du même réalisateur
  LE ROI SCORPION 3 : L’OEIL ...
  DEAD IN TOMBSTONE
  DEAD AGAIN IN TOMBSTONE

dans le même genre
  MALÉFIQUE : LE POUVOIR DU M...
  DONNIE DARKO
  SPIDER-MAN : FAR FROM HOME
  GODZILLA : ROI DES MONSTRES
  MEN IN BLACK : INTERNATIONA...
  ALADDIN
  FRONTIER
  CASTLE ROCK SAISON 1
  LE LIVRE PERDU DES SORTILÈG...
  LE GARDIEN DES MONDES

du même éditeur
  FAUBOURG MONTMARTRE
  LE PROFESSEUR
  LA CITÉ DE LA JOIE
  PARIS QUI DORT ENTR'ACTE
  LE SILENCE EST D'OR
  APOCALYPSE NOW : FINAL CUT
  LE CHANT DU LOUP
  125 RUE MONTMARTRE
  ALITA : BATTLE ANGEL
  UN SAC DE BILLES


Dernières Actus
  RESTONS CHEZ NOUS AVEC LE M...
  RESTONS CHEZ NOUS AVEC FILM...
  CASA DE PAPEL : TOKYO TOUJO...
  RESTONS CHEZ NOUS AVEC OCS ...
  GAUMONT SORT UNE SÉLECTION ...
  POWERDIRECTOR 365 ET SA RÉV...
  RESTONS CHEZ NOUS : REDÉCO...
  RESTONS CHEZ NOUS : DÉCOUVR...

Primal

Titre Original The lost tribe
Genre Fantastique
Pays Etats-Unis (2009)
Date de sortie mercredi 5 janvier 2011
Durée 86 Min
Réalisateur Roel Reiné
Avec Emily Foxler, Nick Mennell, Lance Henricksen
Producteurs Roel Reiné, Kavi Virk
Scénaristes Mark E. Davidson
Compositeur Bennett Salvay
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Non
Non
  Anglais
Non
Non
Non

Le Film Critique de Julien Sabatier
  Editeur   Fox pathé europa
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  86 min
  Nb Dvd  1
   
   

L’histoire :

Echoués en territoire inconnu, des naufragés vont découvrir que la jungle qui les entoure dissimule de terribles créatures.

Critique subjective :

Responsable de plusieurs DTV qui sentent sous les bras (dont Jeu fatal avec Steven Seagal et The marine 2 sans John Cena), Roel Reiné revient avec Primal (The lost tribe), un nouvel inédit DVD pour lequel il endosse les fonctions de coproducteur, réalisateur et directeur de la photographie. A l’aune du palmarès du monsieur, c’est donc sans s’attendre à un chef d’œuvre que l’on enfourne la galette versatile dans le lecteur. Primal va-t-il déjouer ce pronostic peu enjoué ? Evacuons d’emblée ce suspense insoutenable : non.

Le métrage va en effet cumuler les défauts, à commencer par un démarrage très laborieux où l’on assiste au naufrage de personnages mal écrits (et mal joués) sur une île perdue. Non contents d’être privés de téléphone portable et de connexion à Facebook, les malheureux devront aussi survivre à des humanoïdes belliqueux (des créatures simiesques au design raté) qui ne sont autre que les derniers spécimens vivants du fameux « chaînon manquant ». En manque d’inspiration, Primal s’applique à copier sur tout ce qu’il peut. Lost (le naufrage, la jungle hostile), Predator (point de vue des primates observant discrètement leurs proies depuis la cime des arbres), Apocalypto (jungle, sacrifice humain), The descent (héroïne puisant dans ses forces ancestrales pour affronter l’ennemi, cache-cache mortel dans une grotte), tous passent à la moulinette du plagiat éhonté. Le reste ? Du vide. Des personnages qui se baladent dans la jungle en lançant des « hello ? » semi-apeurés, des couloirs narratifs à gogo et un Lance Henricksen qui apparaît moins de temps à l’écran qu’il n’en faut pour encaisser un chèque. On a connu plus émoustillant.

Malgré tout, Primal fait un peu mieux (ou moins pire) en certains domaines. Les visuels sont ainsi beaucoup moins cheap que ceux de la majorité des produits DTV (on échappe à l’habituel rendu vidéo ultra lisse), la mise en scène fait quelques efforts (pas toujours payants mais c’est déjà bien d’essayer), le sound design est travaillé et un élément narratif (le seul) mérite l’intérêt : l’Eglise emploie les grands moyens pour étouffer la découverte du chaînon manquant, révélation scientifique qui pourrait ébranler les fondements du christianisme.

Verdict :

Pas déplaisant au point de se défenestrer ou de s’arracher les globes oculaires avec un tire-bouchon rouillé, Primal reste toutefois un survival fantastique sacrément boiteux. Mauvais.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   

Un rendu qualitativement surprenant pour un produit de ce calibre. Non content d’afficher des visuels au-dessus de la moyenne pour un DTV, le film bénéficie en plus d’un pressage de belle facture offrant des images précises, des couleurs bien gérées et un encodage relativement discret.



Le Son
 

Là encore, le niveau technique est étonnant pour un simple inédit DVD. Du 5.1 … et de belle tenue. L’immersion auditive est garantie avec des pistes claires, amples, nerveuses et remarquablement bien spatialisées. Seuls des doublages français très médiocres viennent quelque peu ternir le tableau.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   

Lien Internet vers le site de l’éditeur.



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage