Cold Winter

Genre
Pays
U.S.A (2005)
Date de sortie
lundi 6 juin 2005
Durée
800 Min
Plateforme
PS2
Informations
Complémentaires
Exclusivement sur Playstation 2.
Langues
PCM
Label
SS.Titres Film
SS.Titres Bonus
SS.Titres Commentaire
Anglais
Oui
Non
Non
Français
Oui
Non
Non
Le Jeu
Critique de Pierre Dubarry
Editeur
Edition
Standard
Label
Zone
2
Durée Film
800 min
Nb Dvd
1

Difficile de se faire une place dans le monde très fermé des First Personn Shooter de qualité sur Playstation 2. C’est pourtant ce que Swordfish Studios en partenariat avec Vivendi Universal Games essaye de réaliser avec Cold Winter. Après des titres comme Project Snowblind, Killzone ou encore XIII qui font les beaux jours de la console, Cold Winter aura à coup sûr du mal à se frayer un chemin si ses ambitions ne sont pas à la hauteur. Verdict sans concession dans ces lignes…


L’agent Andrew Sterling à été capturé par le gouvernement chinois et abandonné par ses supérieurs pour éviter tout incident diplomatique. Laissé pour mort, l’espoir ne faisait pas parti de ses projets… Seulement c’était sans compter sur Kim, une vieille amie  qui lui permet de s’évader ; officiellement décédé Andrew accepte cependant une dernière mission pour un vieil ami afin de pouvoir couler des jours heureux lors de sa retraite et siroter des cocktails au soleil.


Un massacre tout en finesse


Evidemment  le scénario de Cold Winter n’invente rien, mais contrairement à d’autres jeux du genre, il ne lésine pas sur les effets de rebondissements de dernière minute, et la narration est vraiment faite pour plaire au joueur. Andrew lors de cette fameuse mission doit mettre  à néant tous les espoirs d’un groupuscule terroriste qui organise une foire aux armes mettant en ventes des armes de destructions massives. Sous un scénario classique mais efficace, se cache un jeu qui surprend agréablement! Les missions entraînent le joueur de la Chine, au Moyen-Orient (partie assez longue du scénario) en passant par des bases ultrasecrètes au fin fond de l’Alaska. Le concept en lui-même de Cold Winter le ferait passer pour un « FPS de plus », seulement son ingéniosité de chaque instant confère au titre un cachet agréable et diablement efficace. Le jeu reprend quelques fonctionnalités du célèbre Deus Ex de Warren Spector tout en y apportant une sacrée dose d’ingéniosité. Ainsi le personnage en plein gunfights peut renverser une table et s’en faire une sorte de barricade, il peut ramasser des munitions sur les gardes ou les fouiller, trouver des armes ou encore des objets extrêmements utiles comme des bouts de tissus, une bouteille vide, de l’essence qui une fois combinés offrent un joli cocktail Molotov ! Andrew peut mettre en adéquation tout et n’importe quoi pour terminer sa mission comme un passe-partout (pince, crochets), une bombe à retardement (dynamite, réveil) ou encore un détecteur de mines (fil de cuivre, radio) et tout ceci confectionné par ses propres soins. Oui Andrew Sterling fait sérieusement penser au célèbre « Mac Gyver » et la comparaison n’est aucunement déplacée.


Fallait pas l’énerver


Le personnage joué, est un ancien membre des unités spéciales du SAS (Special Air Service) autrement dit c’est un virtuose dans la manipulation des armes en tout genre. Son passé de SAS ressurgit d’ailleurs dans quelques cinématiques prenantes, expliquant certaines aventures traumatisantes qu’il a vécut lors de cette carrière périlleuse. Andrew manie très bien les armes et réagit parfaitement, mais le plus plaisant, est le niveau de précision de la visée qui est redoutable, et sans doute le plus efficace au niveau des FPS sur PS2. Ainsi la boucherie commence… Cold Winter pourrait d’ailleurs au niveau de la violence, supporter la comparaison avec la série « Soldier of Fortune »,  le jeu étant d’ailleurs interdit au moins de 18 ans, nous en comprenons aisément la raison. Une balle logée en pleine tête fera d’énorme dégât, et quand c’est un fusil  pompe celle-ci s’arrache littéralement jusqu'à retomber sur vos pieds… Les armes proposés vont du simple 9mm au M16 en passant par un lance-roquette utilisé contre les véhicules terrestres et aériens .Le jeu ne fait pas dans la finesse ceci est une évidence, les morceaux de chairs volent dans tout les sens, les traces de sang n’ont jamais aussi bien portés leurs noms, ainsi les âmes sensibles doivent s’abstenir sous peine de finir rapidement aux toilettes ! Défoulant et efficace voilà qui résumerait bien le plaisir ressentit tout au long de l’haletante aventure de Cold Winter. Concernant les niveaux du jeu, ceux-ci sont vraiment soignés, les ruelles du Moyen-Orient regorgent de passages secrets charmants, et outre les objectifs principaux, des objectifs bonus vous attendrons dans des endroits assez bien cachés comme des tiroirs de bureaux par exemple ! Dans certains tiroirs le joueur trouve des documents lui en apprenant plus sur le scénario, sur la situation politique du pays dans lequel il est, et ces documents pour la plupart sont assez difficiles à trouver car très bien cachés. La durée du vie du soft est d’environ 12 heures, ce qui est assez honorable pour un tel titre, et recommencer l’aventure une autre fois n’est pas ennuyant.


Une belle surprise


Cold Winter est une excellente surprise de cette année 2005 concernant le genre FPS et se classe sans difficulté aux côtés des majors de la discipline. Proposant une action non-stop, un scénario classique mais très réussis, une ingéniosité plaisante et un plaisir de chaque instant qui vous fera aller jusqu’au bout de l’aventure. Cold Winter est un jeu « à l’ancienne » comme on n’en voit pas assez souvent, et qui pourtant ont toujours autant de charmes et de qualités.
L'image
Couleurs
Définition
Compression
Format Vidéo
4/3 couleur
Format Cinéma
1.33:1
Cold Winter offre des graphismes assez réussis, une modélisation exemplaire seul un léger manque de finition se fait ressentir sur certains niveaux mais rien de bien grave. Le level-design est très inspiré, aucun niveau ne ressemble à un autre, et les cinématiques ponctuant le scénario sont vraiment agréables ce qui vaut la peine d'être souligné. Au niveau de l'ambiance violente prédominante tout au long du jeu, personnes fragiles abstenez-vous!

Le Son
Langue
Type
Format
Spatialisation
Dynamique
Surround
Français
5.1
Anglais
5.1
Du Dolby Prologic 2 pour le jeu, comme la plupart des jeux PS2, à la différence qu'ici tous les canaux sont très bien exploités surtout au niveau de la dynamique parfaitement retranscrite! Les doublages français sont d'excellente qualité, et du même niveau que la VO anglaise ce qui est plutôt rare pour un jeu vidéo! Concernant les doublages, l'interdiction au moins de 18 ans est là aussi compréhensible, des dialogues très crues, un esprit assez adulte, donc à ne pas mettre entre les mains des plus jeunes.

Les Bonus
Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
Durée
200 min
Boitier
Amaray
Quelques modes multijoueurs assez plaisants dans l'ensemble. Jouer entre copains reste une hypothèse envisageable surtout que le jeu s'y prête très bien. Drôle et nerveux, ce mode plaira à coup sûr!
Bonus
Livret
Bande annonce
Biographies
Making of
Documentaire
Interviews
Com. audio
Scènes sup
Fin alternative
Galerie de photos
Story board
Multi-angle
Liens internet
Interface Rom
Jeux intéractifs
Filmographies
Clips vidéo
Bêtisier
Bonus Cachés
Court Metrage