dans le même genre
  TENET
  L'HOMME DU PRÉSIDENT
  SPIDER IN THE WEB
  THE LOOMING TOWER SAISON 1
  PHANTOM DOCTRINE
  RED SPARROW
  MACGYVER SAISON 1
  SHOOTER : SAISON 1
  NCIS LOS ANGELES : SAISON 7
  XXX: REACTIVATED (ULTRA HD ...

du même éditeur
  LE PARRAIN DE MARIO PUZO EP...
  JURASSIC WORLD EVOLUTION (S...
  LE JEUNE MESSIE
  LA VIE EST BELLE (ULTRA HD...
  LA VIE EST BELLE
  ESCAPE AT DANNEMORA
  CRAWL
  ROCKETMAN
  LE PARC DES MERVEILLES
  SIMETIERRE


Dernières Actus
  TEUFEL CINEBAR LUX SURROUND...
  HOME-CINÉMA ET HI-FI (OU L’...
  LA BANDE ANNONCE DE CRUELLA...
  CÉSARS 2021 : ET LES NOMINÉ...
  DISPARITION DE JEAN CLAUDE ...
  THE CRAFT : LES NOUVELELS S...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : DEGOB...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : SCHOT...

Trahison

Titre Original Traitor
Genre Espionnage
Pays USA (2009)
Date de sortie jeudi 20 août 2009
Durée 114 Min
Réalisateur Jeffrey Nachmanoff
Avec Don Cheadle, Guy Pearce, Neal Mc Donough, Jeff Daniels, Saïd Taghmaoui, Archie Panjabi
Producteurs Don Cheadle, David Hoberman, Todd Lieberman
Scénaristes Jeffrey Nachmanoff
Compositeur Mark Kilian
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non
  Néérlandais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Paramount
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  114 min
  Nb Dvd  1
   
   

Après plusieurs années dans l’armée, Samir Horn intègre une cellule terroriste, qui envisage de faire exploser des bombes en France, en Angleterre et aux Etats-Unis. L’agent Roy Clayton qui enquête sur cette cellule et sur Samir en l’occurrence, commence à s’interroger sur les réelles motivations de sa proie.

Autant le dire dès le départ, « Trahison » est un film qui laisse circonspect. Principalement parce qu’il y a du bon (parfois même du très bon), mais aussi du mauvais.

Du bon, tout d’abord, car l’histoire sans être particulièrement originale, a le mérite de plonger le spectateur des deux côtés de la barrière, en lui faisant partager les doutes et l’aspect parfois contemplatif du héros. Certaines répliques font se poser quelques questions, particulièrement sur les raisons qui poussent des hommes à sombrer dans le terrorisme, ou encore sur la capacité de certain de garder une âme, lorsque l’on donne la mort. En cela les scénaristes arrivent à donner une consistance à leur histoire et une originalité, que bon nombre n’ont pas su insuffler à ce type de programme.

Le jeu des acteurs s’en ressent d’ailleurs et Don Cheaddle (Ocean’s Eleven) et Said Taghmaoui (Marrakech express) forment un duo, certes explosif, mais particulièrement juste et bien inspiré. S’opposant tout en s’attirant, ils créent une amitié visible, tout en gardant une distance liée à la méfiance. Leurs personnages sont aux frontières du paradoxe et il fallait un jeu particulièrement fin pour garder ce paradoxe intact.

Mais malheureusement, les bonnes nouvelles s’arrêtent là, car l’histoire, si elle tentait à donner une intrigue un peu soutenue, la mise en scène et le résumé font s’effondrer le peu d’espoirs que l’on gardait d’une finesse éventuelle dans le traitement d’un tel sujet. Car dès les premières minutes du film, on comprend très vite les intentions des uns et des autres. Avec en plus, un bonus sur les a aprioris terrifiants des scénaristes et du réalisateur.

Car encore une fois, la CIA mène la danse, les flics français, espagnols ou encore anglais ne parvenant, bien évidemment, pas à mener leur enquête correctement. Les Musulmans forcément méchants, avides de sang et de vengeance pour une guerre sainte qu’ils sont les seuls à comprendre, et surtout, leur naïveté se rapproche très fortement de la stupidité. Des lieux communs dans ce type de film, qui en font sa principale faiblesse, puisqu’ils ne font que plonger le spectateur dans une énième histoire d’espionnage, où les méchants se ressemblent tous et où les américains sont forcément gentils. Et le jeu de Guy Pearce (L.A. Confidential) ne vient pas relever le niveau. L’acteur se la joue cow-boy à fond, sans jamais donner une once de nuance dans son jeu.

Pour finir, le film souffre de plusieurs longueurs qui alourdissent le propos et ne tardent pas à réveiller le poigné gauche et son tic-tac maléfique, qui fait se demander combien de temps le film doit encore durer. Une catastrophe pour un thriller d’espionnage.

En conclusion, « Trahison » est un film d’espionnage qui rate son virage hypnotisant, par une intrigue beaucoup trop convenue et un résumé qui donne d’ores et déjà toutes les ficelles du film. Dommage !



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   
Une image forcément très belle qui prend tout son sens dans les scènes sombres. Les contrastes donnent une véritable profondeur à l’ensemble et les couleurs sont de très bonnes tenues. Une véritable réussite, d’autant que l’image reste parfaitement stable.

Le Son
 
Une piste 5.1 qui ne lésine pas sur les effets. Le caisson de basse est particulièrement mis à contribution et les explosions résonnent à en faire trembler les murs. Quelques décalages sont toutefois à regretter entre les dialogues et les effets sonores. Rien de bien méchant pourtant.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 45 min
  Boitier Amaray
   
   
Les commentaires audio très convenus Jeffrey Nachmanoff et de Don Cheadle, le making of des effets spéciaux et celui des lieux de tournage. Rien de transcendant, mais pas de quoi avoir honte non plus.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage