dans le même genre
  MONSTER TRUCK CHAMPIONSHIP
  NEED FOR SPEED HOT PURSUIT ...
  MAFIA : DEFINITIVE EDITION
  JUMANJI : LE JEU VIDÉO (NIN...
  BORDERLANDS 3
  LEGO JURASSIC WORLD (NINTEN...
  (LES COLONS DE) CATAN SUR N...
  F1 2019 EDITION LÉGENDES : ...
  METRO EXODUS
  DIRT RALLY 2.0

du même éditeur
  SCARFACE : THE WORLD IS YOU...
  FEAR (FIRST ENCOUNTER ASSAU...
  JOINT TASK FORCE
  EL MATADOR
  CRASH TAG TEAM RACING
  F.E.A.R.
  THE INCREDIBLE HULK: ULTIMA...
  AURORA WATCHING
  HELLFORCES
  COLD WINTER


Dernières Actus
  THE LAST TREE EN VOD
  LA LOI DE LA JUNGLE EN VOD
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : WINK ...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : SHERL...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : SANS ...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : BLANC...
  2021 : UNE ANNÉE POUR CÉLÉB...
  WONDER WOMAN 1984 EN ACHAT ...

F.E.A.R.

Genre Jeux Vidéo
Pays U.S.A (2007)
Date de sortie mardi 24 avril 2007
Durée 900 Min
Plateforme PS3
Site Internet site officiel du jeu
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Non
Non
Non

Le Jeu Critique de Frédéric Beaufrere
  Editeur   Vivendi Universal Interactive
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  900 min
  Nb Dvd  1
   
   

Faisant preuve d’un scénario original très bien mis en scène par Monolith Software, F.E.A.R. nous est proposé sur Playstation 3 par Vivendi Games dans une version haute définition qui accuse hélas un certain retard visuel rapport aux productions actuelles et subit des soubresauts constants qui entachent sa jouabilité d’une fluidité discutable. Un défaut que l’on tente péniblement d’oublier passé le premier quart d’heure de jeu en se focalisant sur l’intrigue générale de ce FPS sanguinolent qui pousse le joueur à aller de l’avant.

Un scénario à part

Nouvellement affecté à la section F.E.A.R. (First Encounter Assault Recon), unité d’élite fonçant sur le terrain dès qu’un phénomène d’origine inconnue a semé la pagaille, votre personnage est envoyé dans une base aérospatiale ne donnant plus de signe de vie. Les quelques troupes de combat envoyée sur place ont apparemment été anéanties et une dans les lieux, le spectacle est plutôt macabre : squelettes fumants jonchant le sol, corps mutilés et hémoglobine en guise de papier peint, le décor est sans dessus dessous. Votre unité est rapidement réduite à néant elle aussi et c’est donc seul que vous devez mener l’assaut contre les terroristes qui s’avèrent être un groupe paramilitaire bien étrange.

Une atmosphère pensante et angoissante, au sein d’installations sophistiquées plongées dans la pénombre, s’installe au fur et à mesure que votre progression vous fait découvrir des indices et des messages sur des répondeurs. Entre les cadavres ou les objets qui semblent parfois chuter sans raison apparente, vous devinez que votre investigation va prendre une tournure paranormale lorsque surviennent vos premiers flashes, d’autant que vous ignorez d’où vous viennent ces visions terrifiantes mettant en scène une fillette intrigante et menaçante, sur fond de décor enflammé. Sont-ce des réminiscences d’un passé d’outre tombe ou des prémonitions d’un avenir proche ?

Une IA de bon niveau

Dans cette ambiance à suspens, l’arsenal mis à votre disposition va croissant. La gestion de l’armement contraint le joueur à ne transporter que 3 armes simultanément, ce qui conduit à une analyse fine des points faibles de chaque type d’ennemis rencontrés afin d’adapter son arsenal, tout comme le type de grenades à privilégier. Armes traditionnelles ou expérimentales (pistolets, fusil à pompe, fusils d’assaut, etc) vous aident à progresser et lutter contre les hordes surentrainées d’ennemis à l’esprit pointu. Leur intelligence artificielle est suffisamment travaillée pour qu’ils soient imprévisibles ou anticipent vos déplacements tandis que vous tentez de les prendre à revers ou leur jetez une grenade.

L’interaction avec les décors est aussi appréciable avec explosion de bidons, de vitres, de cartons et autres objets qui volent en même temps que vous saupoudrez la salle de plomb dans un nuage de poussières, de flammes et de verre brisé. Un régal que l’on apprécie encore plus en mode bullet-time. L’action est donc au rendez-vous, sans négliger la trame de fond de l’histoire. Si le joueur se défoule sans complexe en distribuant coups et munitions dans des scènes mémorables et au sein de bâtiments à l’architecture fort bien pensée pour les rixes, il est également soumis à une pression psychologique constante qui entretien la terreur et dissuade de foncer comme un bourrin à l’assaut de tout ce qui bouge ou parfois surtout de ce qui ne bouge pas, tant à cause des manifestations paranormales soudaines qu’à cause des réactions et initiatives imprévisibles des commandos rencontrés.

Conclusion

F.E.A.R. sur PS3 est une conversion en demi teinte. La recette de son succès PC est de retour dans cette version pour console NextGen fort bien réussie tant au niveau sonore que scénaristique. Cependant, le jeu subit le poids du portage en permanence, la puissance de la PS3 ne suffisant pas mettre tout ceci en mouvement de façon fluide. On pourra aussi regretter les temps de chargement plutôt longs. C’est pourquoi le plaisir de jeu reste finalement inférieur à celui d’un « Resistance : Fall of Men » bien plus abouti techniquement sur la même console.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo HD 720p
  Format Cinéma 1.78:1
   
   

Les graphismes pagaient

La conversion PS3 de FEAR n'est graphiquement pas à la pointe de ce que l’on peut attendre d’une version haute définition sur une console de dernière génération. Les textures variées, qui accusent un certain âge, sont exploitées au maximum dans des décors parfois répétitifs, mais force est de constater que la modélisation en 3D de l’environnement est très bien réalisée. Le titre n’est pourtant pas exempt de petits bugs de collision vite oubliés tandis que les éclairages subtils et les effets visuels multiples (l’effet bullet time est superbe, les explosions grandioses et les effets de particules très crédibles) peaufinent le rendu global un poil musclé pour la console qui n’affiche pas un framerate aussi fluide qu’on l’aurait souhaité.

Les visions de terreur parfois captées par votre personnage sont plutôt convaincantes et de multiples scènes et animations ponctuent votre progression assassine parfois au prix de sursauts, pour mieux dérouler le scénario et dévoiler petit à petit les tenants et aboutissants de l’intrigue captivante. Au final, le rendu graphique général est agréable mais perfectible. Les couleurs toujours bien choisies ne sombrent jamais dans l’exagération et l’ambiance de pénombre n’est pas handicapante grâce à des éclairages bien dosés. Pour faciliter la vie d’utilisateurs de tous types d’écran, il est même possible de régler le gamma de l’image via le menu général.



Le Son
 

Bande son aux petits oignons

La localisation en français est intégrale (manuel, textes et voix). Le doublage sonore entièrement localisé en français est de très bonne facture et restitué en 5.1 ce qui aide à la localisation d’ennemis et sert parfois à diffuser dans les voies arrière un chuchotement paranormal qui fait bondir le joueur. Les différents personnages, les bulletins radio, les communications au talkie-walkie et les interpellations des ennemis sont doublés avec talent sans jamais sombrer dans le ridicule ou l’approximatif. Les effets sonores de l’arsenal disponible ont une présence fort bien restituée, jusqu’au doux son des douilles qui meurent sur le sol.

Lors de l’effet bullet time, les communications radio, les dialogues et tous les bruitages subissent le ralentissement du temps ce qui ajoute à la crédibilité de l’effet et ne manque pas d’ajouter un cachet amusant avec lequel on joue volontiers. Il faut aussi saluer la bande son qui contribue largement à l’ambiance générale oppressante. La partition épouse bien évidemment le scénario, alternant les paintes musicales lors des scènes à suspens et des musiques plus dynamiques lors des scènes d’action pure. Une composition qui accompagne les sentiments du joueur, sans jamais lasser.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 999 min
  Boitier Amaray
   
   
Côté jeu en ligne, F.E.A.R propose de s’affronter entre brutes jusqu’à 16 joueurs via le Playstation Network dans des modes sommes toutes très classiques mais toujours aussi appréciables que sont le deathmatch, capture the flag et autres. Aucun ralentissement supplémentaire n’est à déplorer dans ces modes de jeu en réseau qui permettent d’allonger de façon significative la durée de vie de F.E.A.R.

Notons la disponibilité dans cette version PS3 de deux surprises : une arme exclusive qui est en fait une mitrailleuse automatique de type Watson SAS 12 ainsi qu’un niveau exclusif dans le mode solo qui vous met pendant une courte période dans la peau d’un SWAT. Un petit plus appréciable peut être offert pour faire oublier les imperfections de ce portage.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage