dans le même genre
  NETWORK
  SENSES
  ARCTIC
  UN SAC DE BILLES
  LA MULE
  THE HATE U GIVE (LA HAINE Q...
  CREED II
  L'EQUIPAGE
  PATRICK MELROSE
  UNE AFFAIRE DE FAMILLE

du même éditeur
  THE STRANGE ONES
  L'AMOUR DES HOMMES
  JEAN MOULIN, ÉVANGILE
  CENTAURE
  VANGELO
  BONHEUR ACADÉMIE
  YOU'LL NEVER BE ALONE
  NE ME LIBÉREZ PAS, JE M'EN ...


Dernières Actus
  DISNEY DÉVOILE SA BANDE ANN...
  JORGE JIMENEZ PRÉSENT PENDA...
  LE COMIC CON PARIS DÉVOILE ...
  SPIDER-MAN POURRAIT QUITTER...
  A STAR IS BORN ENCORE
  LE RÉALISATEUR JEAN PIERRE ...
  DISNEY ANNONCE DES RECETTES...
  LUC BESSON DANS LA TOURMENT...

Mario

Titre Original Mario
Genre Drame
Pays Suis (2018)
Date de sortie mardi 3 juillet 2018
Durée 119 Min
Réalisateur Marcel Gisler
Avec Max Hubacher, Aaron Altaras
Producteurs Rudolf Santschi
Scénaristes Marcel Gisler et Thomas Hess
Compositeur Michael Duss, Christian Schlumpf et Martin Skalsky
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Allemand
Oui
Oui
Non
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Epicentre films
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  119 min
  Nb Dvd  1
   
   
Pour la première fois de sa vie Mario, un jeune footballeur, tombe amoureux de Léon, nouvel attaquant venu d’Allemagne. Mais dans l’équipe, des rumeurs commencent à circuler sur leur relation et Mario voit sa carrière compromise pour intégrer un club de première division.

Il y a deux mondes qui semblent définitivement incompatible : Le monde du football et la communauté Gay. « Mario », au-delà d’être une énième romance homosexuelle, va, prendre le spectateur à contre-pied pour s’intéresser à l’homophobie de rigueur dans le monde du football. Un sujet tabou qui ne trouve pas forcément de réponse ni dans le cinéma, et encore moins au sein de la FIFA.

Avec un scénario d’une sobriété remarquable, le réalisateur nous plonge dans une romance, sans aucune vulgarité, entre deux jeunes footballeurs à l’avenir prometteur, qui vont devoir faire le choix entre : Assumer leur orientation sexuelle aux yeux de tous et renoncer à une carrière footballistique ou taire leur amour pour pouvoir enfin signer un contrat en ligue 1 et s’assurer un avenir radieux. Evitant les clichés, le scénario s’oriente très rapidement sur l’épineux problème de ce tabou qui ne semble pas être brisé d’ici peu. C’est d’ailleurs tout le symbole d’une réunion entre dirigeant et les deux jeunes où tout est dit. Leur relation n’est pas gênante tant qu’elle est tue. Le cynisme va jusqu’à penser à payer des femmes pour être les épouses officielles.

Avec une mise en scène sobre qui privilégie les environnements minimalistes, les terrains de foot avec des plans serrés sur les personnages, Marcel Gisler ne cherche pas à filmer le football, il veut filmer les silences, la douleur de ne pouvoir dire au monde qui l’on est parce que cela peut mettre en péril sa propre carrière. Très loin de faire dans le voyeurisme gratuit avec des corps qui s’enlacent, le réalisateur privilégie les dialogues et les non-dits pour mieux mettre en lumière ce qui ne se voit pas. Ces jeunes aiment le football, mais risquent de ne pouvoir en profiter parce qu’ils ne correspondent pas aux critères d’usages.

Côté distribution le duo Max Hubacher (The Captain) et Aaron Altaras (The Invisibles) fonctionne à merveille. Jamais dans la caricature, il a le mérite de faire dans la nuance et de garder ses distances face à des rôles qui pourrait vite se perdre dans le hors sujet. Les deux acteurs, au charme naturel, très loin de la plastique fantasmagorique viennent apporter une présence qui leur permettent de viser juste et d’ainsi réellement centrer le débat sur l’homophobie dans le football et la manière dont les dirigeants gèrent le problème, quitte à briser des individus pour peu que les investissements soient rentables.

En conclusion, « Mario », mais n’est pas un film sur une romance homosexuelle à proprement parlé, mais plutôt sur la manière dont le monde du foot gère ses joueurs homosexuels, mais surtout l’homophobie grossière au sein de ce sport populaire qui, finalement n’arrive pas à se défaire de son image machiste et honteusement rétrograde.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. Le film jouant sur les différentes ambiances : Colorées en extérieures, et plus sombres lors intérieurs et notamment dans l’appartement des deux amants, il fallait un support qui ne soit pas trop en défaillance ou en saturation. Le travail de transfert et de très bonne qualité et le film se regarde avec beaucoup de plaisir.

Le Son
 
Une piste Dolby Digitale 5.1 en VO uniquement, totalement en accord avec le film et avec ses besoins. La répartition est minutieuse, et les voix ne sont pas trop en retrait.  La dynamique de l’ensemble est à la hauteur de ce que nous pouvions attendre d’un film qui ne fourmille pas d’effets sonores renversants. Un véritable plaisir pour les oreilles. 

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 30 min
  Boitier Amaray
   
   
Un entretien de 30 minutes avec le réalisateur qui revient sur les dessous de ce film, et notamment les raisons qui l’ont poussé à écrire cette histoire et les soutiens qu’il a reçu de différents clubs de foot.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage