Les images des menus


Les images du film


Les images des bonus






dans le même genre
  MAMA MIA! HERE WE GO AGAIN
  THE GREATEST SHOWMAN
  PITCH PERFECT 3
  GREASE : EDITION 40ÈME ANNI...
  LA BELLE ET LA BÊTE (LIVE 2...
  RÉSISTE : LA COMÉDIE MUSICA...
  HONEY 3 : DARE TO DANCE
  SWEET CHARITY
  CAR WASH
  XANADU

du même éditeur
  LE PARRAIN DE MARIO PUZO EP...
  JURASSIC WORLD EVOLUTION (S...
  LE JEUNE MESSIE
  LA VIE EST BELLE (ULTRA HD...
  LA VIE EST BELLE
  ESCAPE AT DANNEMORA
  CRAWL
  ROCKETMAN
  LE PARC DES MERVEILLES
  SIMETIERRE


Dernières Actus
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : WILD ...
  PALMARÈS FESTIVAL INTERNATI...
  TEUFEL CINEBAR LUX SURROUND...
  HOME-CINÉMA ET HI-FI (OU L’...
  LA BANDE ANNONCE DE CRUELLA...
  CÉSARS 2021 : ET LES NOMINÉ...
  DISPARITION DE JEAN CLAUDE ...
  THE CRAFT : LES NOUVELELS S...

L'idole d'Acapulco

Titre Original Fun in Acapulco
Genre Comédie musicale
Pays USA (1963)
Date de sortie samedi 28 juin 2003
Durée 93 Min
Réalisateur Thorpe Richard
Avec Elvis Presley, Ursula Andress, Elsa Cardenas, Paul Lukas
Producteurs Hal Wallis
Scénaristes Allan Weiss
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Non
Non
  Anglais
Oui
Non
Non

Le Film Critique de Frédéric Deschryver
  Editeur   Paramount
  Edition   Simple
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  93 min
  Nb Dvd  1
   
   

L'histoire

Mike Windgren (Elvis Presley), un ex-trapéziste qui se sent responsable de la mort de son partenaire, est venu chercher l'oubli au Mexique. Marin à bord du yacht d'un milliardaire, le voilà licencié sur l'entremise de la fille du propriétaire. Grâce à Raoul, un jeune garçon de 10 ans, cireur de chaussures, Mike trouve un emploi de chanteur dans un grand hôtel d'Acapulco. C'est là qu'il rencontre la blonde Maggie (Ursula Andress), fille d'un aristocrate russe émigré.


Critique subjective


Entre 1957 et 1969, le roi du rock'n roll, Elvis Presley enchaîne les tournages, pour apparaître en vedette dans une trentaine de films. En 1963, il tourne "L'idole d'Acapulco" sous la direction de Richard Thorpe, qui l'avait auparavant mis en scène dans "le rock du bagne" en 1958. Richard Thorpe s'était rendu célèbre pour des films comme "Le prisonnier de Zenda" ou la série des Tarzan, dans les années trente, avec Johnny Weissmuller. Pour l'occasion, le rôle principal féminin est tenu par Ursulla Andress, révélée un an plus tôt, aux côtés de Sean Connery, dans "James Bond contre Dr No".


"L'idole d'Acapulco" est une comédie musicale à l'histoire très mince, dans laquelle on voit un Elvis très sage, gentil garçon, très loin du côté rebelle de ses débuts, susurrer des chansonnettes tendance guimauve, accompagné de musiciens mexicains, dont une ou deux seulement sortent du lot, comme "Bossa nova baby". Il y incarne Mike Windgren, un artiste de cirque venu chercher l'oubli d'un drame au Mexique, qui se retrouve embauché dans un grand hôtel comme chanteur et maître nageur. Saura-t-il choisir entre la blonde et la brune? Résistera-t-il aux sarcasmes du champion de plongeon Moreno? Ce film décrit un univers insipide de comédie musicale, sur des fausses couleurs locales, où tout est propre et rutilant, où tout le monde est beau et gentil, poli et courtois, où les filles tombent amoureuses à la vue des biscotos des athlètes de piscine. On pourra remarquer l'interprétation du petit garçon, Larry Domasin, (Raoul, le manager de Mike) qui, avec son côté débrouillard, apporte un plus indéniable à l'ensemble.


Le king

En 1954, les États-Unis succombent au charme dévastateur de la voix suave et enjôleuse d'Elvis Presley. Ce tout jeune chanteur de 19 ans, au visage candide, révolutionne la musique, déclenche l'engouement du public, tout en provoquant la fureur d'une Amérique puritaine qui n'apprécie guère les déhanchements suggestifs de la future "idole des jeunes." Du coup, il est censuré dans certaines villes et la télévision ne le cadre qu'à partir du torse, laissant son jeu de jambes endiablé hors champ. Mais qu'importe, le phénomène est né et rien ne l'arrêtera plus. Les succès se s'enchaînent, les records de ventes sont incessamment battus. Hollywood ne résiste pas longtemps au charisme du chanteur et Elvis démarre une carrière cinématographique au milieu des années 50, toujours coaché par son manager, l'intriguant Colonel Parker. Il tourne durant près de dix ans plus de trente films qui seront tous de beaux cartons au box-office. A la fin de 1956, son premier long métrage, Love Me Tender, sort sur les écrans. C'est l'hystérie. Le film efface en trois jours ses coûts de production et bat tous les records de fréquentation. Il faudra attendre la sortie de Star Wars, soit 23 ans plus tard, pour qu'un tel phénomène se reproduise. Elvis Presley s'est éteint à l'âge de 42 ans, victime d'un rythme effréné de tournées (plus de 1100 entre 1969 et 1977, année de sa mort), mais également d'une vie pleine d'excès.


Les chansons

Voilà les titres interprétés par Elvis dans "L'idole d'Acapulco":

-Fun in Acapulco,

-Vino, dinero y Amor,

-I think I'm gonna like it here Mexico,

-El Toro, Marguerita,

-The bullfighter was a Lady,

-Bossa Nova Baby,

-You can't say no in Acapulco,

-Guadalajara.


Un dernier mot

Cette légère comédie musicale, sirupeuse, inoffensive et amusante, aux intonations exotiques, permet de retrouver l'ambiance dorée des productions de l'époque, et la voix du King.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.78:1
   
   

L'image de ce film de 1963 est d'une qualité remarquable. La restauration en a éliminé les signes de vieillissement, et le résultat est stupéfiant. Les déchirures et traces qui pourraient gêner la vision ne se devinent qu'à peine. La compression n'est pas mise en défaut. Les couleurs sont vives et saturées sur la plupart des scènes. Seules quelques séquences d'intérieurs sombres auraient mérité un contraste plus poussé et des noirs plus profonds. En regard de l'âge du film, la qualité vidéo reste néanmoins tout à fait satisfaisante.


Le Son
 

Parmi les pistes sonores disponibles, nous avons la version française, en mono d'origine, dont les dialogues sont assez obscurcis par le souffle et les problèmes de vieillesse. Cette édition propose également une piste anglaise en mono restauré. Quelques secondes d'écoute suffisent à se rendre compte de l'excellente qualité de la vo débarrassée de tout souffle, aux dialogues clairs et parfaitement intelligibles. Mais c'est sans compter sur la piste en vo remasterisée en dolby digital 5.1 qui apporte une toute nouvelle dimension. Le champ sonore s'en trouve considérablement élargi. Les voix restent sur l'enceinte centrale tandis que les autres se chargent de l'ambiance. C'est lors des passages chantés que le résultat devient spectaculaire, alors que toutes les enceintes sont mises à contribution.


Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   
Aucun supplément

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage