du même réalisateur
  SLEEPER CELL

dans le même genre
  TIME AND DIE
  SUMMER OF 84
  SALE TEMPS À L'HÔTEL EL ROY...
  A STAR IS BORN
  SEARCHING - PORTÉE DISPARUE
  LA DAME DE SHANGHAÏ
  GUYANE SAISON 2
  UN COUTEAU DANS LE VENTRE
  SAFE : SAISON 1
  UNE HISTOIRE SIMPLE

du même éditeur
  SEAL TEAM SAISON 1
  NCIS : LOS ANGELES SAISON 9
  EVANESCENCE SYNTHESIS LIVE
  SANS UN BRUIT (ULTRA HD / 4...
  MACGYVER SAISON 1
  HAWAI FIVE-0 SAISON 7
  GREASE : EDITION 40ÈME ANNI...
  TWIN PEAKS : THE RETURN
  MOTHER !
  TRANSFORMERS 3 - LA FACE CA...


Dernières Actus
  REDÉCOUVREZ PHANTOM MANOR D...
  KLIPSCH LANCE UN CONCOURS D...
  POWERDVD 19 : COMPATIBLE 8K...
  KING KONG 2019 : DISPONIBLE...
  HAWAII 5-0 : SAISON 8 EN CO...
  DISNEY DÉVOILE :"LE ROI LIO...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX LA ...
  NETFLIX DÉVOILE SA NOUVELLE...

Sleeper Cell

Genre Thriller
Pays USA (2005)
Date de sortie mardi 3 mars 2009
Durée 560 Min
Réalisateur Ethan Reiff et Cyrus Voris
Avec Michael Ealy, Oded Fehr, Henri Lubatti, Alex Nesic, Blake Shields
Producteurs Ethan Reiff et Cyrus Voris
Scénaristes Divers
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Oui
Oui
Non
  Espagnol
Non
Non
Non
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Paramount
  Edition   Coffret
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  560 min
  Nb Dvd  4
   
   

Darwyn Al-Sayeed, agent afro-américain du FBI  travaillant sous couverture, est recruté par Faris Al-Farik, le leader d’une cellule terroriste islamiste qui s’apprête à attaquer Los Angeles. Pour cette dangereuse mission, Darwyn est supervisé par Ray Fuller, qui est également un ami très inquiet pour la sécurité de son camarade.

 

Comparé à « 24 Heures Chrono » pour son immersion totale dans l’univers du terrorisme, « Sleeper Cell » se démarque d’emblée par une volonté de ne pas diaboliser, mais au contraire d’aider à mieux comprendre comment une cellule terroriste procède pour monter une opération d’envergure. Dans une Amérique post 11 Septembre marquée par une volonté, peu disimulée, d’une administration présidentielle de semer le trouble dans les esprits et d’ainsi créer une nouvelle psychose, la série montre plusieurs facettes de l’Islam, la modéré, et l’intégriste pur. En ce sens, les scénaristes ont parfaitement réussit leur coup et l’on paru aisément parler d’intelligence scénaristique et humaine. Car « Sleeper Cell » évite le schéma profondément nationaliste qui ne cesse de discréditer bon nombre de tentatives de film traitant du terrorisme du style  « Le royaume ».

 

Ici on amène le spectateur à ne pas se laisser berner par des faux discours, mais plutôt à comprendre qu’une cellule terroriste ne peut réussir son coup que si elle connait parfaitement sa cible. Elle donne aussi le contrepoids de certaines productions en nuançant son discours sur les croyances des uns et des autres. D’ailleurs la mise en scène, même si on peut la juger parfois un peu lourde, comme dans les deux premiers épisodes, elle n’en demeure pas moins efficace, utilisant même des images chocs comme la lapidation du traitre. Soucieux de ne pas se cacher derrière la bienséance et pour mieux mettre le spectateur face à l’horreur (Cela fait d’ailleurs penser à « OZ »), les réalisateurs n’hésitent pas à utiliser les ficelles normalement réservées au cinéma.

 

Côté Distribution, Michael Ealy ( 2 Fast 2 Furious, 7 vies) est particulièrement convaincant en agent du FBI, infiltré, un brin taciturne. Autant que Oded Fehr (Resident Evil : Extinction, La momie) qui  bonne une nouvelle fois ses lettre de noblesse aux méchants de services, en étant aussi attirant que terrifiant. Manquant de ressource assurément, la production joue la carte de la crédibilité et la distribution y contribue aisément. 

 

En conclusion, « Sleeper Cell » est un série de qualité qui plonge le spectateur, avec brio dans l’univers sordide des cellules dormantes terroristes. Du recrutement de ses membres à l’élaboration du plan. Evitant de justesse le côté patriotique autant que celui de la romance lourdingue, la série tarde à démarrer, mais prend finalement le spectateur au jeu, au point de l’en faire devenir accros. Une série à découvrir donc !



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.78:1
   
   


Le Son
 


Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 30 min
  Boitier Coffret
   
   


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage