du même réalisateur
  COFFRET HONG SANG-SOO (2 D...
  IN ANOTHER COUNTRY

dans le même genre
  CAPHARNAÜM
  L'AMIE PRODIGIEUSE
  A BRIGHTER SUMMER DAY
  SHÉHÉRAZADE
  GUY
  HIPPOCRATE : SAISON 1
  THE LOST SOLDIER
  THE STRANGE ONES
  1900
  CHICAGO MED : SAISON 2

du même éditeur
  HERBES FLOTTANTES
  REQUIEM FOR BILLY THE KID
  LA TERRE ABANDONNÉE
  LONESOME JIM
  CONFESSION OF PAIN
  LES EUROPÉENS (COLLECTION J...
  MALA NOCHE
  COFFRET D.W. GRIFFITH : NAI...
  SISTERS IN LAW
  LE SPÉCIALISTE


Dernières Actus
  REDÉCOUVREZ PHANTOM MANOR D...
  KLIPSCH LANCE UN CONCOURS D...
  POWERDVD 19 : COMPATIBLE 8K...
  KING KONG 2019 : DISPONIBLE...
  HAWAII 5-0 : SAISON 8 EN CO...
  DISNEY DÉVOILE :"LE ROI LIO...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX LA ...
  NETFLIX DÉVOILE SA NOUVELLE...

Conte de cinema

Titre Original Keuk jang jeon
Genre Drame
Pays Corée du sud (2007)
Date de sortie mercredi 25 octobre 2006
Durée 90 Min
Réalisateur Hong Sang-soo
Avec Uhm Jiwon, Lee Kiwoo, Kim Sang-kyung
Producteurs Marin Karmitz
Scénaristes Hong Sang-Soo
Compositeur Jeong Yonjin
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Coréen
Non
Non
Non
  Français
Oui
Non
Non

Le Film Critique de Philippe Jallet
  Editeur  
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  90 min
  Nb Dvd  1
   
   

L’histoire :

A Séoul, un étudiant suicidaire rencontre une jeune fille qui désire l'accompagner dans son geste fatal. Un réalisateur croise, en sortant d'une salle de cinéma, une femme qu'il pense être l'actrice du film qu'il vient de voir. Le Septième Art est le trait d'union de ces différents destins.

La critique :

Attention, la déprime guète ! Dès les premières images, un garçon aux allures peu enjouées avoue à la femme avec qui il vient de péniblement faire l’amour qu’il décide de mettre fin à ses jours… ça commence bien ! Et ça ne va pas aller en s’arrangeant.

Le problème, c’est qu’on s’en fout un peu. Jamais le spectateur ne parvient à entrer dans ce trip étrange, et finit par se désolidariser bien rapidement des protagonistes de cette organisation de suicide qui dure une bonne partie du film. Tout juste le moment du passage à l’acte est-il convenablement réalisé. Mais cette première partie du film est totalement plombée par des dialogues ennuyeux à mourir (c’est de circonstance !), et une interprétation assez terne, sans relief. Rajoutez à cela une scène de sexe moche et inutilement explicite, et on a une première moitié de film qui n’a que peu d’intérêt.

Petit point positif, contrairement au cliché du film d’auteur chiant auquel peut faire penser cette œuvre, un effort de réalisation est effectué. Point de caméra ultra tremblante « pour faire authentique » et moche, mais des plans travaillés. Et on a même droit à de la musique additionnelle discrète. C’est toujours ça de gagné, mais ça reste maigre.

Vient ensuite une seconde moitié de film qui trouvera au fur et à mesure son lien avec la première. Et malheureusement, comme précédemment, on s’ennuie. Les personnages sont encore moins entraînants. Et encore une fois, l’issue nous est complètement indifférente. A la rigueur, les personnages agacent.

L’un des plus gros problèmes vient sans doute encore des dialogues. Mes connaissances en coréen étant assez limité, je ne saurais vous dire si le passage au français y est pour quelque chose, même pour la VO sous titrée qui conserve les intonations d’origine. Toujours est-il que ces dialogues sont au mieux ennuyeux et sans intérêt, au pire ridicules. Quelqu’un  qui s’extasie devant la beauté de la neige au moment de se suicider, c’est pour le moins singulier, à moins qu’il y ait un sens caché qui ait échappé à l’auteur de cette critique. 

Le final qui tente d’être tendre n’est qu’un appui de plus sur la morale à la délicatesse pachydermique de l’œuvre. Oui, la vie c’est chouette, vouloir mourir c’est pas chouette. Une heure et demie pour ça, franchement, il faut le vouloir… Conte de cinéma, ou l’explication par l’exemple pourquoi les films d’auteur peuvent rebuter le grand public, au prix de laisser échapper des perles.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Une image soignée et des plans travaillés stables. La photographie est très belle, et il n'y a pas de souci de compression.

Le Son
 
Un son stéréo (seule la VO coréenne est disponible sur le DVD) de bonne facture, largement suffisant pour ce type de film.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 22 min
  Boitier Amaray
   
   

Outre un menu sobre avec un chapitrage assez court, ce DVD nous propose deux bonus honorables.

"Un cinéaste intime" par Pierre Rissient (14 min) : plongée au sein l'univers du réalisateur.
Bandes-annonces de la collection Hong Sang-Soo (8 min)


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage