du même réalisateur
  SHADOW DANCER
  LE JOUR DE MON RETOUR

dans le même genre
  LES TONTONS FLINGUEURS (ULT...
  THE NICE GUYS
  L'ASSASSINAT DU PÈRE NOËL
  22 JUMP STREET
  TAXI : BROOKLYN SAISON 1
  LA PLANQUE
  TIMIDE ET SANS COMPLEXE, L'...
  TOP COPS (BLU-RAY)
  LES BLEUS SAISON 2 ET 3
  COFFRET FANTÔMAS (BLU-RAY)

du même éditeur
  SPIDER-MAN : NEW GENERATION
  CHAIR DE POULE 2 : LES FANT...
  I FEEL GOOD
  VENOM
  UN PEUPLE ET SON ROI
  SEARCHING - PORTÉE DISPARUE
  TRANSYLVANIE 3 : DES VACANC...
  EQUALIZER 2
  ALPHA
  LE MONDE EST À TOI


Dernières Actus
  JORGE JIMENEZ PRÉSENT PENDA...
  LE COMIC CON PARIS DÉVOILE ...
  SPIDER-MAN POURRAIT QUITTER...
  A STAR IS BORN ENCORE
  LE RÉALISATEUR JEAN PIERRE ...
  DISNEY ANNONCE DES RECETTES...
  LUC BESSON DANS LA TOURMENT...
  QUESTIONS DE CINÉMA PAR NIC...

Gentlemen Cambrioleurs

Genre Comédie policière
Pays GB (2019)
Date de sortie mercredi 31 juillet 2019
Durée 106 Min
Réalisateur James Marsh
Avec Michael Caine, Tom Courtenay, Jim Broadbent, Ray Winstone, Michael Gambon, Charlie Cox
Producteurs Tim Bevan, Eric Fellner, Michelle Wright, Simon Fraser et Jaafar Ali
Scénaristes Joe Penhall
Compositeur Benjamin Wallfisch
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   SPHE
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  106 min
  Nb Dvd  1
   
   
Célèbre voleur dans sa jeunesse, Brian Reader, veuf âgé de 77 ans, réunit une bande de criminels marginaux sexagénaires pour fomenter un cambriolage sans précédent à la salle des coffres de la société Hatton Garden Safe Deposit (HGSD). Se faisant passer pour des réparateurs, ils pénètrent le dépôt, neutralisent les alarmes et se mettent à percer un trou dans le mur de la chambre forte. Deux jours plus tard, ils parviennent à s’échapper avec un butin évalué à plus de 200 millions de livres en bijoux et espèces. L’enquête démarre, et au fur et à mesure des révélations sur les détails du crime, public et médias britanniques sont captivés, et l’investigation est suivie avec fièvre dans le monde entier.

C’est souvent le cas avec ces réalisateurs qui parviennent à marquer les esprits avec une œuvre marquante comme celle de raconter l’histoire de l’un des scientifiques les plus extraordinaire que la société internationale ait connu : Steven Hawkins, en poussant son interprète à donner le meilleur de lui, lui permettant ainsi de gagner un Oscar, c’est qu’ils finissent toujours par nous décevoir après. Notamment parce que le curseur est placé tellement haut qu’il est difficile, à mois de s’appeler Spielberg, Kubrick, Boyle ou Lynch. C’est le cas de James Marsh et de son « Gentlemen Cambrioleurs ».

D’abord parce que le film manque terriblement d’ambition, notamment parce que le réalisateur s’aventure sur le terrain privilégié de réalisateurs comme Guy Ritchie et Danny Boyle, dans lesquels, une bande de copains, vont se lancer dans une aventure qui ne pourra pas se faire sans conséquence. Ici, les copains, ont une moyenne d’âge de 70 ans et cherchent à sortir de leur marasme tout en s’affirmant à eux-mêmes qu’ils peuvent encore réussir le coup du siècle. Alors tout commence bien parce que le réalisateur plante le décor, avec une certaine tendresse pour les personnages, même si justement c’est cette tendresse qui va la faire aller dans la mauvaise direction. Car si effectivement ces vieux bonshommes, sont émouvant aux vues de leurs situations parfois très précaires et d’une vieillesse qui ne se compte plus en années mais en rides, le scénario de Joe Penhall (La Route) se laisse enfermer par les clichés du genre, en restant sur la corde mélo, et du coup ne parvient pas à totalement dessiner correctement les personnages, pour que le spectateur puisse réellement les identifier dans un ordre hiérarchique. Trop lisses et souvent trop caricaturaux, leur vieillesse devient le fil conducteur de la narration et rend ainsi l’aventure assez peu empathique pour l’audience.

Et ce n’est pas la mise en scène de James Marsh qui va arranger cela, puisque, du coup, ce dernier va également se laisser enfermer par cette tendresse qu’il a pour ses personnages et cette vieillesse qui vient prendre le dessus de la narration. Du coup, on se fiche pas mal de la trahison, on ne rit que très peu des péripéties qu’ils rencontrent, car les situations sont tellement déjà dites dans d’autres films avec beaucoup plus de finesses, qu’ici elle laisse complètement froide. Et ce « Ocean’s Eleven » manque du coup, complètement de subtilité et de précision, si bien que ce qui devait être le cœur de l’histoire : le casse, devient totalement secondaire et se laisse cannibaliser par l’âge des protagonistes, et certaines scènes finissent même à côté de la plaque, comme la dispute entre Brian (Michael Caine) et Terry (Jim Broadbent), qui même avec la qualité d’interprétation de ses acteurs ne parvient pas à convaincre du tout.

En conclusion, « Gentlemen Cambrioleurs » est un film qui rate sa cible par un excès d’empathie envers ses personnages. A trop vouloir appuyer sur l’âge et la condition de ses personnages, le réalisateur et son scénariste en ont oublié le principal : Ce casse et la trahison qui va suivre. L’enquête menée tambours battants par la police est éludée et le spectateur ne parvient jamais à) se sentir concerné par ce film de braquage qui finalement semble ne pas en être un.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   
Trop fade dans son écriture et dans sa narration mais pas dans sa photographie. Les couleurs sont magnifiques et les contrastes sont parfaitement dosés pour lui donner une profondeur tout en douceur et en puissance. L’ensemble est de bonne tenue, à l’instar des scènes d’extérieurs qui mettent en valeur le travail de décoration.

Le Son
 
Le film est disponible en Dolby Digital 5.1 en Vo comme en VF. Le film se dévore évidemment en VO pour mieux plonger dans le jeu des acteurs et de mieux se laisser imprégner par l’histoire même si elle nous laisse un peu circonspects. Toutefois il est bon de souligner une belle répartition qui ne laisse pas la musique trop envahir les dialogues.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 30 min
  Boitier Amaray
   
   
Côté Bonus, une interview de Michael Caine et des scènes coupées. C’est un peu juste !

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage