dans le même genre
  LE VOYAGE DU DR DOLITTLE (U...
  JUMANJI : NEXT LEVEL
  MALÉFIQUE : LE POUVOIR DU M...
  DONNIE DARKO
  SPIDER-MAN : FAR FROM HOME
  GODZILLA : ROI DES MONSTRES
  MEN IN BLACK : INTERNATIONA...
  ALADDIN
  FRONTIER
  CASTLE ROCK SAISON 1

du même éditeur
  MALÉFIQUE : LE POUVOIR DU M...
  LE ROI LION
  ALADDIN
  RALPH 2.0
  DUMBO
  COCO
  CARS 3
  L'EMPEREUR
  PIRATES DES CARAÏBES : LA V...
  LA BELLE ET LA BÊTE (LIVE 2...


Dernières Actus
  TEUFEL CINEBAR LUX SURROUND...
  HOME-CINÉMA ET HI-FI (OU L’...
  LA BANDE ANNONCE DE CRUELLA...
  CÉSARS 2021 : ET LES NOMINÉ...
  DISPARITION DE JEAN CLAUDE ...
  THE CRAFT : LES NOUVELELS S...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : DEGOB...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : SCHOT...

L'apprenti Sorcier

Titre Original The Sorcerer's Apprentice
Genre Fantastique
Pays USA (2010)
Date de sortie mercredi 15 décembre 2010
Durée 105 Min
Réalisateur Jon Turteltaub
Avec Nicolas Cage, Jay Baruchel , Teresa Palmer, Toby Kebbell, Monica Bellucci, Alfred Molina
Producteurs Jerry Bruckheimer
Scénaristes Carlo Bernard, Doug Miro, Matt Lopez, Lawrence Konner et Mark Rosenthal
Compositeur Trevor Rabin
Format Dvd 9
Critique Cinéma L'apprenti Sorcier
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Oui
  Anglais
Oui
Oui
Oui

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Disney BVHE
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  105 min
  Nb Dvd  1
   
   

Dave Sutler, un garçon à première vue ordinaire, rencontre Balthazar Blake, un homme mystérieux qui se présente comme étant un grand sorcier, à la recherche du premier Merlinien, ce dernier étant amené à devenir le sorcier le plus puissant de l’histoire.

Jerry Bruckheimer et les studios Disney coopèrent donc une nouvelle fois pour donner vie à l’un des dessins animés les plus injustement mésestimés par le public : «Fantasia», et plus particulièrement le passage de «L’apprenti Sorcier»… Voilà, présenté comme çela, le premier reflex c’est la méfiance, le deuxième le mal de tête débutant face à une effusion évidente d’effets spéciaux aux détriments d’une histoire, d’autant que le passage dans le dessin animé ne doit durer que 15 minutes tout au plus et que les producteurs ont beaucoup communiqué sur l’envie de faire un film qui parviennent à faire prendre corps à la scène des balais.

Et le résultat est surprenant à bien des égards, car le film de Jon Turteltaub (Benjamin Gates) remplis son contrat et peut-être même bien au-delà. Notamment grâce à une histoire qui tient la route sans être totalement exceptionnelle. Les scénaristes ont eu l’intelligence de ne pas copiers les erreurs de  «Prince of Persia», et d’ainsi privilégier l’histoire aux effets spéciaux. En l’occurrence ici, le mélange des grandes légendes celtiques et la structure gothique de New-York se prettent à merveille à la création d'une histoire. Car l’architecture de la ville a déjà permis dans le passé de nombreuses aventures inspirées de légendes de tous bords, comme «Sos Fantômes» ou encore «Benjamin Gates».

La réalisation de Jon Turteltaub est d’ailleurs toujours efficace et répond au même schéma que l’aventurier déjà joué par Nicholas Cage. Un rythme soutenu, la quête d’un objet (dans le cas présent des poupées russes) et des situations pas forcément très crédibles. Mais qu’importe, le réalisateur associé au producteur Jerry Bruckheimer (Pirates des Caraïbes), spécialiste des films d’aventures aux rythmes particulièrement soutenus, n’est pas là pour faire réfléchir sur la profondeur de l’existence, mais plutôt pour divertir le public, lui faire oublier l’espace de 105 minutes les soucis du quotidien. Et de ce côté-là, nous ne sommes pas déçus, le film déroule son intrigue dans une frénésie d’effets spéciaux à la hauteur de l’attente, notamment avec cette scène saisissante et fidèle au dessin animé d’origine, qui voit les balais s’animer seuls à la demande de l’apprenti qui en perd totalement le contrôle.

Côté distribution, Nicholas Cage (Benjamin Gates) continue de s’amuser dans ces superproductions survitaminées et parvient à donner une certaine nuance relative à son personnage. La révélation Jay Baruchel (Trop Belle) livre ici une composition intéressante, mais qui souffre du même mal que «Percy Jackson» : Son personnage ne cesse de faire des «OhOh» tout le temps. Moins Exténuant que dans le fils de Poséidon, mais agaçant tout de même.

En conclusion, «L’apprenti Sorcier» est un vrai film d’aventure fantastique qui répond à la demande première du public : Il diverti, ni plus ni moins, avec une effervescence d’effets spéciaux et de scènes d’actions à couper le souffle. Un divertissement familial de grande qualité à découvrir pour ces fêtes de fin d’année.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   

Une image soignée vient donner au film un éclat bienvenu. Les contrastes mettent en valeur la qualité des effets spéciaux et donnent suffisamment de relief. Les couleurs sont parfaitement bien pesées pour jouer sur les nuances entre les différentes scènes d'actions. Le spectacle bénéficie d’un très beau transfert.



Le Son
 

Une bande son 5.1, forcément efficace qui se met totalement au service de ce film. Les basses sont particulièrement mises à contributions, et la dynamique se fait immédiatement entendre dès que les besoins s’en font sentir. La spatialisation est en phase totale avec le film.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 45 min
  Boitier Amaray avec fourreau cartonné
   
   

Une édition qui manque de consistance, avec un making of certes complet, mais assez court, environs 30 minutes, donc frustrant. Puis une seule scène coupée et les inévitables présentations des supports : Le 3D par Timon et Pumba et celle décidemment pénible des jumeaux Zac et Cody. Une véritable déception !



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage