dans le même genre
  F1 2015
  INAZUMA ELEVEN - LE FILM : ...
  ROCKY
  MOTO GP13
  WRC 3 FIA WORLD RALLY CHAMP...
  LES CHARIOTS DE FEU
  MARIO TENNIS OPEN
  FIFA STREET
  PES 2012
  GRAND PRIX

du même éditeur
  L'ILE DE GIOVANNI
  TENKAI KNIGHTS - LES CHEVAL...
  DRAGON BALL Z KAÏ - BOX 1&2
  APPLESEED
  13 VIES, UNE VISION DE JAPO...
  ARGENTO SOMA - FUNERAL : ...
  CHOBITS : VOLUME 3
  MAX ET COMPAGNIE - LE FILM
  NINJA SCROLL LA SÉRIE : VOL...
  NINJA SCROLL LA SÉRIE : VOL...


Dernières Actus
  LE GRINCH AU GRAND REX AVEC...
  CHARMED SAISON 1 REMASTERIS...
  MAC GYVER SAISON 1 REMASTER...
  SHOOTER SAISON 2 EN COFFRET...
  COFFRET DVD INTÉGRALE COLLE...
  LE GRAND LIVRE DES TECHNIQU...
  LE RÉCIT DANS LES SÉRIES DE...
  LE RÉCIT DANS LES SÉRIES PO...

Kuroko's Basket - Saison 1 - Box 2

Titre Original Kuroko no Basket
Genre Sport
Pays JPN (2012)
Date de sortie mercredi 24 septembre 2014
Durée 299 Min
Réalisateur Shunsuke Tada
Avec Kensho Ono, Yuki Ono, Shiwa Saito, Hosoya Yoshimasa, Hiromufi Nojima, Takuya Eguchi, Go Inoue, Junichi Suwase, Fumiko Orikasa, Ryouhei Kimura, Daisuke Ono, Kenichi Suzumura, Hiroshi Kamiya, Naoki Mizutani, Fumihiro Okabayashi, Kenji Hamada, Tatsuhisa Suzuki, Hoshi Soichiro, Junichi Suwabe, Kazuya Nakai, Nobunaga Shimazaki, Adrien Solis, Benjamin Pascal, Marie Nonnenmacher, Christophe Seugnet, Grégory Laisné, Yann Pichon, Jean-Marc Montalto, Bastien Bourlé, Bruno Méyère, Jean-Pierre Leblan, Jessie Lambotte, Arnaud Laurent, Martial LeMinoux, Vincent DeBouard
Producteurs Yoshiko Ohara, Kazuhiro Aso, Kei Naito, Yuuka Skurai, Fumi Morihiro, Tomoyuki Ohwada, Shintarou Koide, Hiroo Maruyama
Scénaristes Noboru Yakagi, Shingo Irie, Toshizo Nemoto, Daishiro Tanimura, Sawako Hirabayashi
Compositeur Ryosuke Nakanishi, R.O.N
Format Dvd 9
Informations
Complémentaires
Box concernant la 2e partie de la 1e saison de la série
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Japonais
Non
Non
Non

Le Film Critique de Simon Bitanga
  Editeur   Kaze
  Edition   kaze
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  299 min
  Nb Dvd  3
   
   

Kiseki no Sedai
(littéralement "Génération de Miracles") : appellation de 5 exceptionnels basketteurs faisant l'orgueil du Collège Teiko. Arrivés à l'âge d'entrer au lycée, chacun d'eux sélectionne un établissement où poursuivre individuellement une brillante carrière.

Il est cependant un mystérieux 6e garçon nommé le Joueur Fantôme qui, bien que peu mentionné et remarqué, est reconnu par ses 5 ex-coéquipiers pour sa façon bien à lui de jouer.


SHADOW OF THE COLOSSUS

Vous avez loupé ou jamais entendu parler de la 1e partie de l'adaptation d'une des récentes machines à Yens du Weekly Shonen Jump ? Pas de problèmes, résumons donc :

De retour des Amériques, Taïga Kagami débarque en Seconde au Lycée Privé Seirin et s'inscrit au club de basket-ball en même temps qu'un dénommé Tetsuya Kuroko.
Si Taïga se démarque rapidement par sa carrure, ses performances de haut niveau et un certain penchant pour du jeu autant offensif que perso, le chétif Tetsuya se révèle incapable de marquer le moindre point et est surtout très discret : des spécificités qui ne choqueraient quiconque s'il n'était pas le fameux Joueur Fantôme de Teiko !!
Ne l'appréciant que moyennement à ses débuts, Taiga découvre que LE talent de Kuroko (son Ombre, dirons-nous) mis au service d'un As du ballon, fera la différence - il attire tellement pas l'attention que cela lui permet d'influencer les parties, notamment au niveau des passes.
C'est tout naturellement que les 2 larrons installeront une relation complice et conjugueront leurs aptitudes afin de resplendir lors du tournoi Interlycées.

Cela s'achèvera sur leurs confrontations face aux établissements de Meijo et son équipe de loubards, Shinkyu et son immense sénégalais "Papa" Mbaye Siki, Seiho et sa défense d'enfer ... Mais également 2 stars de la GM : Ryota Kisé le blond Roi du Copier/Coller (Lycée Kaijo) et Shintaro Midorima le verdâtre le Roi du 3 Points (Lycée Shutoku).    


BASKETBALL NIGHTMARE


Poursuivant son avancée dans le classement du tournoi, Seirin (pour ne pas seulement dire Tetsuya et Taïga) va rencontrer le lycée Tôô dans un match où il sera vraiment, mais alors vraiment mal barré !! Véritable plaie aussi bien pour ses concurrents que ses partenaires, leur rival Daiki Aominé aurait grand besoin qu'on le remette à sa place ... Seriez-vous surpris d'apprendre qu'il fait parti du club des 5 ?

La première partie de cette fin de saison se focalisera sur les vagues à l'âme du duo Kuroko / Kagami dont les limites de leur basket en commun et les cassantes remarques d'Aominé vont laisser leurs vilaines traces ... Il va falloir s'entraîner dur façon Balboa pour rester dans la compétition Wintercup et toute l'équipe va devoir s'y mettre !!
Vous aurez la joie de (re)trouver le capitaine Junpei Hyuga, l’œil d'Aigle Shun Izuki, un Rinnosuke Mitobe toujours aussi taiseux, Shinji Koganei et ses faux airs de Luffy ... ou, bien évidemment, le coach Riko Aida qui devrait arrêter de mettre des compléments alimentaires n'importe où.  
Sorti de sa convalescence, le fondateur même de Seirin, Teppei Kyoshi, viendra apporter son petit quelque chose technique (il se défend bigrement) et humain (c'est une pépère nature).

Par contre, la deuxième partie laissera place à l'opposition de 2 gros morceaux : (l'équipe de) Kisé face à (celle d')Aominé ! Sans trop en dire, gardez bien à l'esprit ce que marmonne fréquemment Aominé "Le seul qui puisse me battre, c'est moi-même". Qui plus est, bien que quelques moments soient réservés aux autres compétiteurs, un exemple (supplémentaire) des conséquences de mettre tous les œufs dans un même ... panier.


La série s'articule sur un tas de réflexions sur la discipline déclamées à grands coups de grosses répliques assassines sur les terrains, dans les gymnases, les parcs, en plein repas, ... mises en scène avec une affection pour les effets d'ambiance classiques accentuant les moments de spleen existentiel ou quelques plans sophistiqués lorsque ça débat sur telle méthode à adopter, l'évolution de untel ou comment remporter la manche au vu des prévisions.
Ceci étant, l'humour viendra rafraîchir toute la gravité à laquelle devra faire face la jeunesse avec son lot de passages incongrus, de la petite bouille boudeuse, du nerf rouge quand ça s'énerve et des mouvements de corps comme le drapeau flottant au vent.

Les séquences d'EPS ... Contrariant un peu les enseignements d'un Slam Dunk sur les rebonds ou malmenant celle d'un Shaolin Basket sur la notion d'esprit de groupe, les joueurs "mineurs" creusent au mieux l'écart (ou maintiennent le score), au pire assistent, impuissants, aux nombreux règlements de comptes du(des) meilleur(s) élément(s) ou l'arch-rival de chaque équipe. Et quand ces derniers entrent en piste, l'exagération de la dramatique, la dynamique et du vraisemblable typique du genre tourne à plein régime (en un battement de cil, on a tout le temps de jauger, juger, étudier, comprendre et/ou entretenir une conversation avec l'adversaire). Entre cela, les voir brûler leur cosmo-énergie, courir comme des dératés, sortir sans crier gare leurs coups spéciaux ou encore faire une interception alors qu'à la seconde précédente c'est à l'autre bout du terrain - yeux écarquillés et bouche bée - à se dire "mais comment ont-ils fait ?!", on se demande bien ce qu'il faut de plus aux recruteurs de la NBA pour tous les embaucher ...

... Un peu plus de réalisme, sans doute ? Il vous sera épargné les matches sur 30 épisodes, les kilomètres de stade d'Olive & Tom, les techniques qui feront des cratère sur le parquet ... pour mettre en avant de la rigueur sur des termes idiomatiques et un ensemble de méthodes professionnelles commentées / expliquées par les spectateurs / pratiquants assistant au show dans les gradins ou même les joueurs dans le feu de l'action. Attendez-vous à un peu plus de fantaisies sur quelques ruses employées (faut aimer leurs délires Kem's / Contre Kem's stratégiques) avant tout destinées à offrir du suspens et accrocher l'auditoire.
Prises de vue cinématographiques, séquences ralenties, effets de vitesse, arrêt sur image, ... Il est suffisamment d'efforts pour que le spectacle soit total et retranscrive TRÈS EFFICACEMENT le seul mot d'ordre : intensité.

Ils ont bien réussi leur coup ... mais le talent des Productions IG en est grandement la cause : la précision des poses et des animations font honneur à la réputation du studio, le design est plaisant (on retrouve les traits crayonnés d'ombrages du mangaka Tadatoshi Fujimaki), le résultat ne fait pas trop torché dans les moins bons dessins, ... A noter également une modélisation des paniers en cellshading, parfois même les balles sont dans cette 3D.

Coups de théâtre et rebondissements parfois faciles rendent la série assez addictive ... mais l'OST est aussi discrète et plus ordinaire que Tetsuya-kun.

A ce sujet, les persos ... Leur caractère global se réduit à quelques adjectifs basiques (le silencieux, le comique, le sérieux, le jamais-calme, le morose, le machin-chose) où seuls les plus forts ou plus importants seront un peu plus "creusés". ... mais qu'est ce qu'on appelle Charisme de nos jours ? Si pour vous c'est de grands gugusses qui friment, savent tout mieux que tout le monde, prennent la pose, que leurs descriptions un peu typées en font au final des gros torturés sous leurs fiers airs concernés et qu'en plus ils sont trop beaux, vous pourrez qualifier la communauté de cette affaire dans ce sens (là aussi, plus particulièrement héros ou Miracles Boys).

Que dire ces anciens ? Toujours aussi poli, Kuroko peut en perturber plus d'un(e) avec son regard de poupée figé. Malgré des performances en chute et une invisibilité moins marquée, il affirme un début d'ambition.
Kagami
reste combattif et est rendu plus sympathique par son comportement
(ouvertement plus respectueux de ses Senpaï), ses soucis (il digère mal son combat singulier avec Aominé, notamment à cause de sa blessure) ou sa dimension comique (ses habilités à cuisiner et sa flippe des canidés). Par contre pas d'infos aujourd'hui sur l'anneau dont il ne semble jamais se séparer ...
Il y aura davantage de flashbacks sur les membres de la Génération M. dans leur pré-adolescence qui vous confirmeront des informations sur leur passé (Shintaro Midorima à fond dans l'astrologie du Groupe Sanguin et l'horoscope, Ryota Kisé l'idole des filles, belle entende générale initiale) et ce qu'il faudra potentiellement craindre des affreux jojos mis en avant, en l'occurrence Aominé.

Des traits fins, un air sévère, une grosse voix (en VO) débitant du propos hautain, des faux-airs de K9999 dans K.O.F. (ou Tetsuo dans Akira), l'individu est exclusif, prioritaire, une conduite de diva je-m’en-foutiste et passe au dessus des lois/ordres du sacrosaint (jeu) collectif : l'attitude typique du tellement blasé de gagner qu'il se permet des écarts globalement tolérés par sa Team car consciente de son statut de maillon fort - ses performances réellement prodigieuses impressionnent un Taïga qui en a pourtant vu d'autres aux States !!

Se dessinera à l'horizon des mecs qui, les bras croisés et dans l'ombre, attendent impatiemment leur tour ...  

Sans généraliser, ce style d'histoires ne laisse pas aux filles beaucoup plus que faire des confitures et prier pour le salut des guerriers. Ici, le créneau du rôle de la passionnée encourageant, supportant, soutenant et fort d'un excellent recul analytique jusqu'alors réservé à Riko va devoir composer avec la rose Momoi Satsuki. Ne vous arrêtez pas à sa présentation résumée par une vue imprenable sur de la culotte (de bain) et de étouffement mammaire, elle est la dangereuse base de données de Tôô et (présumée ex) petite-amie de Tetsu' qui lui demande de stopper Aominé pour son bien-être. C'est parfois compliqué d'être une demoiselle dans ces histoires d'ados ...  

Vu comme ça et dans l'absolu, la base de Kuroko no Basket répond aux clichés classiques de l'anime sportif (brave déterminé affronte ennemis toujours plus forts et toujours plus archétypaux, un Génie craint de tous aux probables circonstances atténuantes, ...) ... mais le titre concerne quelqu'un qui, lorsqu'il n'est pas exprès mis de coté, entretient avec Taïga un rapport qui a tout du petit couple.
Alors cela reste "amical" mais quand un Kuroko déclarait vouloir "devenir l'Ombre de la Lumière de Taïga", que cette union faisait quelques envieux dans la GM, que ces derniers (Kisé, Midorima) lui proposaient déjà de venir sous leur aile avec un côté et des méthodes très ex-petit copain qui tente son come-back, ...  ça pouvait laisser perplexe.
Mais ajoutez dans des 3 DVDs des propos et dribbles du terrible Aominé leur faisant traverser une crise qui fera bobo à leurs 2 petits cœurs, un graphisme passé par le garage shojo (défilé d'éphèbes maniérés aux teintes de cheveux exagérées et élancés comme des gravures de mode), du nouveau venu qui va amorcer des vieilles phases de jalousies, des révélations inter-masculines générant parfois des dialogues à double sens qu'on vous laissera découvrir par vous même ... et vous percevrez une relecture qui ravira l'imaginaire débridé des fans de fanfics ou autres yaoi (si vous zieutez dans la section Images de votre moteur de recherches du Kuroko's Basket, il y aura des illustrations pas toujours très athlétiques).


CONCLUSION :

Les recettes éprouvées du shonen ont cette faculté d'intéresser sa cible sur des sujets, époques, genres ou questionnements variés.
La règle est ici identique et n'étant pas franchement parti pour changer, ça peut (commencer à) lasser ... Mais étant sur les rails du rassurant technique (un bon travail d'ensemble) ou narratif (vibrez de suivre la progression de quelqu'un dont les atouts se heurtent face à un Mur), essayant d'être aussi dans le coup que possible (complètement compatible avec le fonctionnement même de l'adulescent bouillonnant et l'adulescente qui veut se rincer l’œil sous toute cette sueur) et ne laissant jamais son sujet en carafe , il n'y aura pas de reproches à formuler (sur le coup). A part les personnages trop délimités ...

C'est mieux fichu que Buzzer Beater mais il y a du boulot à abattre avant de penser détrôner l'irremplaçable Slam Dunk. Sans espérer un futur classique qui marquera son temps, les fanas de la sphère orange qui n'ont rien contre les animes ne doivent pas passer à côté.


- LISTE DES ÉPISODES :

Découvrez avec liesse le titres des différentes aventures sur de beaux DVDs avec leur illustration de ballons de basket aux couleurs de cheveux de Taïga (rouge foncé) et Kuroko (bleu clair) :

* 1e DVD :
14e Quart-Temps : Comme 2 gouttes d'eau (Sokkuri dane)
15e Quart-Temps : Laisse-moi rire (Warawasennayo)
16e Quart-Temps : Quand faut y aller ... (Yaro ka)
17e Quart-Temps : Un ramassis de tarés (Fuzaketa yatsu Bakkari da)
18e Quart-Temps : Abandonner, ça, jamais ! (Yada !)

* 2e DVD :
19e Quart-Temps : Vers de nouveaux défis (Atarashii Chosen he)
20e Quart-Temps : On ne dit pas "Je veux" (Naritai Janee yo)
21e Quart-Temps : C'est parti ! (Hajimeruwayo)
22e Quart-Temps : Meme si ça me prend toute une vie (Shindemo Katsussu kedo)

* 3e DVD :
22.5e Quart-Temps : Tip off
23e Quart-Temps : Immature ! (Otona janee yo)
24e Quart-Temps : Arrêtez de vous faire des films ! (Kanchigai Shitenjanee yo)
25e Quart-Temps : Mon basket et le tien (Ore to Omae no Basket)

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.77:1
   
   

La qualité d'image de ce 16/9e est de très bonne facture pour cette récente série.
Les scènes claires sont lumineuses et convenablement colorées, les passages plus obscurs ou chargés d'effets d'ambiance sont réussis, les traits des dessins toujours nets, le contraste est très bien ...

La compression et l'encodage laissent parfois apparaître quelques menus défauts de postérisation mais l'ensemble reste toujours propre et agréable à regarder.

Le Son
 
2 pistes sonores mixées en Dolby Digital 2.0 Japonais ou Français.

Dans l'ensemble, le confort d'écoute est assuré avec une restitution claire des voix, bruitages attendus très bien intégrés (bruit lourd de ballons qui rebondissent, crissement de baskets sur le parquet, arceau malmené, ambiance correcte, ...) et une gestion des enceintes gauche/droite très chouette. Il peut y avoir de la déception pour les musiques qui sont souvent en retrait ou un caisson inactif qui aurait ajouté du percutant mais cela reste dynamique et ample pour chercher les ennuis pour rien.

Quand au choix de la piste, V.O. forever avec des timbres d'ados qui ont mués depuis longtemps et une meilleure implication dans l'histoire ... le tout avec des sous-titrages bien timés et, à 2/3 choses près, assez fidèles.
Le doublage français n'en est pas mauvais pour autant : après un petit tour de chauffe et avoir fermé les yeux sur quelques ... "adaptations", l'équipe fait quand même de gros efforts pour respecter le ton et faire passer de beaux moments. A tester !!

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 4 min
  Boitier Amaray
   
   
On insère l'un des DVDs et, suite aux infos d'usage et le Logo Kaze, une vidéo promotionnelle présentera la manga de Kuroko no Basket de manière animé (vous pourrez constater la différence de style graphique avec la série) et enchaîner avec la bande annonce en VOSTF de Giovanni no Shima (l'Ile de Giovanni).

Le menu propose alors :

- Tout lire
- Version Originale Sous-Titrée ou Version Française
- Épisodes
(Chapitres)

Le DVD # 05 proposera en supplément l'opening Karaoké Rimfire
Le DVD # 06 proposera en supplément l'ending Karaoké Catalrythm


NB : les épisodes s'amorcent par une narration expliquant l'origine de la Génération Miracles mais à partir du 20e épisode (et à l'exception du 22.5e episode "Tip Off"), l'opening démarre directement.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   Opening/Ending Karaoké