dans le même genre
  NCIS : LOS ANGELES SAISON 9
  EQUALIZER 2
  COFFRET TRILOGIE RAMBO (UL...
  CLIFFHANGER
  SKYSCRAPER
  COFFRET TRILOGIE RAMBO
  PIÈGE DE CRISTAL (ULTRA HD ...
  KINGSMAN : LE CERCLE D'OR
  TRANSFORMERS (ULTRA HD / 4K...
  ATOMIC BLONDE

du même éditeur
  KUROKO'S BASKET - SAISON 1 ...
  L'ILE DE GIOVANNI
  DRAGON BALL Z KAÏ - BOX 1&2
  APPLESEED
  13 VIES, UNE VISION DE JAPO...
  ARGENTO SOMA - FUNERAL : ...
  CHOBITS : VOLUME 3
  MAX ET COMPAGNIE - LE FILM
  NINJA SCROLL LA SÉRIE : VOL...
  NINJA SCROLL LA SÉRIE : VOL...


Dernières Actus
  JOHN WICK PARABELLUM : UNE ...
  LA BANDE ANNONCE OFFICIELLE...
  PREMIER AFFICHE OFFICIELLE ...
  ONCE UPON A TIME... IN HOLL...
  AVENGERS ENDGAME : DISNEY D...
  ALADDIN : LA BANDE ANNONCE
  DISPARITIONS DE LUKE PERRY ...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : L...

Tenkai Knights - Les Chevalier Tenkai Box 1/2

Titre Original Tenkai Knights
Genre Action
Pays CAN (2013)
Date de sortie mercredi 1 octobre 2014
Durée 548 Min
Réalisateur Mitsuru, Furumoto Mayuko , Masumoto Yukihiro Hongo
Avec Nayéli Forest, Pascale Chemin, Jessie Lambotte, Bastien Bourlé, Vincent Violette, Frédéric Souterelle, Christophe Seugnet, Yann Pichon, Bruno Meyère, Alexandre Coadour, Grégory Laisné, Caroline Combes, Gwenaëlle Julien, Adrien Solis, François Bouttemy, Mélanie Anne
Producteurs Tomoya Negishi, Spinmaster, Shogakukan Shueisha Production
Scénaristes Jin Kanada, Shiro Meipuru, Syakeko Samon, Brandon Auman, Marty Isenberg, Ardwight Chamberlain, Mark Henry, Seth Walther, Mark Ryan
Compositeur John Majkut, MONACA, Satoshi Motoyama
Format Dvd 9
Informations
Complémentaires
En cadeau : une Mini-Figurine dans le coffret !!
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Non
Non
Non

Le Film Critique de Simon Bitanga
  Editeur   Kaze
  Edition   kaze
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  548 min
  Nb Dvd  5
   
   
Il y a des milliers d'années, loin dans l'espace ... Quarton, déchirée par une guerre ayant pour principal enjeu la mystérieuse énergie Tenkai, opposait les troupes Corekai (les Gentils) à l'armée des Corrompus (les Méchants). Menés par le terrible Vilius, les Méchants sont à peu de la victoire lorsque surgissaient les Chevaliers Tenkai (les Super-alliés des Gentils) qui ont calmé le jeu. Bilan du match : défaite de Vilius.

Les siècles passent et, à la stupéfaction générale, l'auguste antagoniste est de retour pour (re)conquérir l’Énergie, la planète cubique et au passage la Terr... Comment ça, Transformers ?


GOSSES IN THE SHELL

"aaAaaaAaaAaaah, encore une série pourrave pour les mômes !!" peut se dire l'au-delà de 12 ans ou, excédé, le revenu du genre à la vue de ce canon ... Faut-il faire appel au(x rêves de) gosse qui sommeille(nt) ou juste prendre un peu de recul et de patience afin d'extirper du titre quelques charmantes surprises ?

Tout d'abord, l'histoire : Terre, 2034. Le jeune Guren Nash est nouveau en ville et copine rapidement avec son voisin de pupitre Ceylan Jones. Lors d'une ballade au centre commercial, une voix mystérieuse les guide vers la boutique de Monsieur White, un grisonnant antiquaire aussi jovial que dictonphile. Ils y héritent alors chacun d'un bloc, petit objet rectangulaire assez proche d'une brique Lego (modèle 2x4) qui sert principalement de pass sur un Portail les menant par petits carrés colorés directement sur Quarton (comment ça, Tron ?). Là, Silent & Guren y incarnent leurs alter-égos respectifs Tributon (Force Bleue) et BravenWolf (Force Rouge), 2 des 4 fameux Tenkai Knights (comment ça John Carter ?) qui seront chargés à nouveau de freiner les ambitions de Villius. Le commandant des forces Coretai Beg les attend afin de les briefer sur l'évolution des hostilité.

Mix d'un Mobile-Suit bigarré en mode Super-Deformed et d'une armure de chevalier européen, le Quartonien est moins fort, moins résistant, moins endurant et CARRÉMENT moins évolutif qu'un légendaire Tenkai Knight. Il y a du vrai à comparer le principe de ce dernier aux robots dans (si vous avez connu) l'animé Adrien Sauveur du Monde (Wataru) où on n'entre pas dans le Luthinor via une portière ni vraiment prendre son contrôle via un embarrassant système de commandes classique (manette, bouton, etc). On ne s'adresse par contre pas ici à la "conscience" de l'appareil mais à son "programme tutoriel" qui informe, conseille et active différentes fonctions selon des sollicitations vocales du pilote.

Concernant l'évolution narrative des (13) premiers épisodes, Silent et Guren rencontreront Chooki Mason et Toxsa Dalon qui s'avèrent être les expérimentés Lyndendor (Force Jaune) et Valorn (Force Verte). Une distance s'établira malgré les supplications de Guren leur proposant de prendre ensemble possession d'une arme de destruction totale indispensable à Vilius : le Dragon Tenkai, qui ne peut être réveillé qu'après avoir réuni les 5 cubes du Dragon cachés par endroits sur ... comment ça, ça change des boules du Dragon ?
A partir de l'épisode 14, l’apparition d'un 5e Chevalier coïncide avec l'arrivée d'un nouvel élève et marque le début d'une relation bien mystique avec Guren (comment ça, un sous-Sasuké ?) ... On lèvera le voile sur une certaine forme de manichéisme (ouh, le coup de théâtre final) et les Méchants apprendront que la Terre ça peut être un chouette lieu de conquête.
On saupoudre le tout d'un tas de petites péripéties terriennes (activités sportives, cours avec des profs agréablement souriants, sortie au restau, ...) et bien entendu les habituels 2/3 phases quasi-exclusivement recentrées sur (les tourments d')un des protagonistes principaux ... Ça semble beaucoup ? On peut toujours tout raccourcir mais le rythme scénaristique, soutenu au point de sentir à son terme ça a bien envie de continuer son discours (demi saison oblige), reste aéré et facile à suivre.

La réalisation a pour particularité d'entremêler 2D classique pour presque tous les passages sur Terre et plans en images de synthèse pour les séquences sur Quarton. Occupant minimum 1/3 du temps d'un épisode, cette esthétique en 3DCGI fait la part belle aux différents modèles de guerriers, les plus importants étudiés pour obtenir un résultat stylé (y en a qui semblent échappés d'un Gundam 00 ou Wing). Au vu des quelques talents présents (dont un design général de Shinji Aramaki - AppleSeed 1/Ex Machina/Alpha, Starship Troopers : Invasion ou le Albator de 2013), leur graphisme est sympa avec ce rendu cellshadé proche d'un récent SD Gundam. Au delà d'une animation convenablement décomposée, espérons que vous aimez vous gaver de séquences de transformation car vous pourrez TRES SOUVENT admirer les stockshots du bestiaire armuré sous tous pleins de coutures.
C'est un délice différent du dessin fait main mais qu'importe : la technique est rodée, c'est cohérent par rapport au monde visité, les angles de vue et les mouvements de caméra en rafale - empruntant beaucoup aux cinématiques de jeux vidéo - offrent plus de dynamisme que les plans en 2D ... bien que ces derniers n'aient pas à rougir : c'est une qualité correcte avec des décors tranquilles, des couleurs vives, un minimum d'attention porté sur les différentes ambiances et surtout un chara-design dans l'air du temps de Toshihiro Kawamoto (Gosick, Wolf's Rain, Cowboy BeBop, Golden Boy) dont la qualité est assez régulière tout du long.

Bon, on reste quand même dans un shonen de routine exprimant ses messages à valeur éducative et ses réflexions morales habituelles sur l'amitié, l’honnêteté, les joies de la nature ... avant de s'attarder sur des questions liées à l'autodiscipline (l'entrainement, l'effort, gérer sa progression, ses (in)certitudes ou les situations imprévues, se relever après un échec avant de révéler comment être plus fort que soi-même), l'esprit d'équipe (travailler avec autrui, être synchrone, faire confiance à ses partenaires ...) ou les portes du côté obscur ("le Monde que tu connais mérite-t-il d’être sauvé ?").
Bref, tout ce qu'il faut pour devenir de la graine d'homme responsable, fiable, tirant parti de ses avantages ou de son caractère, constamment à chercher à s'améliorer sans JAMAIS oublier de faire ses devoirs et ses corvées.

Bien entendu, ces belles leçons de Vie passeraient moins bien sans passages à sensations (comment ça, un sauvetage comme dans Iron Man 3 ?) et son indissociable équivalent actif ! Les forces en présence s'affrontent comme dans un RPG / jeu d'aventure sur N3DS proposant de relatives notions de wargame ... mais attention les enfants, pas de stratégies façon Ender vu que, profitant que les 2 000 troufions d'en face aient grand besoin de consulter l'ophtalmo, les plus costauds de nos mecswarriors décident souvent du sort des nombreuses batailles en pourfendant à l'arme blanche-laser ou en tirant des grosses salves colorées - les poses cools à la Gundam Seed (Destiny) en prime - dans des bastonnades grand spectacle atteignant leur pinacle aux mi-chemin et sortie de la série. Inutile de rappeler que cet type de show propose des mutations et autres attaques combinées qui vous emmèneront sur les mêmes cieux qu'un bon Gundam G.

La majeur partie des environnements présentés sur le corps céleste étant des canyons et des déserts, ils peuvent tout détruire ! Les dégâts reçus ou infligés ne laissant aucune trace et, bien que les Méchants 3 étoiles aient droit à une explosion, le bidasse cuirassé mort s'éparpille façon cube (comment ça, Tron : Legacy ?), n'allez pas chercher de traumatismes dans l'enfer de la violence mais plutôt dans l'enfer des dialogues !! Hormis quelques moments fermés, c'est un véritable feu d'artifice ininterrompu de situations de comédie (les interactions avec le Commandant Beg, les plaisanteries de Ceylan, les complaintes des Généraux de Villius) servies sur un lit de répliques échappées d'un épisode de Sabrina l'Apprentie-Sorcière et des jeux de mots dignes d'un détournement vidéo sur Internet. Ça peut amuser, d'autant plus que les propos des héros finissent à la longue par utiliser un champ lexical "conforme" à leurs passions respectives et que le travail de doublage français est meilleur qu'un anime moyen ... Par contre quand faut crier ou exprimer de vives émotions ...

Quelle(s) impression(s) cela laisse, au final ?
 
Un peu différent des Beyblade et autres Yuugi-Oh!, difficile de ne pas voir une allusion au vidéo-ludisme (en réseau) contemporain qui donnera du grain à moudre aux sociologues ... Ça essaie bien de sensibiliser les plus âgés sur la notion d’héroïsme et de chance d'être protégés d'un terrifiant danger extraterrestre inconnu par la jeunesse, qui elle, serait séduite de la normalisation/répercussion des exploits de leurs Avatars sur le monde "réel"... Mais, au delà des syndromes d'infantilisation (c'est sur-expliqué à mort) et de facilitation (la moyenne des problématiques est pliée une fois les leçons assimilées, les blocs servent de bat-signal et ne bippent JAMAIS pendant les cours ; ...) inhérents aux codes de certains shonens, c'est surtout que ça n'(e ré)invente rien des emprunts aux codes du sentai - de son héros équilibré, un peu neuneu, lisse comme un savon humide et s'imposant naturellement comme le chef (qui plus est premier à découvrir les meilleurs pouvoirs, options et techniques) aux autres copains aux cheveux/habits de couleurs vives comme des feutres (oui, d'accord, ils plaisantent un peu là-dessus) et leurs comportements destinés à correspondre aux différents publics ...
Et les Méchants ne sont guère mieux lotis. Leurs coloris sont sombres, ils prennent leurs quartiers dans des coins aussi accueillants que l'antre d'un volcan, leurs psychologie se résume à se tirer dans les pattes, faire preuve d’égoïsme et n'être jamais à court d'adjectifs négatifs avant d'implorer pardon à Vilius pour leur(s) insuccès. Il s'en plaindra, les punira, leur redonnera des chances pour réussir la prochaine mission ... Il en ressuscitera même, les upgradant au passage (pendant que les gentils apprennent par eux-mêmes ...).

On passera sur l'entente des 4 héros qui n'offre aucune interaction avec d'autres camarades de classe, leur pression d'être des sauveurs de galaxie nulle, les conseils de Mr White et de l'hologramme du Gardien du Portail Boréas, les combats où c'est principalement les Corrompus qui dégustent, le coup des clefs d'activation, les 3 catcheyes manquants, le générique d'intro chanté à la sauce mayo et sa musique refaite à la sauce ketchup, une présence familiale donnant un semblant d'épaisseur dans le privé où le fait qu'à part Wakamé (type d'algue japonaise, on vous laisse deviner de qui elle est la sœur) et "quelqu'un qui va causer des problèmes", ça manque de filles ... pour rappeler sa raison d'être : une coproduction nippone (Shogakukan Shueisha) et canadienne (Spinmaster, commercialisant tout un panel de jouets bizarro-branchouilles avant de toucher le jackpot avec les ventes de produits adapté en dessin animé de son Bakugan. Si ça ne vous dit rien, gardez le scénario de Tenkai Knights (monde parallèle à sauver, des gamins partout, une aventure scriptée) et remplacez leurs véhicules par des cartes). Vous connaissez la musique.


CONCLUSION :

Sauver la Galaxie avec ses potes en balançant des trucs cools, s'entraider, avoir des armes pour affronter (changer ? défendre ?) le Monde moderne avec tout pleins de larges sourires et la main sur l'épaule ... C'est beau, une série qui se comporte comme le meilleur des copains des enfants avec ses joyeux conseils et son tonus à revendre.

Ça devrait moins se faire allumer qu'un autre projet de même conception car les mots qui conviennent pour le qualifier sont "Décent" et "Classique". Décent car l'ensemble s'efforce qu'avoir quelques atouts tout en étant aux attendus sur les pôles stratégiques et Classique car ça n'invente jamais la poudre, ça pompe à gogo sur des succès actuels et c'est périssable.

Une bonne connaissance d'un genre à peine réactualisé et les chamailleries de ces jouets en pastique ambulants n'en feront pas une expérience proprement payante ... Par contre, si vous demandez juste à ce que cela canalise l'excès de testostérone du mioche pendant que vous faites autre chose tout en vous étant assuré que le contenu ne soit ni risqué, ni offensant, ni déviant ou ni louche, vous avez le DVD de la situation. Attendez moins à ce que les petits vous demandent des précisions sur le fonctionnement de l’Énergie Tenkai mais plus à ce que le caddie comprenne le jeu console ou leur(s) modèle(s) préféré(s). Du moins c'est certainement ce que souhaitent les investisseurs.


LISTE DES ÉPISODES

Chaque DVD est aux couleurs d'un des 5 Chevaliers Tenkai :

DVD # 1 - BravenWolf :
Episode 01 : Les Deux Mondes
Episode 02 : Le Cube du Dragon Tenkai
Episode 03 : L'Embrasement
Episode 04 : Le Pouvoir des Quatre
Episode 05 : Vilius en Action
Episode 06 : L'Héritier Tenkai

DVD # 2 - Tributon
Episode 07 : Tributon au Maximum !
Episode 08 : Chooki en Quête de Chance !
Episode 09 : La Vallée des Secrets
Episode 10 : Toksa 2.0
Episode 11 : Pile ou Face

DVD # 3 - Lydendor :
Episode 12 : La Clé du Dragon
Episode 13 : Vilius se Déchaine
Episode 14 : La Clé Perdue
Episode 15 : Supercherie Tenkai
Episode 16 : Le Pouvoir de l'Humour

DVD # 4 - Valorn :
Episode 17 : Robofusion !
Episode 18 : La Clé du Mal
Episode 19 : Mon Frère ce Héros
Episode 20 : Douce Trahison
Episode 21 : Échec et Mat

DVD # 5 - Dromus :
Episode 22 : Dromus, le Traitre trahi
Episode 23 : La Quête de la Clef du Dragon
Episode 24 : Que la Bataille Commence
Episode 25 : Le Réveil des Ténèbres
Episode 26 : Un Nouveau Chevalier

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.77:1
   
   
L'image 16/9e des DVDs est autant satisfaisante (si ce n'est plus) regardée sur un écran à tubes cathodiques que sur une TV HD (il y sera ici quelques "défauts" qui feront criser les pointilleux comme les petits débordements lorsque s'affichent les couleurs les plus vives, floues ou à teintes grisâtres) : les traits de dessins sont toujours fins et pas crénelés, une belle définition permettra d'admirer quelques textures et reliefs sur les armures, les contrastes sont bien gérés, les nuances pétantes et les illustrations ne sont pas en reste. En somme, la qualité est là.

Le Son
 
Il n'est pas fondamental d'avoir autre chose que la seule piste son disponible en Dolby Digital 2.0 pour mieux profiter de la puissance Tenkai : claire, fonctionnelle et offrant une bonne tenue de dialogues, elle donnera aucune chance aux OST de correctement se faire entendre lorsque vous y ajoutez la profusion de bruitages quand les petits soldats se tapent dessus ou commentent leurs actions.

Par contre, il est interdit de penser à une version américaine (à part, si vous tendez l'oreille, quelques mots dans la chanson lors des transformations) ou encore moins de fantasmer sur une version japonaise ... mais comme la cible devrait connaître la version diffusée à la télé et que la localisation française est quand même bien faite ...

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 3 min
  Boitier Coffret
   
   
Chacun des DVDs s'amorce sur les bandes-annonce de la saison 2, partie 1 des (nouvelles) Mystérieuses Cités d'Or (VF) et du long métrage L'Ile de Giovanni (VF partiellement sous-titrée) avant de montrer le menu au thème d'un des 5 Chevaliers Tenkai, qui sert accessoirement de page de chapitre (vous pourrez choisir de tout lire d'un coup ou de sélectionner un épisode).

D'un point de vue de contenu de disque, on espère que cela vous comblera parce qu'à part les crédits du DVD, c'est tout.

Autrement, le coffret comprend le bloc transformable d'un soldat Corekai dans son sachet. C'est pas le bout du monde mais ça fait plaisir. Au pire, un fan de la série sera aux anges !

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   crédits DVD, bloc transformable