du même réalisateur
  TROIS VOEUX

dans le même genre
  PEGGY SUE S'EST MARIÉE
  MON GRAND-PÈRE ET MOI
  JOURNAL INTIME
  JABBERWOCKY
  MON COUSIN
  LA VOIX DU SUCCÈS
  T'AS PÉCHO ?
  LE DÉFI DU CHAMPION
  POUR UN GARÇON
  TOUT SIMPLEMENT NOIR

du même éditeur
  DE GAULLE
  SKIN
  PARASITE
  WILD ROSE
  AFTER CHAPITRE 1
  TANGUY 2 : LE RETOUR
  WALTER
  ARCTIC
  LE GARDIEN DES MONDES
  PARADISE BEACH


Dernières Actus
  THE LAST TREE EN VOD
  LA LOI DE LA JUNGLE EN VOD
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : WINK ...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : SHERL...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : SANS ...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : BLANC...
  2021 : UNE ANNÉE POUR CÉLÉB...
  WONDER WOMAN 1984 EN ACHAT ...

Material Girls

Genre Comédie
Pays USA (2007)
Date de sortie mercredi 9 avril 2008
Durée 97 Min
Réalisateur Martha Coolidge
Avec Hilary Duff, Haylie Duff, Anjelica Huston, Lukas Haas, Maria Conchita Alonso, Brent Spiner
Producteurs Milton Kim, Tim Wesley, Mark Morgan, Guy Oseary, Hilary Duff, Susan Duff, Eve Ladue et David Faigenblum
Scénaristes Johna Quaintance, Jessica O'Toole et Amy Rardin
Compositeur Jennie Muskett
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Non
Non
Non
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   M6 vidéo
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  97 min
  Nb Dvd  1
   
   

Ava et Tanzie Marchetta sont les jeunes et sublimes héritières de Marchetta Cosmétics, la multinationale de leur défunt père. Leurs principales préoccupations : Les chaussures, les clubs branchés et leur vie sentimentale. Mais leur univers s’effondre quand un journaliste révèle que leur produit phare est en fait dangereux pour la santé, images d’une victime à l’appui. Les deux jeunes femmes se retrouvent ruinées du jour au lendemain. Elles vont devoir se battre pour sauver la mémoire de leur père et découvrir leur vraie personnalité.

Bon, il faut bien se l’avouer, Hilary Duff (Cody Banks : Agent Secret, 13 à la douzaine) n’est pas la plus grande comédienne du monde, mais le duo qu’elle forme avec sa sœur  Haylie Duff (7 à la maison) n’a pas à rougir de celui formé par les sœur Olsen.  Et l’histoire de ces deux filles spoliées par les leurs, si elle n’a rien d’exceptionnelle, se laisse agréablement regarder. Les idées scénaristiques ne sont pas légions, mais elles répondent parfaitement  au cahier des charges en offrant aux jeunes spectatrices une aventure où les héroïnes doivent se battre pour retrouver leur vie précédente en lavant l’honneur bafoué de leur père, tout en recevant une véritable leçon de vie.

Le jeu des comédiennes, a ceci de correct, qu’il est totalement crédible et qu’il colle parfaitement à l’ensemble . Loin de parler d’excellence de jeu (Ce serait un peu excessif !) on peut tout à fait dire que les deux sœurs s’amusent et que cela se voit. Elles jouent constamment de leur image en l’égratignant au passage pour mieux en rire. Entourées d’une troupe de comédiens aussi inspirés qu’elles, les deux sœurs réussissent leur mission, haut la main. Et pourtant en face, il y a quand même l’excellente Angelica Hudson (L'honneur des Prizzi, Les arnaqueurs), fille de…., qui de la même que Meryl Streep le fit dans « Le Diable s’habille en Prada », s’amuse avec son image de beauté glaciale. L‘actrice s’amuse avec ce personnage de présidente d’empire cosmétique amusant mélange de « Cruella » et de « Miranda Priestly ».

Parti d’un scénario un peu léger et très peu imaginatif, le réalisateur parvient tout de même à embarquer le spectateur dans cette aventure, notamment grâce au choix de ne pas trop laisser les personnages secondaires surjouer dans le burlesque. Il faut, en effet, noter que très peu de comédiens font des grimaces à s’en décrocher la mâchoire pour nous faire rire. Au contraire il y a une certaine retenue, qui permet ainsi au réalisateur de nous offrir un film honnête, sans prétention aucune.

En conclusion, on peut dire que « Material Girls », n’est certes pas le film qui va révolutionner le genre pour adolescent, bien  loin de là, mais la réalisatrice Martha Coolidge (Le prince et moi) qui, cela  dit en passant, s’est fait une spécialité de ce type de réalisation,  offre une histoire agréable à regarder, sans que l’on se pose trop de question. Et malgré un scénario qui ne fait preuve de beaucoup d’imagination, l’ensemble reste plaisant à regarder.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   
De bonne qualité, l’image est assez agréable dans l’ensemble. De très rares grains sont à déplorer dans l’ensemble, et les contrastes donnent une profondeur de qualité. Rien à regretter de ce côté-là !

Le Son
 
Une piste 5.1, un peu faiblarde, qui trouve très vite ses limites lorsque la bande son s’invite un peu trop fort. Les dialogues souffrent d’un décalage, léger mais présent, entre les effets sonores ou musicaux, qui font tendre l’oreille, un peu décevant tout de même.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 20 min
  Boitier Amaray
   
   
Un making of qui ressemble plus à un film promotionnel pour investisseurs, qu'à une véritable découverte des coulisses du film. Puis la bande annonce. Pas de quoi sauter au plafond !

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage