winick et Steve Buscémi
Scénaristes James C. Strouse
Compositeur Evan Lurie
Format Dvd 9
Critique Cinéma Lonesome jim
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Non
Non
Non
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur  
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  88 min
  Nb Dvd  1
   
   

A 27 ans, Jim est fauché et contraint de revenir vivre chez papa-maman, dans une petit ville éteinte du Midwest Américain. Manque de chance, les travers d’un cocon familial bancal se révèlent bientôt tout aussi navrants que ses propres névroses…Seule Anika, jeune infirmière rencontrée un soir comme par miracle, semble pouvoir redonner à son existence atone, un zeste de fantaisie et de piquant.

Pour son nouveau film, le comédien Steve Buscémi (Armageddon, Reservoir Dogs), ne choisit pas un sujet facile : La recherche d’un idéal chez un être mélancolique. Pourtant il porte son sujet à bout de bras et lui donne une envergure incroyable. Jamais dans la caricature, à des années lumière d’un film insipide où les clichés se mêlent aux évidences, le réalisateur promène sa caméra autour de ce jeune homme pour mieux en faire ressortir les errances de son existence. Jamais impudique, il suit son personnage dans sa recherche constante d’un bonheur qu’il s’oblige à ne pas trouver. Même lorsqu’ au détour d’une rue, au coin d’un bar, il rencontre une jeune femme pour qui le bonheur réside dans l’instant, Jim (Casey Affleck) ne parvient toujours pas à réaliser la beauté intérieure d’un tel être.

La grande force de « Lonesome Jim », réside certainement dans la palette de personnages tous totalement différents et en même temps tellement similaire. Comme la mère, insatiable optimiste, joyeuse clown triste qui ne cesse d’afficher des sourires et feint de ne jamais être touché par l’apparente et incompréhensible détresse de ses enfants. Le père interprété par Seymour Cassel (Happy Hour) autant conscient qu’inconscient de cette réalité qui leur échappe chaque fois un peu plus. Volontaire prisonnier d’un décor qu’il a créé. L’oncle Evil (Mark Boone Jr ) irréversible déchet, qui vit à la parallèle de sa sœur, tout en assumant son rôle d’éternel perdant ou encore le frère Tim (Kevin Corrigan), abandonnée à sa triste existence, marginal de son propre destin, blasé et blessé au plus profond de son être. Tous ces êtres semblent former une seule personne et se rejoindre en Jim. Le seul rayon de lumière venant de cette infirmière magnifiquement interprété par une Liv Tyler (Le Seigneur des anneaux, Armageddon) tout en douceur et en retenue.

Et c’est là, certainement la deuxième grande force de ce film : son interprétation. Casey Affleck (Ocean’s Eleven, Gerry), nous livre une composition parfaitement juste. Il incarne un personnage toujours à la frontière entre le combat d’une jeune vie et l’abandon à dépression d’un jeune homme sans espoir. Steve Buscémi, a su tirer profit du talent de ce comédien, qui semble bien décidé à se démarquer définitivement de son illustre frère. Notons aussi l’époustouflante interprétation de Mary Kay Place (Human Nature, Nine Lives) en mère américaine s’obligeant à toujours sourire et à toujours être cordiale. Sans oublier l’ensemble des comédiens de ce petit chef-d’œuvre de tendresse, d’humour noir et de mélancolie.

En conclusion, un film incroyablement juste, aux arômes d’un film de Jarmusch, avec une tendresse et une mélancolie incroyable. Une œuvre parfaitement maîtrisée par un réalisateur qui honore ses comédiens d’une mise en scène sobre et délicate. Un petit chef-d’œuvre.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.77:1
   
   
Légèrement granuleuse, l’image ne semble pas avoir été re-travaillée. Pourtant, elle provoque un effet d’ambiance surprenant et soudainement en totale adéquation avec le sujet et l’atmosphère du film. Les couleurs volontairement fades se mêlant allègrement avec le grain de l’image.

Le Son
 
Uniquement disponible en VO, La piste 5.1 est un peu faiblarde et semble totalement superflue dans ce film dont l’ambiance est volontairement minimaliste. Pas d’effets sonores particulièrement envahissant, une bande son plutôt discrète. La piste 2.0 parait donc beaucoup plus appropriée à l’univers de ce film aux allures intimistes. Une fois n’est pas coutume !

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 25 min
  Boitier Amaray
   
   
Une très intéressante interview de Steve Buscémi. Une façon commune de mieux cerner les intérêts du réalisateur, mais qui se révèle toujours pleine d’intérêts. Un petit court métrage inspiré d’un figurant du film. Surprenant et tendre, à l’image du long métrage. Et enfin la bande annonce. Complet, quoi !

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage