dans le même genre
  FUTURE WORLD
  VENOM
  KIN : LE COMMENCEMENT
  NEW YORK 1997 (REMASTER 201...
  THE HANDMAID'S TALE - LA SE...
  DARKEST MINDS : REBELLION
  WESTWORLD SAISON 2
  2001 : L'ODYSSÉE DE L'ESPAC...
  THE EXPANSE : SAISON 2
  ROLLERBALL

du même éditeur
  BORSALINO
  FUTURE WORLD
  LA FOLLE JOURNÉE DE FERRIS ...
  BLACKKKLANSMAN
  SKYSCRAPER
  THE EXPANSE : SAISON 2
  AMERICAN NIGHTMARE 4 : LES ...
  MAMA MIA! HERE WE GO AGAIN
  CHICAGO MED : SAISON 2
  BROOKLIN NINE-NINE : SAISON...


Dernières Actus
  POWERDVD 19 : COMPATIBLE 8K...
  KING KONG 2019 : DISPONIBLE...
  HAWAII 5-0 : SAISON 8 EN CO...
  DISNEY DÉVOILE :"LE ROI LIO...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX LA ...
  NETFLIX DÉVOILE SA NOUVELLE...
  NETFLIX ANNONCE LA SAISON 3...
  LE PALMARÈS DU FESTIVAL SÉR...

Jurassic World : Fallen Kingdom

Genre Science Fiction
Pays USA (2018)
Date de sortie mardi 9 octobre 2018
Durée 128 Min
Réalisateur Juan Antonio Bayona
Avec Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, Rafe Spall, Justice Smith, James Cromwell, Toby Jones
Producteurs Frank Marshall, Patrick Crowley et Belen Atienza
Scénaristes Colin Trevorrow et Derek Connolly
Compositeur Michael Giacchino
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Universal
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  128 min
  Nb Dvd  1
   
   
Cela fait maintenant trois ans que les dinosaures se sont échappés de leurs enclos et ont détruit le parc à thème et complexe de luxe Jurassic World. Isla Nublar a été abandonnée par les humains alors que les dinosaures survivants sont livrés à eux-mêmes dans la jungle. Lorsque le volcan inactif de l'île commence à rugir, Owen et Claire s’organisent pour sauver les dinosaures restants de l’extinction.  Owen se fait un devoir de retrouver Blue, son principal raptor qui a disparu dans la nature, alors que Claire, qui a maintenant un véritable respect pour ces créatures, s’en fait une mission. Arrivant sur l'île instable alors que la lave commence à pleuvoir, leur expédition découvre une conspiration qui pourrait ramener toute notre planète à un ordre périlleux jamais vu depuis la préhistoire.

Enorme succès de l’été 2015, « Jurassik World » est aussi un film qui a eu l’intelligence de se poser les bonnes questions et de ne pas sombrer dans la facilité comme le fit son précédent opus d’il y a déjà presque 10 ans. Non le Reboot, réalisé par Colin Trevorrow et son équipe de scénaristes, se posait la question essentielle : « Imaginons un parc d’attractions présentant de véritables dinosaures, quelle serait son ambition première ? », se renouveler, et pour cela, l’équipe de généticien fou à l’origine du projet s’amuse à créer une nouvelle espèce, mais comme dans les précédents opus, comment l’homme peut-il contrôler ce que le nature a volontairement éteint pour laisser la place à l’homme.

Et toute l’intelligence du film résidait d’ailleurs dans cette volonté assumée de rendre plus actuel, de coller à l’évolution de la société sans pour autant en oublier le principal : Le public venait voir ce qui avait fait le succès de Jurassik Park : Les dinosaures et l’impossibilité de contrôler les plus méchants d’entre eux afin de rendre l’ensemble gentiment effrayant. Et le réalisateur signait alors un film efficace aux rebondissements multiples qui n’hésitaient pas à faire des clins d’œil aux premiers opus sans pour autant sombrer dans la copie pâlichonne. Les ingrédients de bases y étaient : Le parc, les enfants invités qui vont être malmenés tout au long du film, et surtout : les vélociraptors, le T-Rex et un nouveau venu encore plus effrayant que tous les autres réunis. Le rythme y était effréné et le spectateur était rivé sur son siège avec quelques instants de pauses pour reprendre son souffle pour mieux repartir dans une débauche de hurlement de dinosaures et d’humains apeurés.

Alors forcément, malgré ses défauts et ses imperfections, le film fut un succès et fut déterminant pour le lancement d’un nouvel opus. Ce dernier est donc réalisé par Juan Antonio Bayona (L’Orphelinat) sur un scénario de Trevorrow. Seulement voilà, que faire ensuite ? Que faire lorsque nous avons relancé une licence dont la recette ne cesse de fonctionner sur le même schéma que le premier opus ? Comment continuer d’intéresser le spectateur et de le surprendre à nouveau ? Et bien, à vrai dire, ce nouvel opus ne répond pas à la question ! Bien au contraire il enfonce le premier clou du cercueil dans lequel reposera la licence « Jurassic Park ». Pourquoi ? Tout simplement parce que « Fallen Kingdom » a atteint les limites du scénario. Ce qui était une bonne idée dans le précédent opus, ou tout du moins une surprise, devient très rapidement la plus mauvaise idée de cet épisode : Créer un nouveau dinosaure mutant. Cela a été fait dans le précédent, pourquoi remettre le couvert ? Reprendre les mêmes recettes que les premiers opus ! Ça aussi ça a été fait et franchement là, nous n’en pouvons plus ! Nous n’en pouvons plus car, non seulement il n’y a plus de surprise, mais en plus cette sombre idée de rendre l’un des Vélociraptor gentil est certainement la pire que l’équipe pouvait avoir. Du coup le public s’ennuie et le fait savoir en boudant les salles de cinéma. « Jurassic Park : Fallen Kingdom » n’arrive jamais à passionner. Et même si Chris Pratt et Bryce Dallas Howard donnent de leurs personnes, cela ne suffit pas à sauver le film.

Pour conclure, on pourra saluer la prestation de Chris Pratt (Les Gardiens de la Galaxie) qui assure le job et donne une sorte d’ironie machiste à son personnage de dresseur de raptors qui vient apporter une certaine fraîcheur à l’ensemble, son duo avec l’actrice Bryce Dallas Howard (La Couleur des sentiments) est à la fois intense et cohérent pour s’intégrer parfaitement à l’histoire. Mais voilà « Jurassic Park : Fallen Kingdom » ne parvient pas à réitérer l’exploit du précédent et plonge la licence au fond de ses limites.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.40:1
   
   
« Jurassic World : Fallen Kingdom » bénéficiet d’un transfert de grande qualité dans lequel les couleurs sont parfaitement dosées, et permettent d’appuyer une ambiance qui met en lumière la qualité de travail des graphistes qui ont travaillé sur le projet. Les contrastes sont suffisamment présents pour pouvoir donner plus de profondeur à l’image, et le grain est bien évidemment est inexistant ce qui permet de profiter agréablement du film.

Le Son
 
La piste Dolby Digital 5.1 se révèle d’en grande efficacité dans la mise en place des ambiances. La bande-son envahie les différents canaux, avec beaucoup de précision et de dynamique. Et comme le film a été conçu pour en mettre plein les yeux et plein les oreilles, il était nécessaire que la piste sonore soit à la hauteur. Le résultat est saisissant même si on peut noter parfois un certain déséquilibre dans les dialogues notamment lorsque les dinosaures sont dans le coin.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 30 min
  Boitier Amaray
   
   
Un making of séquencé en plusieurs featurettes permettent de mieux comprendre les dessous du tournage. C’est assez classique et toujours disert en superlatifs.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage