dans le même genre
  GALVESTON
  BORSALINO
  LUCKY MAN SAISON 1
  LE MONDE EST À TOI
  MIAMI VICE / 2 FLICS À MIAM...
  BLACKKKLANSMAN
  BULL : SAISON 1
  OCEAN'S 8
  MEURTRES À SANDHAMN SAISON ...
  MEURTRES À SANDHAMN

du même éditeur
  HARLOTS
  LUCKY MAN SAISON 1
  NOS ANIMAUX DOUX DEHORS, SA...
  ANNA KARENINA
  MAX GÉNIE MALGRÉ LUI
  KINCSEM
  LA JEUNE FILLE ET LA BRUME
  STREIF : UNE DESCENTE AUX E...
  SOLDAT BLANC
  PETER'S FRIENDS


Dernières Actus
  REDÉCOUVREZ PHANTOM MANOR D...
  KLIPSCH LANCE UN CONCOURS D...
  POWERDVD 19 : COMPATIBLE 8K...
  KING KONG 2019 : DISPONIBLE...
  HAWAII 5-0 : SAISON 8 EN CO...
  DISNEY DÉVOILE :"LE ROI LIO...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX LA ...
  NETFLIX DÉVOILE SA NOUVELLE...

The missing : Saison 1

Genre Policier
Pays GB (2016)
Date de sortie vendredi 7 avril 2017
Durée 416 Min
Réalisateur Jack Williams
Avec Tcheky Karyo, James Nesbitt, Jason Flemyng
Producteurs Chris Clough
Scénaristes Harry et Jack Williams
Compositeur Divers
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Koba Films Vidéo
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  416 min
  Nb Dvd  1
   
   
Lorsque son fils est kidnappé durant des vacances en France, Tony se lance à corps perdu dans les recherches. Celles-ci malmènent peu à peu son mariage et détruisent sa vie...

Annoncé comme le nouveau choc de la télévision anglaise « The Missing» est une série à la tonalité redoutablement efficace, qui sait utiliser les clffhangers pour mieux nous entrainer dans une enquête à tiroir hors norme. Et dès les premières minutes, le mot « choc » prend tout son sens. Car le ton est très rapidement donné, avec des couleurs froides, et une tonalité de texte très sombre. A l’image du père du petit garçon disparu, qui semble ne jamais vouloir oublier, ni passer à autre chose que celle de retrouver ce fils, dont il sent qu’il est encore en vie. Les personnages apparaissent légèrement, mais de façon un peu rugueuse, on comprend tout de suite que l’intrigue sera beaucoup plus alambiquée qu’elle n’y parait. Le dessin des futurs protagonistes se fait comme une galerie de portraits, bruts, sans volume mais suffisamment efficace pour susciter l’intérêt et l’interrogation du spectateur.

Et la mise en scène appuie, tout au long des 9 que chaque personne est un élément clé, à charge ou non, de cette affaire qui va nous entrainer dans une affaire supposée de pédophilie, mais également sur le terrain d’organisation fascistes. Tout au long de l’enquête, on peine parfois à définir les frontières entre le moment où le petit garçon est enlevé et les mêmes lieux, huit ans plus tard , les deux évoluant dans un monde où les règles semblent autonomes. Certains viennent trouver une nouvelle vie, peut-être même se cacher et apparaissent au grand jour, d’autres plus en lumière masquent une part d’ombre. Qu’ils soient habitants éprouvés par la disparition du garçonnet ou policier à la recherche d’un coupable, tout ce petit monde gravite autour d’une intrigue minutieusement ciselé, qui tient, sans jamais défaillir, le spectateur en haleine et l’entraine là où il en a envie pour arriver sur le résultat d’une enquête prenante de bout en bout.

Le scénario ne s’arrête d’ailleurs pas à une simple enquête criminelle, il plonge littéralement dans une peinture sociétale très pointue, où chacun des personnages se dessine doucement, pour mieux imprégner le spectateur d’une ambiance âpre entre douleur, dérive, et innocence. Chaque élément de l’intrigue cache toujours une forme de mélancolie par des blessures anciennes ou soudaines qui viennent provoquer une cassure dans une communauté éprouvée par une affaire incompréhensible. Par des plans rigoureux et inventifs, les réalisateurs soutiennent une volonté de ne pas faire du sensationnel mais plutôt de profiter d’un décor onirique pour créer une ambiance au gigantisme oppressant.

Et la distribution participe allègrement à donner corps aux personnages avec une certaine inspiration. Tcheky Karyo (L’ours) se matérialise en flic déterminé et obsédé aux fractures masquées qui se retrouve impliqué à nouveau dans une affaire qu’il n’est pas parvenu à résoudre. James Nesbitt (Le Hobbit : La désolation de Smaug) interprete magnifiquement ce père de famille qui court envers et contre tous pour retrouver son fils. Sans oublier la composition toute en émotion et en dureté de Frances O’Connor (Conjuring 2 : Le Cas Enfield).

En conclusion, « The Missing » est une série remarquablement construite qui mêle avec beaucoup de précision deux époques pour mieux imprégner le spectateur d’une intrigue complexe, et cisèle avec une certaine réussite des personnages tout en nuance et en ambiguïté. Enfin une véritable grande série. 


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Une image soignée qui offre un certain volume à l'ensemble. L'atmosphère jouant sur des couleurs et les différentes nuances de tons, l'édition se devait d'être impeccable, et c'est le cas. Le transfert en dvd lui permet de mettre tout le travail de l‘équipe en valeur. Le grain n’est pas trop pesant et les contrastes parviennent à donner une réelle profondeur à l’ensemble.

Le Son
 
Une piste Dolby Digitale 2.0 qui ne fait pas dans la surbrillance, mais sait se montrer efficace dans les effets sonores. Nous sommes particulièrement bien enveloppé par une distribution minutieuse du son dans l’ensemble des canaux. Rien de superflus, l’ensemble est d’une très bonne qualité pour le plaisir du spectateur. On aurait quand même préféré une piste Dolby Digitale 5.1.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   
Une explication de texte pour chaque épisode !

Ainsi qu'un making of qui revient notamment sur la notion du temps qui donne toute sa particularité à la série. 

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage