dans le même genre
  NEED FOR SPEED HOT PURSUIT ...
  MAFIA : DEFINITIVE EDITION
  JUMANJI : LE JEU VIDÉO (NIN...
  BORDERLANDS 3
  LEGO JURASSIC WORLD (NINTEN...
  (LES COLONS DE) CATAN SUR N...
  F1 2019 EDITION LÉGENDES : ...
  METRO EXODUS
  DIRT RALLY 2.0
  CRACKDOWN 3

du même éditeur
  METAL GEAR SOLID V : THE PH...
  PES 2015
  METAL GEAR SOLID V : GROUND...
  PRO EVOLUTION SOCCER 2014
  METAL GEAR RISING : REVENGE...
  SILENT HILL : DOWNPOUR
  METAL GEAR SOLID HD COLLECT...
  PES 2012
  PES 2011
  PES 2010 - PRO EVOLUTION SO...


Dernières Actus
  UNE PREMIÈRE SALVE DE NOUVE...
  DVDCRITIQUES LIVE #35 : KIT...
  DVDCRITIQUES LIVE # 34 : L'...
  MORT DU COMÉDIEN ET SCÉNARI...
  TEST DIVACORE ANTIPODS2 : E...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : KITAR...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : L'ANT...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX EN ...

Castlevania Lord of Shadow : Mirror of fate 3DS

Genre Jeux Vidéo
Pays USA (2013)
Date de sortie vendredi 8 mars 2013
Durée 120 Min
Producteurs Konami
Scénaristes MercurySteam Entertainment
Compositeur Divers
Plateforme 3DS
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Non
Non
Non
  Français
Oui
Non
Non

Le Jeu Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Konami
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  120 min
  Nb Dvd  1
   
   
L’histoire des descendants de Gabriel Belmont, Simon et Trevor Belmont, qui se battent contre leur propre destin dans le but de découvrir leur véritable et tragique destinée. Trevor Belmont, un chevalier de la confrérie de la lumière, veut venger sa mère tuée par son père, qui est revenu après des années d’exil et réside dans un mystérieux château. Celui qui fut jadis Gabriel Belmont est maintenant devenu Dracula, un puissant vampire. Dracula a déclaré la guerre à la fraternité et cet acte plante le décor d’une confrontation cataclysmique entre père et fils.

Dans l’univers des jeux vidéos, « Castlevania » a toujours fait partie des exceptions, notamment par sa capacités à explorer différents styles de gameplay. Pour ce nouvel opus les concepteurs s’aventurent à nous proposer une sorte de mix de plusieurs genres, majoritairement un jeu de plateforme associé à un « beat’em all », mais aussi un soupçon d’exploration, qui le rende au final un brin particulier par rapport à l’ensemble des jeux que l’on a l’habitude de découvrir sur nos consoles.

D’ailleurs le studio pousse le mélange des genres jusqu’au bout avec un jeu qui mélange les actions 2D et les séquences 3D. L’ensemble n’est pas inintéressant loin de là, même si on peut parfois regretter, le choix du jeu de plateforme qui vient rendre l’expérience un peu nostalgique, peut-être un peu archaïque parfois. Avec au début une certaine lassitude qui, peuvent empêcher le joueur de se forcer à découvrir le jeu un peu plus en avant. Car, les qualités du « Castlevania : Mirror of fate » provient d’abord du déroulement du jeu dans sa longueur, et la diversité de jeu qu’il propose.

Le jeu surprend par une prise en main facile, qui permet ainsi au joueur de vite plonger dans le vif du sujet. Les cinétiques viennent compléter la progression, avec un certain degré de difficulté. Le jeu peut décevoir d’ailleurs les plus ardues des joueurs par une simplicité qui contrastes avec les précédentes éditions « Castlevania », dont « Mirror of fate » tente de se démarquer, par une animation parfois un peu robotique. 

Le mode entrainement du départ participe à la prise en main et donne une véritable liberté au joueur de se concentrer sur l'histoire et éventuellement sur la recherche des différents éléments nécessaire à la progression du joueur. Et dans la progression justement, on peut tout de même noter que le mélange des genres peut froisser les fans de la série, car il se rapproche d’un jeu de plateforme avec des progressions dans des couloirs un peu sombres, et s’écarte ainsi de la beauté des décors, de la profondeur de certaines autres scènes de ce jeu, mais de la licence aussi surtout. Une déception qui ne concernera que les fans, tant les néophytes y trouveront l’occasion de se plonger sans trop de difficultés aux départs.
 
En conclusion, « Castlevania : Lord of shadow : Mirror of fate » est un jeu qui peut dérouter par un mélange des genres, mais une déception qui ne concernera que les fans, car le jeu se démarque des codes de la licence par une prise en main plus facile et un jeu, sombre certes, linéaire peut-être mais finalement captivant.

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo Sans objet
  Format Cinéma Sans objet
   
   
L’animation peut surprendre, par des personnages un peu robotisés et lors des cinétiques, un peu bande dessinée, old school, avec des traits de contour prononcés et des mouvements de lèvres minimalistes. Dans l’ensemble l’environnement d’évolution reste soigné et l’on retrouve les qualités qui ont fait la réputation de la saga.

Le Son
 
Côté bande son, on regrette un doublage qui ne soit pas forcément en accord avec l’animation, puisque celle-ci ne se synchronise pas avec les personnages. Pour le reste la musique n’est pas trop envahissante et les effets sonores sont plutôt bien répartis.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage