du même réalisateur
  LE PURIFICATEUR
  CHEVALIER (VERSION LONGUE)

dans le même genre
  DE GAULLE
  SKIN
  ROCKETMAN
  55 STEPS
  COLETTE
  SILVIO ET LES AUTRES
  BOHEMIAN RHAPSODY
  MARY SHELLEY
  KINCSEM
  MARIE MADELEINE

du même éditeur
  LES AFFRANCHIS
  WATCHMEN SAISON 1
  SUPERGIRL SAISON 4
  BIG LITTLE LIES : SAISON 2
  CA CHAPITRE 2
  ANNABELLE : LA MAISON DU MA...
  GAME OF THRONES SAISON 8
  KIDDING : SAISON 1
  GODZILLA : ROI DES MONSTRES
  YOUNG SHELDON SAISON 1


Dernières Actus
  DAVID PROWSE L'ACTEUR QUI I...
  DVDCRITIQUES LIVE #29 : EN ...
  TEST AMPLI-TUNER PIONEER VS...
  DOLBY ATMOS MUSIC : QUOI, O...
  L’ASCENSION DE SKYWALKER EN...
  NOUVEAUTÉS 2020/2021 YAMAHA...
  FOCAL CHORA 826D DOLBY ATMO...
  SMYTH REALISER A16 : L'INTE...

42

Genre Biopic
Pays USA (2013)
Date de sortie vendredi 2 mai 2014
Durée 123 Min
Réalisateur Brian Helgeland
Avec Harrison Ford, Chadwick Boseman, TR Knight, Christopher Meloni
Producteurs Thomas Tull
Scénaristes Brian Helgeland
Compositeur Mark Isham
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Non
Non
  Anglais
Oui
Non
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Warner
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  123 min
  Nb Dvd  1
   
   
En 1946, Branch Rickey dirigeant des Brooklyn Dodgers, prit position contre la politique raciale de la Major League de Baseball en recrutant Jackie Robinson dans son équipe. Cette décision mit les deux hommes sous le feu des critiques du public, de la presse et même des autres joueurs. Face à ce racisme venant de toute part, Jackie Robinson fit preuve d’un courage incroyable et laissa son talent conquérir ses fans et ses coéquipiers, faisant taire les critiques et changeant à jamais la face du monde grâce au baseball.

« 42 » est un surprise dans l’univers des films sortis directement dvd, d’abord parce qu’outre atlantique, il fit partie des films à succès, mais le sujet : le baseball, sembla inquiéter son distributeur en France, au point qu’il décida d’une sortie directe en vidéo. Et après visionnage, force est de constater que le film ne peut s’adresser qu’à un public de connaisseur tant il est difficile pour un néophyte de se repérer dans les différents points marqués par le héros. Les règles du jeu du baseball étant un peu plus complexes que celle du football américain.

Côté scénario, le film ne fait pas dans la finesse et ne nous entraîne pas dans les méandres de la ségrégation raciale par la porte la plus ciselée, mais plutôt avec de gros sabots et une prise de position évidente dès les premières images, notamment lorsque Branch Rickey décide de faire venir Jackie Robinson dans son équipe. Une chose est sûre le message est clair et sans nuance, mais il a le mérite d’être à la portée de tout le monde. Il permet notamment aux uns comme aux autres de ses rendre compte du quotidien de ces hommes et ces femmes, issus de l’esclavage qui vivaient dans une pseudo liberté dans laquelle les insultes, les humiliations et autres dérives racistes étaient toujours moins grave lorsqu’elles étaient proférées par des blancs. Une leçon à méditer en ce moment par chez nous….

Le réalisateur s’amuse d’ailleurs à alterner grandes épreuves humaines pour le héros et réussites sportives avec un sens de la mise en scène louable et une connaissance évidente du sport pour pouvoir mettre en valeur tout le talent de Robinson. Encore une fois, les néophytes ne vibreront pas particulièrement des exploits du héros, mais les fans seront ravis.

Côté distribution, Harrison Ford joue avec beaucoup de soin et de maitrise, ce dirigeant pragmatique et déterminé à faire bouger les choses dans un  milieu sportif enfermé dans ses démons. Même chose avec le jeune Chadwick Boseman que l’on verra bientôt dans le rôle de James Brown dans le biopic « Get on up », dont le jeu, s’il manque parfois de nuance, n’en n’est pas moins remarquable dans le charisme qu’il impose au personnage.

En conclusion, « 42 » est un film réussit sur la réussite fulgurante et méritée de l’une des icônes du baseball : « Jackie Robinson ». Un film qui s’adresse toutefois aux fans, car les néophytes pourront se sentir perdus dans les règles d’un sport encore mal connu en France. Côté réalisation et distribution, l’ensemble est honnête, même s’il manque un peu de finesse.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. Le film baignant dans une atmosphère un peu sombre, l’accent a été mis sur une lumière volontairement en contraste. 

Le Son
 
Une piste Dolby Digitale 5.1, totalement en accord avec le film et avec ses besoins. La répartition est minutieuse, et les voix ne sont pas trop en retrait par rapport aux effets sonores qui entourent le film. 

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   
Pas de bonus !

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage