Rue Barbare

Genre
Pays
France (1983)
Date de sortie
lundi 12 juin 2006
Durée
103 Min
Réalisateur
Producteurs
Adolphe Viezzi
Scénaristes
Jean Vautrin, Jean Herman et Gilles Béhat
Compositeur
Bernaerd Lavilliers
Format
Dvd 9
Langues
PCM
Label
SS.Titres Film
SS.Titres Bonus
SS.Titres Commentaire
Français
Non
Non
Non
Le Film
Critique de Emmanuel Galais
Editeur
Edition
Standard
Label
Zone
2
Durée Film
103 min
Nb Dvd
1

Daniel Chetman (Bernard Giraudeau), ère un soir dans une rue déserte. Cela fait bien longtemps qu’il a décidé de ne plus se mêler de ce qui ne le regarde pas. Pourtant, lorsqu’une jeune fille blessée, derrière une palissade lui demande de l’aide, il s’arrête pour replonger dans un passé qu’il a tant fuit.

Après le style plus intellectuelle et parfois austère de la nouvelle vague,  les années 80 ont vu naître une nouvelle forme de cinéma, plus violente ou plus réaliste, donnant ainsi naissance à des icônes telles que Bernard Giraudeau (Les Spécialistes, Ridicule). Ce cinéma, se voulant plus noir, présentant une société gangrenée de l’intérieur, par la drogue. Une société où le plus fort domine dans une meute de marginaux plus barrés les uns que les autres. Des lieux où les codes interdisent les lois du pays, pour n’obéir qu’à celles du dominateur.

« Rue Barbare » est de ces films particulièrement sombre, dans lesquels tous les personnages ont une dérive ouverte ou des blessures à cacher. Loin des codes des films noirs d’après guerre, ici les armes se sont les poings, le feu ne vient que des regards et les effets en sont encore plus dévastateurs. Dans une société rebelle du début des années 80, le cinéma français se fait le reflet d’un miroir où la brutalité des actions et des mots devient vite insoutenable. Dans « Rue barbare », Gilles Béhat (Urgence, Les longs Manteaux) nous entraîne dans un quartier aussi neutre que possible.

En choisissant précisément de ne pas nommer le lieu, il nous oblige à nous projeter dans l’univers des héros, afin de mieux nous identifier à eux. Et ainsi, à chacun de se poser la question de ce qu’il ferait dans telle ou telle situation.

Les acteurs promènent ainsi leur style, d’un Bernard Giraudeau saisissant de froideur et de retenue à un Bernard Pierre Donnadieu(L’indic, Urgence) (trop absent de nos écrans) incroyablement mauvais et crédible. C’est aussi avec un plaisir non dissimulé que l’on retrouve Jean Pierre Kalfon (Total Western, Saint-Cyr)en parfait marginal surdosé en substances illicites. Chacun y va de sa noirceur et de son ambiguïté face à une violence qui l’entraîne soit en victime soit en bourreau.

Film phare du cinéma français des années 80, « Rue Barbare », reste encore un film saisissant par sa violence et son discour largement éloigné  de celui plus sobre des films noirs de l’après guerre à la fin des années 70. Digne héritier d’un « Orange Mécanique », ce film monte d’un cran la barre de la violence acceptable en ces années de doutes que furent les années 80.

En conclusion, un film à voir, tant pour le style, que pour les questions qu’il pose. L’occasion de voir Bernard Giraudeau dans un rôle mettant en valeur son talent pour interpréter des personnages plus complexes qu’ils ne paraissent.
L'image
Couleurs
Définition
Compression
Format Vidéo
16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma
1.85:1

De bonne qualité sans être exceptionnelle, l’image semble n’avoir pas été totalement débarrassé de ses grains. Ce qui donne l’impression désagréable de voir un film qui aurait finalement assez mal vieilli. Rien de bien méchant tout de même !

Le Son
Langue
Type
Format
Spatialisation
Dynamique
Surround
Français
1.0

La bande originale signée Bernard Lavilliers profite allègrement de la remasterisation. Pourtant certaines faiblesses sont à remarquer particulièrement lors des scènes de combats souterrains et dans certains dialogues.  Le son mono restauré n’y est certainement pas étranger.

Les Bonus
Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
Durée
20 min
Boitier
Amaray avec fourreau cartonné
Une interview de Gilles Behat et de Bernard Pierre Donnadieu et une bande annonce pour seuls bonus, c’est un peu léger ! 
Bonus
Livret
Bande annonce
Biographies
Making of
Documentaire
Interviews
Com. audio
Scènes sup
Fin alternative
Galerie de photos
Story board
Multi-angle
Liens internet
Interface Rom
Jeux intéractifs
Filmographies
Clips vidéo
Bêtisier
Bonus Cachés
Court Metrage