du même réalisateur
  LES BOUCHERS VERTS

dans le même genre
  LE DÉFI DU CHAMPION
  POUR UN GARÇON
  TOUT SIMPLEMENT NOIR
  TANDEM
  TANGO
  MYSTERY MEN
  RETOUR À ZOMBIELAND
  LA VÉRITÉ SI JE MENS : LES ...
  MON CHIEN STUPIDE
  DOWNTON ABBEY LE FILM

du même éditeur
  TANDEM
  TANGO
  L'ENFER DES ANGES
  MONSIEUR HIRE
  PAR UN BEAU MATIN D'ÉTÉ
  TERMINATOR : DARK FATE
  LA ROUE
  FAUBOURG MONTMARTRE
  LE PROFESSEUR
  LA CITÉ DE LA JOIE


Dernières Actus
  DVDCRITIQUES LIVE #29 : EN ...
  TEST AMPLI-TUNER PIONEER VS...
  DOLBY ATMOS MUSIC : QUOI, O...
  L’ASCENSION DE SKYWALKER EN...
  NOUVEAUTÉS 2020/2021 YAMAHA...
  FOCAL CHORA 826D DOLBY ATMO...
  SMYTH REALISER A16 : L'INTE...
  NEED FOR SPEED: HOT PURSUIT...

Adam's Apples

Genre Comédie
Pays Danemark (2006)
Date de sortie mercredi 9 mai 2007
Durée 94 Min
Réalisateur Anders-Thomas Jensen
Avec Ulrich Thomsen, Mads Mikkelsen, Paprika Steen, Ole Thestrup
Producteurs Mie Andreasen, Tivi Magnusson
Scénaristes Anders Thomas Jensen
Compositeur Jeppe Kaas
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Danois
Non
Non
Non
  Anglais
Oui
Non
Non
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Céline Evain
  Editeur   Fox pathé europa
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  94 min
  Nb Dvd  1
   
   

Synopsis
Avec ses rangers, son crâne rasé et sa croix celtique tatouée sur le biceps, Adam affiche clairement ses sympathies. De son côté, Ivan, visage ouvert, chaussettes dans les sandales et col blanc de rigueur, accueille Adam dans sa paroisse. Convaincu de la bonté fondamentale de l'homme, ce pasteur se voue tout entier et tout sourire à sa mission : accueillir d'anciens taulards et oeuvrer à leur réhabilitation.
Mais que peut valoir la foi d'Ivan face à la malveillance faite homme ? Bref, que peut Dieu face au diable ? Grande question, qui s'efface bientôt au profit d'une interrogation tout aussi cruciale : d'Adam ou d'Ivan, qui est le plus dérangé des deux ?

La critique de céline tricheux
Deuxième film du réalisateur danois,  Anders  Thomas Jensen (« Les Bouchers verts »,« after the wedding »)  signe avec  Adam’s Apple une comédie noire et décalée aux dialogues acerbes et à la galerie de personnages hauts en couleurs.

Quand Adam (Ulrich Thomsen)  , nazi à l’intelligence bovine débarque dans l’église d’Ivan, le  prêtre ,interpreté par l’excellent Mads Mikkelsen (casino Royale,Pusher,les bouchers verts)  , est entouré de  pécheurs  qu’il destine à une rédemption sans concessions :  Aucun n’imagine alors que cette rencontre va provoquer un cataclysme dans leurs vies respectives.

Au premier plan l’opposition du bien et du mal est mise en scéne de façon très subjective principalement avec la confrontation Ivan et Adam.

Le prêtre  est rongé par une existence malheureuse qu’il rejette en vivant dans le déni , pour lui chaque obstacle est une manifestation luciférienne le mettant à l’épreuve, il fera de la réhabilitation d’Adam un combat et confronté à la violence de celui- reprendra le sens des réalités. Adam brute épaisse sans foi ni loi, dont la noirceur d’âme est clairement palpable en début du film deviendra moins évidente jusqu’au dénouement final . La rédemption d’Adam  naitra d’une culpabilité grandissante engendrée par l’incompréhension et l’acharnement à briser le déni du prêtre. 

Autour d’eux et avec eux, des portraits brossés de personnages associaux ou socialement exclus forment l’orchestre virtuose de cette fable satirique.

D’une réalisation classique , mais néanmoins dotée d’une variation de rythmes  et d’un ton propre, ce film nous entraîne modestement  aux confins de l’âme humaine. Ne cherchez pas de morale vous n’en trouverez point :  Ni angélisme, ni anticléricalisme là où l’altruisme et la malveillance se succédent, se confrontent au grés des rencontres.

Anders Thomas Jensen vous prend par la main à travers son univers décalé et caustique pour vous faire  joliment toucher du doigt la fragilité et l’absurdité de l’existence.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
L'image est splendide, du zéro défaut pour ce support et malgré le fait qu'on pourrait qualifier le film de "film petit budget" le soin qui à été apporté à l'image est exemplaire. la colorimétrie est respectée, et la définition au top. Bref un régal des yeux.

Le Son
 

A l'instar de l'image la partie sonore est elle aussi très soignée, si certains regretterons l'absence de doublage français (surprenant de la part de l’éditeur lorsqu’on sait que celui-ci existe mais réputé de mauvaise qualité) ce n’est pas notre cas tellement nous sommes convaincus du bénéfice de la vision en VOSTF pour découvrir ce film.

Les pistes proposées en Dolby Surround ou Dolby Digital sont irréprochables, claires et dynamiques, l’ensemble est de grande qualité.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 25 min
  Boitier Amaray
   
   

La partie ou le bat blesse, l’interactivité du DVD est composée d’un making of de 25 minutes et de la bande annonce du film.

Le making of reste assez superficiel et promotionnel, il n’entre pas trop en détail dans l’univers de cet auteur un peu hors-normes qui en aurait mérité assurément un peu plus. Ceci dit le document reste bien mené et plaisant à suivre mais trop léger pour une édition DVD qui par ailleurs frise le sans faute.



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage