du même réalisateur
  TWILIGHT TENTATION : CHAPIT...

dans le même genre
  JUMANJI : NEXT LEVEL
  MALÉFIQUE : LE POUVOIR DU M...
  DONNIE DARKO
  SPIDER-MAN : FAR FROM HOME
  GODZILLA : ROI DES MONSTRES
  MEN IN BLACK : INTERNATIONA...
  ALADDIN
  FRONTIER
  CASTLE ROCK SAISON 1
  LE LIVRE PERDU DES SORTILÈG...

du même éditeur
  MIDWAY
  TRAINÉ SUR LE BITUME
  UN COUTEAU DANS LE VENTRE
  HUNGER GAMES : LA RÉVOLTE P...
  EXPENDABLE 3
  ECHO
  INNOCENT
  LES BRASIERS DE LA COLÈRE
  EVIDENCE
  HUNGER GAMES : L'EMBRASEMEN...


Dernières Actus
  DVDCRITIQUES LIVE #29 : EN ...
  TEST AMPLI-TUNER PIONEER VS...
  DOLBY ATMOS MUSIC : QUOI, O...
  L’ASCENSION DE SKYWALKER EN...
  NOUVEAUTÉS 2020/2021 YAMAHA...
  FOCAL CHORA 826D DOLBY ATMO...
  SMYTH REALISER A16 : L'INTE...
  NEED FOR SPEED: HOT PURSUIT...

A la croisée des mondes : La boussole d'or

Titre Original His Dark Materials : The Golden Compass
Genre Fantastique
Pays USA (2007)
Date de sortie vendredi 10 octobre 2008
Durée 114 Min
Réalisateur Chris Weitz
Avec Dakota Blues Richards, Nicole Kidman, Daniel Craig, Sam Elliott, Eva Green, Ian McKellen
Producteurs Bill Carraro et Deborah Forte
Scénaristes Chris Weitz
Compositeur Alexandre Desplat
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Oui
  Anglais
Non
Non
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Metropolitan
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  114 min
  Nb Dvd  2
   
   

Lyra est une enfant de 12 ans, orpheline, elle est confiée par son oncle aux bons soins du Collège Jordan, un établissement de l’université d’Oxford, dans un monde parallèle au notre, sensiblement identique, mais dont chaque être humain est accompagné d’un Daemon, équivalent animal indissociable de l’esprit des humains. Mais le monde Lyra est en train de changer, car l’organisme gouvernemental: Le Magestrium resserre son étau sur le peuple. De nombreux enfants sont enlevés pour des expériences par les Enfourneurs. Lorsque son meilleur ami Roger disparaît à son tour, Lyra décide de voler à son secours…

Inspiré de la célèbre trilogie de Philip Pullman, « A la croisée des mondes : La boussole d’or », se devait d’être effectivement portée à l’écran malgré les nombreuses difficultés relative à l’adaptation. Fort de sa notoriété acquise notamment grâce à la trilogie du "Seigneur des Anneaux", New Line décida tout logiquement de se lancer dans l'aventure. Les points communs sont d’ailleurs légions dans ces deux œuvres : L’univers fantasy, le voyage autant initiatique qu’héroïque du personnage principal, le mentor dont l’ombre pèse sur le destin des protagonistes, l’objet de toutes les convoitises que personne ne doit jamais s’approprier, etc… Puis une horde de fans toujours plus intransigeants dès lors que l’on ose parler d’une adaptation cinématographique de leur œuvre de référence. Il n’est donc pas difficile d’imaginer l’horreur dans leurs esprits que l’annonce d’une adaptation par Chris Weitz (American Pie, Pour un garçon).

Et il faut le reconnaître, les producteurs ne se sont pas trompés. Le réalisateur, en toute humilité, a réalisé un film modeste à grand budget. Modeste, car il évite tous les pièges de prétention d’une superproduction. A savoir les plans inutiles, mais coûteux, les stars inutiles mais seulement bankable etc…Chris Weitz offre une réalisation spectaculaire, mais juste ce qu’il faut, incroyablement visuelle, mais juste ce qu’il faut pour coller au plus prêt de l’univers de la trilogie de Philip Pullman. Certains plans sont d’ailleurs particulièrement réussit comme l’arrivée de Daniel Craig dans la salle du Magestrium avec son Daemon, qui montre l’importance du personnage, ou encore l’impressionnante apparition de l’ours Iorek Bernyson en armure. Sans oublier de parler bien sur du titanesque combat d’ours qui reste longtemps en mémoire après la projection du film. L’ensemble de la mise en scène fourmille de références visuelles que le réalisateur distille avec brio pour mieux servir son adaptation.

Porté par une distribution alléchante et parfaitement adaptée à l’ensemble : « A la croisée des mondes : La boussole d’or » est ravissement de grande qualité. Si Daniel Craig (Casino Royal, Quantum of Solace) ne brille par particulièrement plus que d’habitude, sa présence s’impose au personnages et l’on n’a pas de mal à croire à son charisme. Mais la présence judicieuse de Nicole Kidman (Les autres, Moulin Rouge) est une véritable bénédiction. Aussi génialement ambigüe que dans « Les autres », on n’arrive jamais à savoir si Mrs Coulter est méchante ou au contraire aimante et autoritaire. L’actrice, comme à son habitude, magnifie son personnage par une aptitude incroyable à jouer sur les deux tableaux. Mais il serait injuste de ne pas reconnaître le charisme encore candide, mais déjà bien perceptible de la jeune débutante Dakota Blues Richards, qui pour son premier rôle s’offre le luxe d’affronter Nicole Kidman et de porter le film sur ces petites épaules inexpérimentées avec brio. La jeune fille s’en sort allègrement et donne une Lyra plus vraie que nature. La dernière bonne idée réside dans le choix des doublages des personnages animés comme les Daemons. Ni stridentes, ni enfantines à souhaits, les voix correspondent à merveille aux personnages et ne les discréditent en aucun cas.

S’il faut chercher un point négatif dans le film, il réside principalement dans le scénario qui utilise parfois des ficelles un peu trop évidentes ou des solutions de facilités un peu trop visibles, comme celle de faire que l’héroïne trouve en un quart de seconde comment lire les prédictions de la boussoles, ou encore comment elle parvient à mettre l’ours Iorek dans son camp. Tout cela semble un peu trop facile pour être crédible ou salué. Car même si le film s’adresse évidemment à un public jeune, l’ensemble méritait un peu plus de nuance pour être totalement réussit.

En conclusion, « A la croisée des mondes : La boussole d’or » est une adaptation réussit qui aurait pu friser la perfection de son illustre grande sœur, si le scénario n’avait pas utilisé des ficelles un peu trop simplistes pour arriver à ses fins. Le jeu des comédiens est brillant et les doublages impeccables. A ne pas louper !



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   
Une image impeccable qui résiste à merveille aux différentes nuances de couleurs. Si parfois les contrastes manquent de profondeur, comme la scène semi nocturne des cosaques. Les couleurs sont resplendissantes et l’image brille d’une qualité exceptionnelle que l’on a plaisir à regarder.

Le Son
 
C’est le grand point faible du programme. La piste 5.1 est un peu faiblarde et se laisse vite submerger par les effets spéciaux. Ceux-ci d’ailleurs embrase littéralement le caisson de basse. La piste DTS offre, quand à elle, une œuvre plus proche de l’ambiance de film et beaucoup plus équilibrée.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 90 min
  Boitier Amaray
   
   
Une édition collector qui sent la rancœur d’un échec injustifié sur grand écran. Tout d’abord sur le DVD 1 : Les commentaires audio de Chris Weitz qui revient   presque point par point nous expliquer ses méthodes, puis la bande annonce. Ensuite sur le DVD 2 trois chapitres importants : Les Origines qui revient sur l’auteur et son roman. Fourmillant d’autosatisfactions à la limite de l’idolâtrie genre : on touche du doigt l’oeuvre suprême. Puis l’adaptation à l’écran, où la productrice n’hésite pas à dire « J’ai fait le film que je voulais faire ! », ce qui en soit est particulièrement aimable pour le réalisateur, et enfin le Jordan Collège qui revient sur le tournage dans ce lieu mythique de la connaissance anglaise. Le monde de Lyra revient quand à lui plutôt sur la conception des éléments important du film : L’aléthiomètre qui fourmille de détails et de secrets de fabrication rarement approché dans un making of, puis Les Daemons et les choix clés pour les rendre crédibles, particulièrement intéressant pour le coup et enfin Les Panserbjornes de Svalbard, qui revient sur la conception des ours en armures. Véritablement passionnantes cette deuxième partie vient relever l’autosuffisance de la première. Puis une très bonne idée pour la troisième partie : Les Secrets de Production avec tout d’abord : A la recherche de Lyra Benacqua, qui revient longuement sur les auditions qui ont amené à découvrir la jeune Dakota Blues Richards, une très bonne idée, la seule d’ailleurs puisque le reste devient d’un coup très conventionnel puisqu’il s’agit des décors, avec les fonds verts et les idées ingénieuses des concepteurs, et les costumes, souvent très fouillés, du film. Puis l’avant première à Londres et un dernier reportage sur la musique. Pour finir plusieurs galeries d’images et des diaporamas. L’ensemble reste de grande qualité pour une édition collector, même si l’autosuffisance prédomine sur l’humilité du réalisateur qui n’hésite pas à parler de ses doutes lors de la préparation du film.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage