du même réalisateur
  ELEPHANT
  RESTLESS
  NOS SOUVENIRS

dans le même genre
  CAPHARNAÜM
  L'AMIE PRODIGIEUSE
  A BRIGHTER SUMMER DAY
  SHÉHÉRAZADE
  GUY
  HIPPOCRATE : SAISON 1
  THE LOST SOLDIER
  THE STRANGE ONES
  1900
  CHICAGO MED : SAISON 2

du même éditeur
  HERBES FLOTTANTES
  REQUIEM FOR BILLY THE KID
  LA TERRE ABANDONNÉE
  LONESOME JIM
  CONFESSION OF PAIN
  LES EUROPÉENS (COLLECTION J...
  COFFRET D.W. GRIFFITH : NAI...
  SISTERS IN LAW
  CONTE DE CINEMA
  LE SPÉCIALISTE


Dernières Actus
  REDÉCOUVREZ PHANTOM MANOR D...
  KLIPSCH LANCE UN CONCOURS D...
  POWERDVD 19 : COMPATIBLE 8K...
  KING KONG 2019 : DISPONIBLE...
  HAWAII 5-0 : SAISON 8 EN CO...
  DISNEY DÉVOILE :"LE ROI LIO...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX LA ...
  NETFLIX DÉVOILE SA NOUVELLE...

Mala Noche

Genre Drame
Pays USA (2006)
Date de sortie mercredi 2 mai 2007
Durée 120 Min
Réalisateur Gus Van Sant
Avec Tim Streeter, Doug Cooeyate, Sam Downey, Nyla Maccarthy, Ray Monge, Robert Lee Pitchlynn
Producteurs Gus Van Sant
Scénaristes Gus Van Sant
Compositeur Peter Daamaan, Karen Kitchen et Creighton Lindasy
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Non
Non
Non
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur  
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  120 min
  Nb Dvd  1
   
   

Un jeune homosexuel tombe fou amoureux de Johnny, un immigré mexicain clandestin qui ne parle pas un mot d’anglais et qui n’a même pas 18 ans…

Inspiré du roman du même nom de Walt Curtis, « Mala Noche » est le premier long métrage réalisé par Gus Van Sant (Will Hunting, Elephant). Plus qu’une simple retranscription d’une sorte de journal intime d’un poète américain, ce film brille par la maîtrise impressionnante dont fait preuve le réalisateur.

Réalisé en 1985, « Mala Noche » donne l’impression d’avoir été tourné par un réalisateur déjà chevronné, tant les plans sont d’une exceptionnelle beauté et d’une fascinante maîtrise. En faisant référence à des réalisateurs tels que Coppola ou Hitchcock, Gus Van Sant utilise, à cause du peu de moyen dont il dispose, tout ce qui est à portée de main pour renforcer sa narration. De la lumière à la fois subjective et tranchante pour mieux appuyer sur la sensualité ou le dénuement total des jeunes immigrés. Le noir et blanc, habillant la différence entre les peaux, pour mieux exprimer le fossé qui sépare les personnages. Des dialogues distillés au grès des échanges sans jamais en rajouter de trop. Mais les meilleures idées du réalisateur restent à coup sur :

Tout d’abord l’utilisation de la caméra et de la subjectivité pour renforcer la narration, comme la scène de sexe, où la lumière mêlée à un mouvement de caméra proche des corps, les épousant et les suivant dans leurs ébats sans jamais les montrer réellement, reste un joyau de mise en scène, dont les références sont nombreuses, mais dont la maîtrise ne peut être que signée Gus Van Sant.

L’autre bonne idée reste l’utilisation en voix off du texte original de Walt Curtis, avec ce qu’il y a de froid et chaud mélangé et le style souvent cru de l’auteur, qui n’est pas sans rappeler pour nous, français, un certain Cyril Collard, qui brilla autant par son écriture, que par son style cinématographique. En utilisant l’auteur comme narrateur invisible des pensées du jeune homme amoureux, on plonge un peu plus dans un univers délaissé par l’amour, où le temps présent est fait de petits bonheurs éphémères, d’amours impossibles au grès de rencontres incertaines, dans des rues vidées de chaleur. Le style de Curtis, nous ramène à cette désillusion propre à bon nombre de nos sociétés, qui fait que l’amour est inabordable dès lors que la vie est faite d’errance. La solitude des uns et des autres se mêle dans cet étrange ballet que seul la police de l’immigration vient interrompre.

Le style de Walt Curtis et celui déjà minimaliste mais tellement talentueux de Gus Van Sant, nous font un constat bien sombre de cette jeunesse désoeuvrée, que traverse une vie faite de petits moments de bonheur glanés aux coins des rues et d’amertumes souvent interrompant le cour des choses. Un constat qui n’est pas sans rappeler les œuvres de Larry Clarck (Bully, Ken Park) ou de Gregg Araki (Doom Géneration, Mysterious Skin).

En conclusion, une œuvre majeure aux allures de mineure. Réalisé avec une maîtrise hors pair, « Mala Noche » dresse un constat bien sombre d’une jeunesse désoeuvrée. L’utilisation des éléments, qu’ils soient lumières ou décors en fait un film magnifiquement minimaliste et parfaitement maîtrisé.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 4/3 n&b
  Format Cinéma 1.33:1
   
   
La qualité de l’image est assez bonne, compte tenu de l’ancienneté du film, du format utilisé, et de la qualité du master. Le film datant de 1985, et n’ayant été projeté que dans quelques festivals, on comprend aisément la difficulté d’une remasterisation. Surtout aux vues de l’utilisation particulièrement intense et soutenue. L’ensemble ne manque toutefois pas d’intérêt.

Le Son
 
Une piste 2.0 assez faiblarde, qui souffre de beaucoup de chuintements. L’ancienneté et le faible budget de tournage y sont certainement pour quelque chose. On aurait quand même apprécié un peu plus de travail sur la bande sonore, particulièrement importante sur certaines scènes, comme celle où le jeune homme fait chauffer de l’eau, tout en sentant son désir l’envahir

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 43 min
  Boitier Digipack
   
   

Très complets, les bonus souffrent pourtant d’un traitement très intellectuel, dont le narrateur de la préface, n’est pas sans rappeler la voix Off du "cinéma de minuit" de notre enfance. Une explication de texte pourtant particulièrement intéressante, et surtout incroyablement complète. Puis une interview de Gus Van Sant qui revient avec tendresse et parfois amusement sur les aléas du tournage de ce premier film. Un peu soporifique, mais vraiment passionnante lorsqu’il explique les difficultés de distribution liées au sujet du film. Puis une nouvelle explication de texte sur la scène d’ouverture, afin de mieux comprendre la complexité des plans et des images utilisées par le réalisateur.

Enfin les bandes annonces des précédents films de Gus Van Sant : Gerry, Elephant et Last Days.



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage