du même réalisateur
  LA FIANCÉE SYRIENNE
  LES CITRONNIERS
  ZAYTOUN

dans le même genre
  THE LOOMING TOWER SAISON 1
  PHANTOM DOCTRINE
  RED SPARROW
  MACGYVER SAISON 1
  SHOOTER : SAISON 1
  NCIS LOS ANGELES : SAISON 7
  XXX: REACTIVATED (ULTRA HD ...
  JASON BOURNE
  HOMELAND SAISON 5
  LE PONT DES ESPIONS

du même éditeur
  GEMINI MAN (ULTRA HD / 4K -...
  ABOMINABLE
  DOWNTON ABBEY LE FILM
  FAST & FURIOUS : HOBBS AND ...
  COMME DES BÊTES 2
  YESTERDAY
  BROOKLYN NINE NINE SAISON 6
  COLD BLOOD LEGACY : LA MÉMO...
  THE DEAD DON'T DIE
  MA VIE AVEC JOHN F DONOVAN


Dernières Actus
  MAFIA INC. DE DANIEL GROU E...
  THE WRETCHED LE 02 DÉCEMBRE...
  SUITS SAISON 9 EN DVD
  L'ACTEUR MICHAEL LONSDALE E...
  DISNEY ANNONCE LE LANCEMENT...
  MYLÈNE FARMER : L’ULTIME CR...
  MYLÈNE FARMER : L’ULTIME C...
  DENON FÊTE SES 110 ANS AVEC...

Spider in the web

Titre Original Spider in the web
Genre Espionnage
Pays GB (2020)
Date de sortie dimanche 1 mars 2020
Durée 114 Min
Réalisateur Eran Riklis
Avec Ben Kingsley, Monica Bellucci, Itay Tiran, Itzik Cohen
Producteurs Eran Riklis, Moshe et Leon Edery, Jacqueline De Goedj
Scénaristes Gidon Maron
Compositeur Divers
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Universal
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  114 min
  Nb Dvd  1
   
   

Un agent secret sur le retour infiltre un réseau chargé de vendre des armes chimiques à une dictature du Moyen-Orient.

 
Eran Riklis n’est pas un débutant. Et même si « Spider in the Web » semble être une incursion dans un style plus « Grand Public », comme le film d’espionnage, il n’en demeure pas moins une œuvre qui s’inscrit dans la continuité de son œuvre, qui compte des petits bijoux tels que « Les Citronniers » dans lequel une femme palestinienne, veuve, voyait sa citronnerai menacée par l’installation d’un ministre israélien, dans la propriété voisine. Ou encore « Zaytoun », dans lequel un soldat israélien se crache non loin de Beyrouth et rencontre un jeune garçon Palestinien, qui va l’aider à sortir d’une zone de danger pour le pilote. Et ce « Spider in the Web » qui s’inspire de faits réels, prend une nouvelle fois, pour base ces conflits larvés au Moyen Orient, particulièrement l’utilisation des armes chimiques par Bachar Al Assad.


Pourtant, très rapidement, le film se révèle décevant, notamment par son manque de rythme évident. Et même si l’on peut prendre en comparaison « La Taupe » de Tomas Alfredson (2012), inspiré d’un roman de John Le Carré, et, qui, justement se démarquait des films d’espionnage par un rythme résolument moins énervé que pour un James Bond, par exemple, ce film de Eran Riklis manque terriblement de dialogues passionnants et de tenue de réalisation pour pouvoir réellement nous embarquer. La faute à un scénario, signé Gidon Maron (Playoff) qui veut trop en dire tout en gardant maladroitement un secret dont on capte les premières 30 minutes, les grandes lignes.


Si l’on ajoute à cela une mise en scène assez faible en bonne idée qui soigne plus son esthétique que son originalité et sa dynamique, le film se révèle très vite plombant avec de véritables longueurs, qui empêchent de réellement plonger dans l’histoire et, voir même, laisse le spectateur sur le bord de la route dans les premières minutes du film. Le temps où Eran Rikilis savait parler avec finesse et subtilité d’une situation ubuesque persistante au Moyen Orient, ou alors lorsqu’il savait faire preuve d’humanité semble bien loin et en pause, en tout cas, pour le moment. Car le film se révèle très chaotique, un peu « foutraque », puisque chaque personnage est une caricature de lui-même et ne parvient jamais à totalement nous séduire ou à susciter la moindre émotion.


Ajoutez à cela un Ben Kingsley à des années lumières de ses compositions marquantes « Gandhi » pour Richard Attenborough (1982), Itzakh Stern pour Spielberg (La liste de Schindler (1993)) ou George Méliès pour Scorcese (Hugo Cabret (2001)). Ici l’acteur ne sembla pas particulièrement concerné par son personnage et se laisse partir à la simplicité. Face à lui Monica Bellucci (Asterix et Obélix Mission Cléopâtre) n’est plus que l’ombre d’elle-même. Même constat pour l’acteur Israélien Itay Tiran (Hostages), véritable star dans son pays, autant pour ses rôles que pour ses prises de positions politiques, qui ne parvient pas non plus à imposer une composition à la hauteur de l’enjeu.


En conclusion, « Spider in the web » est un film d’espionnage bien décevant qui ne parvient pas à captiver. Son scénario trop confus, sa mise en scène trop occupée à soigner son esthétique et des acteurs loin du meilleur de leur forme, font de ce film une déception à la hauteur de l’attente qu’il pouvait susciter.




L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   
Trop fade dans son écriture et dans sa narration mais pas dans sa photographie. Les couleurs sont magnifiques et les contrastes sont parfaitement dosés pour lui donner une profondeur tout en douceur et en puissance. L’ensemble est de bonne tenue, à l’instar des scènes d’extérieurs qui mettent en valeur le travail de décoration.

Le Son
 
Le film est disponible en Dolby Digital 5.1 en Vo comme en VF. Le film se regarde, évidemment,  de préférence en VO pour mieux plonger dans le jeu des acteurs et de mieux se laisser imprégner par l’histoire même si elle nous laisse un peu circonspects. Toutefois il est bon de souligner une belle répartition qui ne laisse pas la musique trop envahir les dialogues.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 30 min
  Boitier Amaray
   
   
Côté Bonus, un making of assez court qui revient sur les dessous du film.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage