dans le même genre
  CARNIVAL FÊTE FORAINE
  DRAGON QUEST BUILDER
  PAPER MARIO: COLOR SPLASH (...
  FIRE EMBLEM : FATES CONQUÊT...
  STAR FOX ZÉRO
  THE LEGEND OF ZELDA: TWILIG...
  POKEMON MÉGA DONJON MYSTÈRE
  MARIO & LUIGI: PAPER JAM BR...
  DISNEY MAGICAL WORLD
  YOSHI'S WOLLY WORLD

du même éditeur
  BLOODBORNE
  LAST RESORT : L'INTÉGRALE
  SLY COOPER
  DANCESTAR PARTY
  UNCHARTED 3 : L'ILLUSION DE...
  LITTLE BIG PLANET 2
  SINGSTAR QUEEN
  RESISTANCE 2
  EVERYBODY'S GOLF WORLD TOUR
  GRAN TURISMO 5 PROLOGUE


Dernières Actus
  DAVID PROWSE L'ACTEUR QUI I...
  DVDCRITIQUES LIVE #29 : EN ...
  TEST AMPLI-TUNER PIONEER VS...
  DOLBY ATMOS MUSIC : QUOI, O...
  L’ASCENSION DE SKYWALKER EN...
  NOUVEAUTÉS 2020/2021 YAMAHA...
  FOCAL CHORA 826D DOLBY ATMO...
  SMYTH REALISER A16 : L'INTE...

Killzone 3

Titre Original Killzone 3
Genre Jeu
Pays USA (2011)
Date de sortie vendredi 18 février 2011
Durée 999 Min
Plateforme PS3
Informations
Complémentaires

Interdit au moins de 18 ans.

Compatible Playstation Move.

Joueurs : 1-2 et jusqu'à 24 joueurs en ligne

Le jeu est disponible en édition standards et en édition Collector (boîtier métal + BO du jeu).

 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Non
Non

Le Jeu Critique de Bruno Orru
  Editeur   Sony Computer Europe
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  999 min
  Nb Dvd  1
   
   

Comme son titre le suppose, Killzone 3 est un troisième volet. Pas n’importe lequel puisqu’il s’agit, surtout pour le second volet déjà édité sur PS3, de l’un des titres les plus efficaces en termes d’aventure et FPS. Même si le jeu lui-même n’apporte pas de nombreuses nouveautés, le mode de jeu est une superbe vitrine du potentiel de la console ; 3D et PlayStation Move (détecteur de mouvement + contrôleur). Une véritable nouvelle façon de jouer ?

 

Move

Avant de débuter le test je tenais à vous parler du nouveau mode de jeu proposé via Playstation Move. Le jeu nécessite donc la caméra EyeToy, le détecteur de mouvement (avec sa boule lumineuse) qui permet principalement la visée et le contrôleur qui permet principalement les mouvements. 



Vous voilà donc les deux mains occupées avec, grande différence par rapport au jeu à la manette, des mouvements des bras bien distincts. De fait, les sensations de jeu évoluent avec clairement une gestuelle qui décroche du simple bouton à pousser sur une manette, par exemple pour recharger ou attaquer rapidement un ennemi. Pour moi qui n’est jamais à l’aise pour tirer à la manette c’est du vrai bonheur, j’ai pu progresser relativement avec dextérité sans me faire tuer dès la première rafale. Que ce soit donc pour les débutants ou les joueurs expérimentés, c’est un mode de jeu que je recommande à tester, nul doute qu’après quelques niveaux vous trouverez certainement plus d’avantages que de défaut à ce mode de jeu.

 

L’histoire en quelques mots

Le scénario de Killzone 2 se terminait avec la victoire de l'ISA (Interplanetary Strategic Alliance) sur Helgan ; les Helghasts ont démoli la flotte aérienne de l’Isa ainsi que les troupes au sol, tous les soldats de l’Isa ont été capturés ou tués par les Helghasts. Dans ce troisième volet, les survivants se retrouvent seuls. Il est temps d'échapper aux conséquences nucléaires de Pyrrhus et d'essayer de quitter définitivement la planète Helghast. Vous reprenez la main avec les deux compères Sev et Rico

 

Combat guidé

L’éditeur a clairement décidé de prendre le joueur par la main pour le guider dans cette succession de combats ; on peut évidemment se promener dans les décors mais coté scénario  et combats c’est plutôt le coté dextérité qui vous fera progresser et non pas de vous aventurer dans certains recoins pour débusquer l’ennemi. 




Le sentiment de liberté semble bridé (y compris dans les environnements qui semblent ouverts) mais c’est véritablement pour profiter d’une exemplaire fluidité entre jeu et cinématiques, souvent impressionnantes. Ajoutez à cela pour le jeu lui-même des différentes situations (combats à pied, en véhicules, en exo-squelette, en Jetpack…),  une grande diversité d’environnements et d’une grande beauté (voir la critique image plus bas) qui permettent au joueur de ne jamais s’ennuyer et de ne pas avoir l’impression de faire toujours la même action dans le même environnement. L’intelligence artificielle des ennemis est suffisante pour un joueur moyen comme moi mais la position et le comportement sont souvent similaires lorsque l’on refait une séquence de combat après avoir été tué.

 

A noter pour les novices ou ceux qui sont réellement perdu dans le décor, le système de guidage automatique qui permet d’avoir une indication pour se rendre au prochain point de rendez-vous. C’ets assez efficace et cela m’a permis plusieurs fois de ne pas tourner en rond trop longtemps.

 

Equipe encore plus performante et nouvelles armes

Sachez que vous êtes dans une équipe performante et que si le jeu requiert que vous participiez au combat (ne vous inquiétez pas pour les munitions, elles sont presque illimités), vous êtes entourés de combattants de haut niveau qui vous aideront souvent beaucoup pour vous sortir du combat. A vous de faire une sorte d’aller au combat pour donner un sens réel au jeu. D’ailleurs, l’éditeur propose un système de classes et d'expérience (actions de bravoures pour l’équipe) pour obtenir des récompenses.

 

Par rapport au deuxième volet, le jeu propose de nouveaux blindés et de nouvelles armes (WASP, Lance Roquettes, Minigun, Petrusite Gun…) qui, si cela ne change strictement rien, permettra à ceux qui rempilent sur ce troisième volet de s’amuser un peu. Mais le must c’est le Jetpack qui permet de s’envoler à quelques mètres du sol pour survoler les ennemis et les canarder d’en haut. C’est plutôt jouissif comme plaisir de vol mais aussi pour la volonté de déployer une stratégie d’attaque différente de la progression au sol. Attention, assez logiquement, vous êtes une cible de choix.


 

Les armes offrent une visée souvent excellente, que ce soit en mode « normal » ou en mode zoom, ce dernier permettant surtout de shooter un ennemi embusqué ou lointain.

 

Sachez également que dans ce troisième volet vous aurez la possibilité de mieux progresser à couvert, c'est-à-dire en vous cachant derrière un obstacle à terre ou pan de mur. Il est alors aisé de se découvrir légèrement pour vérifier la présence d’un ennemi et le mettre en joue. Attention, cela ne vous garantit contre recevoir une rafale, voire une grenade, un plaisir assez régulier chez les Helghasts mais cela est particulièrement appréciable en termes de facilité de jouer.

 

J’ai également bien apprécié le nouveau mode « Attaques brutales » qui offre la possibilité d’une combat rapproché ou corps à corps, avec notamment les pouces dans les yeux pour ceux qui aiment le sang qui gicle. C’est évidemment pour ce type d’évènement que le jeu est interdit aux moins de 18 ans.

 

Réanimator

Je ne vais entrer dans l’éternel débat de savoir s’il est opportun de faire mourir le joueur pour donner du piment à un jeu… avec Killzone 3 vous n’allez tout simplement pas mourir. Soit vous êtes réanimés par votre équipier (mais pas toujours !), soit vous êtes un peu mort et vous avez alors le droit de recommencer au dernier point de sauvegarde… qui n’est jamais très loin. Mais avant de mourir, sachez que le principe de régénération est ici de mise ; il suffit de passer quelques secondes à couvert pour que le héro retrouve sa forme et que ses blessures disparaissent. Pour ma part, j’y vois un avantage, celui de tenter des stratégies différentes sans avoir à totalement tout rejouer à chaque fois.

 

Multijoueurs

Le jeu a été testé avant sa sortie, les serveurs en ligne n’étaient pas dispo. Par contre, outre un mode Party system pour jouer avec des amis et un Mode Guerrilla (Match à mort par équipe classique), signalons le mode coopération valable pour la campagne. C’est assurément une possibilité très intéressante pour faire le jeu à deux en écran partagé (uniquement hors ligne !) et cela ne modifie pas la qualité du mode de jeu. Avis aux amateurs donc. En mode campagne, comptez un peu moins de 10 heures pour terminer le jeu (5 heures pour faire la moitié pour ce test).

 

Conclusion

Killzone 3 matérialise réellement une nouvelle façon de jouer. Si vous êtes équipé 3D, nul doute que l’immersion dans le jeu s’en trouve accentuée mais c’est surtout via le module Move que les sensations évoluent avec clairement une gestuelle qui décroche du simple bouton à pousser sur une manette. Si vous êtes équipé Move je vous conseille ce test, même si cela pourra vous désorienter. Reste que, même si le scénario plutôt intéressant à la base est plombé par des dialogues qui ne volent pas très haut et des intrigues secondaires amplifiant les relations des principaux protagonistes (Rico et Narville), une jouabilité efficace, des environnements riches et diversifiés et des cinématiques de très haute qualité, placent Killzone 3 comme un incontournable FPS  sur PS3… pour les plus de 18 ans.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo HD 1080p
  Format Cinéma Sans objet
   
   

J’espère vous faire une mise à jour de ce test avec la 3D prochainement, en attendant, je peux vous confirmer que le moteur graphique 2D est performant, avec peu de ralentissements (mais tout de même présent de temps en temps) et un niveau de détail qui nous place avec conviction dans l’action.

Les mouvements et modélisations des personnages sont réalistes. A noter un réel effort pour proposer des environnements très différents (urbain, jungle, arctique…) et dont les décors sont riches et détaillés. Mais ce qui impressionne le plus ce sont les nombreuses cinématiques proposées par le studio Guerilla ; on se croirait parfois dans une superproduction.



Le Son
 

Les dialogues ne sont pas renversant mais permettent de poser le scénario. Dommage par contre que la synchro VF laisse souvent à désirer. Les effets de combats sont excellents et parfaitement envoyés dans les canaux surround ; ils vous feront certainement tourner la tête et son un excellent relais visuel aux taches de sang qui indiquent également d’où proviennent les menaces et les tirs.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 999 min
  Boitier Amaray
   
   
Jeu en ligne et multijoueurs

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage